Partagez | 
 

 En tête à tête [Missy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Missy Otehima
Miss Death | <3 The dead cannot die
Miss Death |
avatar

Messages : 313
Date d'inscription : 20/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 25
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Mer 17 Nov - 4:11

    [HRP : Mais qui décide ? Toi ou Rampage ? O.O... Rampage alors ! XD]

    Donc il se considérait anormal… Cela surpris la jeune femme, qui se contenta de simplement le regarder de ses yeux remplit d’eau. Comment pouvait-il faire ces choses alors ? Il connaissait ce qu’était la normalité ? Dans un soupire profond, elle s’essuya les yeux tandis que Rampage la lâcha brusquement, décevant la brune de perdre ce contact. Mais aurait-elle du en profiter une nouvelle fois ? Trêve de question, il était peut-être temps de partir de ces lieux qui empestait l’humidité… En parlant de cela, la jeune femme commençait à être assoiffée. Elle n’avait pas songé à emporter avec elle quelque chose pour se désaltéré. Les deux tueurs sortirent des vestiaires et Missy se dirigea tout de suite vers son manteau et la mallette. Ils n’avaient plus rien à faire en ces lieux, alors la jeune femme fouilla dans son sac rapidement pour sortir son téléphone portable.

    Rapidement, elle composa le numéro pour rejoindre un collègue Makarov pour lui signaler qu’elle ne rapporterait pas tout de suite la mallette, car elle était empêcher par son corps fatiguer qui ne désirait que rentrée chez elle, se soigner et pour soulager sa peine par autoérotisme… Il fallait dire qu’il n’y avait pas que les hommes qui avaient des envies à satisfaire. Le tout en s’exprimant en Russe, elle commençait à mettre son manteau après avoir remis son housse pour son arme. Soudain elle repéra une bouteille en verre transparente à moitié-vide et l’attrapa. Une fois qu’elle ait raccroché, Rampage lui faisait part de ses dernières moqueries… Enfin, c’était ce qu’elle comprenait… La présente bouteille était en faite de la vodka ce qu’elle ouvrit immédiatement pour humer le parfum pour en conclure que s’en était vraiment.


    « Très drôle… »

    Elle but ensuite une gorgée, puis deux,… Quatre grandes gorgées, ce qui aida légèrement à calmer ses douleurs musculaires, mais à considéré le moment de manière plus… convivial ?… Si l’on pouvait dire ainsi. Une fois terminée avec la bouteille, elle le jeta pour le faire rouler sur une table et prit le chemin de sortie. Boire avant de conduire, ça elle avait l’habitude, mais elle devra d’abord ramener Rampage qui désirait maintenant qu’elle lui offre ce service. Elle soupira en voyant le mauvais temps et s’arrêta à la hauteur du tueur tressé et se disait qu’elle n’allait tout de même pas le laisser se promener avec des chaussures mouillé… Peut-être que si finalement…

    « Tu as de la chance ! Ma voiture est juste là. » Fit-elle remarquer en indiquant sa voiture que l’on pouvait voir le bout du nez. Car contrairement au chemin qu’ils avaient pris au début l’entrée principale était à plus ou moins deux rues de là où est-ce qu’ils s’étaient rencontrés.

    La jeune femme n’était aucunement affectée par l’alcool, seulement, c’est ce qu’elle laissait paraître en prenant un air plus nonchalant, mais au fond elle était plus décontractée. Ayant séché ses larmes et ses joues, elle était fin prête à partir, mais en lançant un petit commentaire avant de sortir.


    « J’espère que nous aurons plus de chance pour s’envoyer en l’air à notre prochaine rencontre. »

    Énigmatique, on ne pouvait comprendre si cela était par pure plaisanterie ou si c’était sérieux. C’était un peu des deux… Missy sortit de la salle en humant l’air frais et avança vers sa voiture qui les séparait de deux rues.

    « L’autre côté de la ville, je connais, mais soit un peu plus précis s’il te plait. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwight Jackson
rampage
rampage
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 20/10/2010

Dossier Psychatrique
Age: 36 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Mer 17 Nov - 14:13

[HRP : Nan, c'est moi qui décide, mais j'aime torturer mes personnages... MOUAHAHA]

[i]Ouai, j'étais normal, du moins je savais ce que c'était que d'être normal, la preuve, j'étais pas toujours en train de torturer quelqu'un, et puis j'avais un chat qui m'aimait bien. Donc ouai, de temps à autres je pouvais être "normal", mais c'était pas vraiment un passe-temps, j'aimais torturer, j'aimais voir leur sang couler de leur plaie, j'aimais analyser la vitesse de l'hémoglobine dans les veines, même si je n'y connaissais pas grand chose. Tout ça, c'était à cause de ce cours de biologie que j'avais apprécié outre mesure. Ouai, c'était un bon cours et j'aimais bien recommencer encore et encore... Torturer était un tel plaisir... C'était comme... comme violer sa propre soeur, cette petite garce l'avait mérité. Ah, c'était le bon temps. En y réfléchissant, j'aurai du la garder encore en vie, parce que maintenant, je n'avais plus de soeur. Bref, mais on en était pas là. La demoiselle s'occupait à ramasser ses affaires oubliées avant la scéance à la douche. Moi j'avais envie de rentrer. Et impatient je l'attendais. Bordel, dépèche-toi, ou je vais encore péter un cable. Mais voilà qu'elle papotait au téléphone. Je n'écoutais pas, c'était pas mes oignons. Dehors, il n'y avait personne. Pas un chat, pas une lumière, devait être dans les deux, trois heures du matin, l'allumage automatique de la ville s'était arrêté.

« Tu as de la chance ! Ma voiture est juste là. »

- 'Taiiinn, tu m'as fait crapahuter pendant une demi-heure pour me dire que la voiture était garée à cent mètre de là? On pouvait pas entrer par la porte principale directement?

J'étais redevenu de mauvais poil et ça s'entendait dans ma voix. C'était pas croyable, ça... On avait fait le grand tour pour entrer par une porte dérobée. Mais ça n'avait aucun style. Non, non, non, non, non, je n'étais pas d'accord. Faisait chier les russes. La prochaine fois, on la ferait à MA sauce, ça serait beaucoup plus harmonieux et beaucoup moins chiant. Aucune classe... La surprise, mais ce n'était pas la bonne manière de faire. Franchement, il allait falloir qu'elle revoit ses principes et surtout sa manière d'agir.

« J’espère que nous aurons plus de chance pour s’envoyer en l’air à notre prochaine rencontre. »

- Tu peux toujours courir, gamine... Je ne m'envoie en l'air qu'avec celles que j'élimine après.

Plaisanterie? Bah si c'était pour blaguer qu'elle avait dit ça, moi, je le disais sérieusement. Mieux vallait pas me chercher, elle l'avait déjà bien assez fait. Mais je devais me retenir, car sinon Markarov ne serait pas content. Mais voilà, maintenant, j'étais bourru...

« L’autre côté de la ville, je connais, mais soit un peu plus précis s’il te plait. »

- Roule et t'occupe, j'te dirais ça quand on y sera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Missy Otehima
Miss Death | <3 The dead cannot die
Miss Death |
avatar

Messages : 313
Date d'inscription : 20/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 25
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Mer 17 Nov - 19:39

    La jeune femme prenait des précautions si elle avait choisit la porte de derrière. Et puis, il pouvait être ravis de ne pas à avoir à reprendre le chemin de 30 minutes se disait Missy en avançant vers la voiture. Elle commençait à être frustré, alors autant qu’elle arrête de dire quoique ce soit. Seulement, elle avait de la misère à se contenir… Peut-être à cause de la Vodka ? Non, la fatigue tout simplement. Elle avait jeté un coup d’œil à l’heure sur son cellulaire, 3 h 10 précis. Il fallait qu’elle rentre… Seulement après son petit commentaire à propos de leur prochaine rencontre, la réponse du monsieur ne lui plaisait guère et là, elle avait l’impression de craquer de nouveau, mais cette fois, une sorte de rage naissait en elle et ne pouvait plus être contenu, Missy ne le voulait pas… Mais il fallait qu’elle attend, d’abord, il faudrait qu’ils se rapprochent de la voiture…

    Les indications lui seront données par Rampage sur la route, mais cela devra aussi attendre, du moins le temps qu’elle calme ce qui se tramait dans sa tête. Une fois près de la voiture, elle sortit ses clés et ouvrit automatiquement le coffre arrière pour aller y jeter la mallette et son pistolet, en refermant celui-ci après avec force. Là, qu’il le remarque ou non, la jeune femme n’était plus vraiment dans son état d’esprit… normal. Son air était différent, presque sinistre, mais soudain elle sourit en s’avançant vers Rampage et déverrouilla la voiture. Avant de le laisser entrer dans la Dodge, elle l’attrapa par le col et mis la lame de son couteau sur la peau de son cou, enfonçant celle-ci pour qu’il sente qu’elle était bien affutée. Son visage à quelque centimètre du sien, elle allait lui expliquer ce qu’elle comptait faire. Personne dans les parages, personne ne viendrait importuner la Makarov qui désirait s’amuser avec le tueur.


    « Tu sais, je pourrais te laisser ici tout seul à crever de froid. T’auras le temps de te les geler avant de trouver un taxi… » Le couteau s’enfonça un peu plus pour l’empêcher tout mouvement, car avec cette flamme énigmatique, elle n’allait pas hésité à lui ouvrir la gorge s’il tentait quoique ce soit. Elle poursuivit alors, « Je compte bien t’offrir le service de te ramener, après tout, c’est moi qui te l’ai proposer… Mais écoute moi bien, c’est à mon tour de m’amuser… et je crois que tu peux très bien deviner ce que j’ai envie de faire avec toi. »

    Sans vouloir faire attention à ses commentaires, elle ne cessa de pointer la lame contre son cou, d’ailleurs celui-ci avait déjà commencé à lacéré légèrement la peau, rien de bien méchant, mais c’était pour qu’il voit qu’elle était très sérieuse. Elle recula, lâchant son col pour aller ouvrir la portière des sièges arrière et l’invita à monter avec un signe de tête, le tout gardant la lame bien en place. Missy l’obligea à s’asseoir, et de sorte qu’il puisse être toujours face à elle, ses jambes passèrent de chaque côté des cuisses de Rampage, pour qu’elle soit à califourchon sur lui. S’il n’avait toujours pas deviné ce qu’elle comptait faire, elle voulait bien entendu un moment plus intime avec le tueur. La porte se referma, toujours par Missy et commença à enlever son manteau, menaçant toujours le monsieur de son arme. L’espace était un peu restreint, mais ça ne les empêchaient pas de pouvoir se mouvoir tout deux.

    « Maintenant Rampage… Voudrais-tu me montrer un peu de douceur et m’embrasser ?... Et attention ! Si tu tente quoique ce soit, me frapper ou me mordre, je te tranche la gorge… Gardons les morsures pour plus tard. » Bien entendu, la jeune femme avait un certain goût pour la sodomie… Chuchotant, sa voix était tantôt doucereuse, tantôt acharné, dépendamment de ce qu’elle voulait exprimer. Un sourire mauvais apparut sur ses lèvres et commença à caresser le torse de ce qu’elle pouvait appeler sa victime.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwight Jackson
rampage
rampage
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 20/10/2010

Dossier Psychatrique
Age: 36 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Jeu 18 Nov - 18:35

La lame d'un couteau glacé sur la peau, rien de mieux pour aphrodisiaque. Un large sourire enfantin, encore celui de l'enfant devant un sapin de Noël, apparut sur mon visage, alors que mon regard noir flinguait celui de la jeune femme. Si proche, je pouvais sentir son essence, son odeur, son parfum, celui de femme froissée, de femme en colère, il n'y avait rien de plus beau qu'une femme en colère, mis à part les pleurs que j'avais eu tout à l'heure. Visiblement, elle voulait une revanche par rapport à ce que je lui avais fait subir. Je m'en doutais, je le savais, c'était pourquoi je ne faisais rien pour contrer le tranchant de son arme. Je n'attendais que ça, toute mon attention était portée sur elle, sur rien d'autre. Elle pouvait me laisser ici, ce n'était pas si dérangeant que ça, j'avais déjà dormi sous les ponts, j'avais déjà connu l'hiver du Michigan et du Dakota du Nord, donc je savais me préserver des engelures et autres conneries gelées. La lame s'engagea encore plus dans mon cou et j'inspirais à plein poumon, pour mieux sentir le métal froid, pour mieux enfoncer la lame, pour mieux respirer l'atmosphère dangereuse qui se créait entre nous. Elle avait envie de me tuer, je le sentais sans difficulté. Pourquoi ne le faisait-elle pas? Pourquoi me menacer et ne pas aller jusqu'au bout? C'était ce que je ne comprenais pas chez les femmes. Elles préféraient menacer et jamais elles ne mettaient en pratique ce qu'elles proféraient. Moi, j'allais toujours au bout, je ne faisais jamais de menace... Quoi que tout à l'heure, j'avais bien dit que si jamais elle recommençait... Ouai, mais c'était différent, j'avais pas le choix, que là, je ne voyais pas ce qui la retenait de m'enfoncer la pointe du couteau dans la trachée, elle serait débarassé de moi, non?

- Une carpette?

Ca répondait à sa question de ce que je pensais de ce qu'elle allait faire de moi. Avec un couteau menaçant, ça ne pouvait être que ça, non? Bien sûr c'était humoristique et sarcastique, hein... J'attendais, sagement, la suite. Je savais ce qu'elle voulait, mais comment le voulait-elle, c'était là ma véritable interrogation. Alors comme un petit chien égaré, j'attendais la suite, me laissant aller à son couteau, à son regard de glace brulante et à ses mains sur mon col. Elle ne parla plus, du moins pour le moment, elle m'attira vers la voiture, ouvrant la porte et me forçant à y entrer, à l'arrière. Rah, la banquette arrière, qu'est-ce qu'on pouvait bien faire dessus, j'en avais presque la bave aux lèvres. Je m'asseyais donc la regardant toujours, appréciant le contact de la lame contre ma peau, cherchant à ce que le couteau transperse la peau, coupe une veine, me saigne. Elle prit place sur moi, m'entourant de ses jambes. Rah, ses jambes... Mes mains se posèrent dessus, sans demander l'avis de Missy, sans chercher à avoir la permission non plus.

« Maintenant Rampage… Voudrais-tu me montrer un peu de douceur et m’embrasser ?... Et attention ! Si tu tente quoique ce soit, me frapper ou me mordre, je te tranche la gorge… Gardons les morsures pour plus tard. »

La douceur, je ne connaissais pas, je ne savais pas ce que ça voulait dire et j'avais aucune envie de le faire. Par contre, le reste... Pourquoi pas. Pourtant, ce qui fit me mouvoir fut la phrase qui suivit. D'accord, pas frapper, pas mordre, du moins pour le moment, mais ça, j'allais pas lui dire non plus. Nan, mais elle voulait me trancher la gorge, cela ranima la flamme sauvage dans mes pupilles qui s'agrandirent et se dilatèrent. Sans chercher à retenir son arme, et tentant le diable, mes deux mains s'élancèrent en même temps, mais dans des directions opposées. Ma main droite vint enserrer sa nuque, à la naissance des cheveux alors que la gauche agrippait sa main, celle qui tenait le couteau, appuyant encore plus contre ma gorge.

- En cherchant la petite bête, tu va trouver le Diable. Missy, tu n'aurais pas dû.

Usant de ma force masculine, je repoussais la lame pour la mettre entre nous, observant le couteau taché de mon propre sang. Sans quitter la jeune femme des yeux, j'approchais l'arme de ma bouche et vint lécher la lame. Puis sans déclaration officielle, je me jetais carrément sur elle, la repoussant contre le dossier du siège de devant. Mes lèvres se colèrent aux siennes, mes doigts se perdant dans ses cheveux, ma main lacha la sienne, ne me préoccupant plus du couteau et vint se poser plus ou moins brutalement sur son épaule et glissant sur son col, à la recherche de l'ouverture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Missy Otehima
Miss Death | <3 The dead cannot die
Miss Death |
avatar

Messages : 313
Date d'inscription : 20/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 25
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Jeu 18 Nov - 20:58

    Les mains contre ses cuisses, elle se doutait que Rampage appréciait la situation. Mais la jeune femme continuait dans sa cruauté, sa colère qui voulait s’apaiser que d’une certaine manière. C’était trop tard pour reculer, car la flamme énigmatique de la Makarov n’avait cessé d’accroître et ne voulait s’éteindre avant satisfaction. De long frisson parcouraient maintenant son corps, sentant l’une des mains de sa supposé victime qui parcouraient le long de son dos s’arrêtant à sa nuque, mais l’autre main s’approchait dangereusement de sa main. Seulement, la jeune femme était éprise du regard de Rampage qui n’avait pas quitté le sien, remarquant que celui de l’homme était en faite… excité.

    Soudain, il attrapa sa main armé, obligeant la jeune femme à enfoncer un peu plus la lame, m’éprenant Missy d’un air surpris, mais fasciner à la fois, le tout sans quitter les yeux de Rampage. C’était en faite le diable qu’elle avait trouvé, mais c’était ce qu’elle avait désiré. Oui elle n’aurait pas dû, mais elle assumerait les conséquences. La jeune femme tentait de contenir la lame contre le cou de Rampage, mais celui-ci, plus forte qu’elle, repoussa le couteau, jusqu’à ce qu’il soit entre eux deux. Elle regarda le sang sur le métal qui en un instant, firent dilaté ses pupilles, visiblement attisé par cette couleur. Ce qui suivit embrassa le moment. Missy sentait qu’elle ne pourrait le contenir s’il décidait de l’arrêter. Au lieu de ça, le tueur délaissa son rôle de victime en léchant la lame et se jeta sur la jeune femme, plaquant son corps contre le dossier du siège-avant.

    Le contact de leurs lèvres embrassait de nouveau la situation. Ils partageaient une étreinte violente, mais passionné, savourant chacun les lèvres de l’autre. Missy en savourait le goût cuivré du sang, plaisante et sauvage à goûter. La brutalité que mettait Rampage dans ses gestes ne faisait qu’augmenter le plaisir de la femme qui en faisait de même envers lui, en l’embrassant avidement. L’une de ses mains agrippait la nuque, tandis que l’autre tenait toujours le couteau. Allait-elle le lâcher ? Pour l’instant, elle ne pensait qu’à Rampage et à lui ôter sa chemise. De ses doigts habiles, elle défit chaque bouton rapidement avant de le lui retirer, en lui enlevant quelques secondes la liberté de ses mains. Voulant continuer à jouer et sans quitter les lèvres chaudes de l’amant, Missy glissa la lame du couteau le long de son torse, sans lui faire mal bien évidement, juste pour qu’il sente le contact de l’arme qui était toujours entre les mains de la Makarov. Puis, ce fut au tour de son autre main qui occupait avant la nuque et glissa sur le long de son torse jusqu’au bas ventre. Elle scruta chaque parcelle de sa peau, chaque petit détail tel que des cicatrises, mais avant tout elle voulait repérer où elle pourrait laisser ses marques, grafigne et morsure…

    Quand à elle, quelques cicatrise minime couvrait sa peau blafard, mais un énorme au dessus du ventre, fait par Shepard il y a des lunes. Sur ses épaules, quelques marques de dents dont Rampage pouvait découvrir, ce qui en révélait que la jeune femme n’était pas à sa première expérience de violence, mais dans ce cas-ci, elle était sûre que ça allait être le meilleur de tous, celui qu’elle ne pourra jamais oublier. Enlaçant le corps de Rampage, elle découvrit son dos. Ses caresses étaient vives et enflammée. Elle prenait plaisir à mordiller les lèvres de Rampage, découvrant de sa langue sa bouche savoureuse, ne prenant aucune limite à faire ce qu’elle avait envie…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwight Jackson
rampage
rampage
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 20/10/2010

Dossier Psychatrique
Age: 36 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Ven 19 Nov - 16:49

Non, c'était sûr et certain, elle n'aurait pas du tenter la petite bête... A jouer avec la souris, c'était au chat que l'on avait à faire. J'allais l'étrangler en pleine étreinte, j'allais la priver de l'air si précieux de ses poumons, j'allais faire monter l'acide lactique dans sa trachée, mélangé à son sang, cela allait donner des jolies couleurs. Oh oui, j'allais écraser son joli petit cou, la savoir en mon pouvoir, la savoir en train de suffoquer, la savoir à ma merci. Mais je ne connaissais pas ce terme, je n'en aurais donc pas, elle mourra à l'arrière de sa voiture, à que la nuit était plaisante. Tant pis la liste, tant pis les russes. Elle n'avait qu'à pas me chercher, elle n'avait qu'à pas m'attiser, elle n'avait qu'à pas me pousser. J'avais dépassé mes limites, j'avais franchi un cap dont on ne revenait pas, j'allais en faire du papier maché, j'allais prouver que ce cours de biologie était la meilleure chose qui me soit jamais arrivé.

Elle avait tenté de retenir ma main ou bien de retenir sa lame, qu'en savais-je. Mais j'avais été le plus fort, pourtant, je n'écrasais pas ses petits doigts dans les miens, ça, ça viendrait après, ne jamais mélanger la torture et le plaisir corporel, ça faisait mauvais genre et surtout très brouillon. Minutieux comme j'étais, j'avais un ordre précis en tête. D'abord la volupté, après la trahison... Le "lèvres-contre-lèvres" devint rapidement baiser passionné et nos langues se saluèrent à profusion. Alors qu'une main cherchait à retirer sa chemise, elle en fit de même, allant plus vite, réussissant à retirer tous les boutons en moins de temps qu'il ne fallut pour le dire. J'aimais prendre mon temps, j'étais pas impatient, on avait rarement des cadeaux et il fallait apprécier l'emballage. Elle se mit à jouer alors avec la lame sur ma peau. Cette succube allait passer un mauvais quart d'heure, c'était moi qui te le dit, mais pas tout de suite. Excité par le métal froid contre mon torse, mon corps ne répondit plus de rien et se laissa faire, frissonant d'impatience, tremblant de défit face à la lame acérée de l'arme blanche. De mon côté je parvins à lui retirer sa chemise et le bout de chiffon termina quelque part, surement sous un siège.

Si elle agissait sous une sorte d'impulsion, moi j'étalais mes pièces maitresses pour ensuite tout retourner contre elle. Si elle pensait que je me laissais faire par pure générosité, elle se trompait lourdement, je n'offrais rien si je n'avais rien en retour et elle était loin de s'imaginer ce qu'elle allait recevoir. J'allais prendre mon pied, ça, c'était certain. De nouveau j'attrapais sa main, celle qui tenait le couteau, alors que j'allais chercher un nouveau baiser encore plus passionné, encore plus sauvage. Au lieu de jouer avec la lame une nouvelle fois, je la retournais contre Missy, frolant SA peau de la pointe, jusqu'à parvenir au sous-vêtement qui dissimulait sa poitrine, en un tour de main, le soutien-gorge fut coupé en deux.


[Bon c'est petit mais bon, tu peux continuers?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Missy Otehima
Miss Death | <3 The dead cannot die
Miss Death |
avatar

Messages : 313
Date d'inscription : 20/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 25
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Ven 19 Nov - 18:12

    Tandis que la jeune femme laissait aller ses pulsions, elle n’avait aucune idée de ce qui risquerait d’arriver après, ne voulant pas gâcher ce moment. Car oui, elle l’avait cherché, comptant bien assumer les conséquences de ses actes ensuite et se souvenait de ce qu’avait dit Rampage : Il n’avait de relation qu’avec celle qu’il tuait ensuite. Mais la chose c’est de savoir quand. Avait-il pour habitude de violer ses victimes pour ensuite les éliminer tout de suite après ? Et ses victimes, aucune d’entre elle avait déjà était consentante et faire l’amour avec lui ? C’était quelques questions que traversait la jeune femme, sûrement trop enivré par le moment pour tenter de les résoudre. Mais au fond d’elle, Missy ne voulait pas le savoir tout de suite, car comme dit avant, elle aussi avait des envies à satisfaire et comptait prendre son temps avant de goûter à ce qui s’ensuivra une fois qu’elle aura terminé.

    Ses doigts continuèrent leur exploration, passant sur toute sa chair, passant une fois ses ongles, sans toute fois érafler sa peau, prenant son temps. Le tout en s’embrassant de manière fervent, on attrapa de nouveau sa main armé, dirigeant cette fois-ci vers elle, plus précisément vers sa poitrine. La jeune femme émit un halètement lorsqu’elle sentit la lame, cette fois frôlant sa peau, mais alla couper le lien de son sous-vêtement entre ses deux bonnets. Sans y faire attention, elle voulait laisser Rampage explorer lui-même son corps, qui répondrait par des soupires ou gémissement sous ses mains et Missy en faisait de même, retournant ses mains sur le corps de l’amant, dirigeant maintenant ses doigts vers le bas ventre, l’arme toujours dans une main et tranquillement, elle défit sa ceinture, puis le pantalon. Cependant, elle s’arrêta là, ils étaient quand même dans un endroit restreint et c’était mieux qu’ils prennent leur temps, en parlant des vêtements.

    Alors, elle plaqua sa poitrine dénudée contre le torse de Rampage, jouissant d’un contact plus directe, brûlante et généreuse. Voulant goûter un peu mieux à sa peau, la jeune femme glissa ses lèvres tiède et moite sur le menton du tueur, puis vers sa gorge jusqu’au creux de son cou. Sa respiration devint plus forte, embrassant sa peau et commença à mordre doucement sa chair, jouant à une sorte de vampire, terminant par suçoter sa peau voracement. Sa main armée quand à elle, continuait à passer le métal cette fois sur son dos, voulant sentir de nouveau le corps frissonnant de Rampage, tremblant au moindre passage de la lame tranchant, laissant une mince ligne rouge, ayant légèrement lacéré sa peau. Elle avait en tête qu’elle n’avait pas besoin de sa permission pour faire de son corps de ce qu’elle voulait…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwight Jackson
rampage
rampage
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 20/10/2010

Dossier Psychatrique
Age: 36 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Lun 22 Nov - 20:34

Tuer, ce n'était que mon mot d'ordre, tuer, c'était ce que je faisais de mieux, tuer, c'était ce qui allait arriver à cette louve de sibérie. Elle montrait ses crocs pour le moment, elle tailladait ma peau, mais elle ne perdait rien pour attendre, car bientôt, elle serait en MA possession, elle serait mienne. Elle ne le savait pas encore, mais elle succomberait à la force d'un tueur de femmes. Elle m'avait cherché et elle m'avait trouvé. Ce soir, il n'y aurait pas que les morts que nous avions laissé, pas si loin que cela, dans un entrepôt presque désafecté. J'avais hâte de rajouter un cadavre en plus, celui d'une femme qui avait trop longtemps tiré sur l'élastique et qui allait casser... bientôt. La lame dans mon dos me fit frissonner d'impatience, d'attirance, d'anticipation, d'expectation. Serrant sa taille contre moi, je ne voulais laisser aucun espace entre nous. Elle m'appartenait, elle ne devait être à personne d'autres.

Il était temps de passer aux choses sérieuses. D'un coup, je me rejetais contre le dossier de la banquette arrière, bloquant sa main qui tenait le couteau entre le siège et moi. J'attrapais son fin poignet dans l'autre main et d'un tour de rein, j'inversais la situation, finissant à cheval sur elle. J'en profitais pour entraver de nouveau son poing qui tenait le couteau. Usant que bien peu de ma force d'homme, je coinçais ses mains sous les repose-têtes à l'arrière, les abaissant au maximum. En forçant peut-être qu'elle pouvait se libérer, mais après tout, où serait le jeu. Je ne lui avait même pas retiré le couteau des mains, qu'elle le garde si elle voulait jouer avec, ça ne ferait qu'exciter mon envie de la massacrer. Mes mains longèrent ses bras et s'échouèrent contre son petit cou, mais après un moment de répis, je décidais que non, pas tout de suite, j'allais encore jouer avec. Mes doigts glissèrent donc sur sa poitrine, puis jusqu'à son pantalon. Tout comme la mienne, la ceinture trouva un pied à terre sur le sol de la voiture. Retrouvant ses lèvres des miennes, mes doigts restèrent occupés à lui défaire ce qui me retenait de commettre l'irréparable.

Pourtant, quand tout fut jeté par terre, mes doigts se firent brulant et avide de terres inconnues, glissant comme des serpents à la recherche d'une proie bien trop facile. De là, je pouvais voir les cicatrices, les morsures et la longue estafilade au niveau du ventre, sur ce petit corps de perle. Mes doigts se mirent à suivre les lignes vieilles ou récentes, qu'en savais-je des coups portés avant d'aller chercher un baiser brûlant à nouveau. Alors que ma bouche s'occupait de sa bouche, mes mains s'activèrent s'engageant entre ses jambes, glissant sournoisement vers un monde interdit. Dehors il pouvait faire nuit, il pouvait y avoir du monde, il pouvait faire une chaleur torride, ce n'était pas ce qui me préoccupait, ce n'était pas ce qui importait. Ce qu'il se passait dans cette grosse voiture, c'était ce qui me concernait. Elle voulait de l'action, elle allait en trouver, elle avait attisé tout ce qui pouvait être malsain en mon être, elle allait être servie. Je n'avais qu'une hâte, c'était lui tordre son petit cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Missy Otehima
Miss Death | <3 The dead cannot die
Miss Death |
avatar

Messages : 313
Date d'inscription : 20/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 25
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Mar 23 Nov - 4:53

    Le corps des deux tueurs s’enlaçait furieusement, comme s’ils s’appartenaient l’un l’autre, alors que la jeune femme ne faisait que s’offrir un peu plus à Rampage, lui cachant qu’elle était certaine de ce qui allait venir. L’avertissement du début continuait à flotter dans sa tête, mis un peu de côté pour savourer un peu mieux l’étreinte qu’elle partageait avec lui. Les baisers se multipliaient, elle sentit sa main armé s’écraser sous le poids du tueur, la bloquant ainsi entre le siège et lui. Son autre main ne prit pas de temps à être saisit, puis Rampage s’engagea à la dominer à son tour, prenant la place de la jeune femme, lui enlevant ensuite la liberté de ses mains en les bloquant aux repose-tête, se retrouvant plus ou moins en T. Sachant très bien qu’elle pouvait se libéré assez facilement, elle resta dans cette position, voulant voir ce que Rampage avait en tête. Ses mains imposante et chaude glissèrent contre la longueur de ses bras, atteignant ensuite son cou. Mais une fois là, Missy prit en compte du temps de pause que prenaient ses mains, inquiétant la jeune femme sérieusement. Se disant qu’il pourait très bien lui rompe le cou, là tout de suite… « Encore… Attends encore. »Pensait la jeune femme, désirant qu’ils continuent… Et c’est cette voie que pris l’amant, continuant la balade de ses mains sur le corps de Missy, longeant ses seins puis continuant jusqu’à sa ceinture. En un tour de main, il la lui retira, déjà rendu à défaire son pantalon. Il venait de franchir une nouvelle limite, un point de non-retour qui menait vers le vice tant convoité.

    Le corps dénudé de la jeune femme brûlait d’envie sous le regard de Rampage, le désirant en entier, qu’il la touche, la caresse, qu’il laisse sa marque sur sa peau. Les doigts qui traçaient ses cicatrices faisaient naître de nouveau frisson et sous un nouveau baiser passionné, les doigts de Rampage exploraient la nouvelle contrée, humide et ardente, que possédait la jeune femme. Sans retenue, elle laissa aller ses gémissements encourageant les caresses qui stimulaient de plus en plus son intimité qui répondaient bien sous le doigté de Rampage, secrétant le fameux cyprine. Missy ne cessait entre-temps d’embrasser le tueur, relevant de temps à autre la tête lorsque la tension du plaisir se faisait plus forte qui allait et venait en elle. Soudain, lorsqu’elle n’en put plus, l’une de ses mains commença à se libérer, forçant sur le repose-tête, manquant à se faire mal. Elle ne se lassait pas des attouchements, mais elle exigeait plus, allant en finir avec le pantalon de Rampage qu’elle défit tant bien que mal.

    C’était maintenant à son tour d’aller explorer un peu mieux l’anatomie du tueur, découvrant ses attributs qui avaient commencé à durcir. D’abord en palpant doucement en dessus du calçons, seul tissus qui les séparaient. Puis, dans un mouvement qui parut timide ou hésitant, elle passa ses doigts sur l’élastique du sous-vêtement et tira dessus pour en dévoilé la colonne de chair qui se dressa devant elle. D’abord avec tendresse, elle glissa le bout de ses doigts sur la longueur jusqu’à la basse avant de l’empoigner. Missy commença à le stimuler avec un va et vient lent, pressant délicatement le gland et continua ainsi quelques secondes, suivant le rythme des pulsions que lui donnait Rampage, le tout, sans quitter ses lèvres. Une seule envie à satisfaire, simple, mais elle ignorait si Rampage pouvait avoir assez de patience avant qu'il ne veut à son tour satisfaction...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwight Jackson
rampage
rampage
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 20/10/2010

Dossier Psychatrique
Age: 36 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Dim 5 Déc - 10:59

Quoi de mieux comme mort que celle pendant l'acte? La mante religieuse avait tout compris. Nous l'avions étudiée aussi, dans ce fameux cours de biologie. Nous avions dû la disséquer, ah quel bonheur. Atteindre le summum du désir, de passion et de pouvoir, le tout en une seule seconde avant de mourir dans les bras, dans le corps brûlant de la compagne du moment, rien était plus beau. Mais s'il on voulait recommencer l'expérience, ce n'était pas à moi de mourir et la seule autre personne, c'était la compagne. Alors au lieu de laisser la mante zigouiller son conjoint pendant l'acte, c'était le conjoint qui zigouillerait la mante. Je ne faisais que prendre exemple sur elle. Ce ridicule insecte comprenait mieux les émotions des hommes que les hommes eux-mêmes. Ahah, cela en était ironique. Je voulais la tuer, je voulais étrangler son petit cou de femme, je voulais voir la peur dans son regard, je voulais sentir ses doigts incapables de défaire mon étreinte, je voulais l'entendre supplier, je voulais revoir les larmes dans le bleu pâle de ses yeux. Je voulais plein de choses, mais j'attendrais encore, car elle subissait les assauts de mes doigts avec délectation, répondant par des gémissements succulents, délectables. Je n'étais pas doux, je ne serais jamais doux, aussi j'accentuais la pression, cherchant à explorer plus loin, plus profonds, plus intensément.

Mais la fourbe qu'elle était passa à l'action également, me retirant pantalon et sous-vêtements. A ses caresses, je ne pus retenir ma main de se plaquer contre l'un des repose-tête, freinant mon envie de la terminer là et maintenant. Les grognements que je lachais étaient plus animal qu'humain, mais nous nous excitions mutuellement. Je finis par retirer mes doigts de son antre de lave pour en lécher le nectar interdit, la laissant pour le moment jouer avec ce qu'elle voulait. Me délectant de ma trouvaille, je souriais, cela avait fait bien longtemps que j'en avais eu autant, d'ordinaire, les femmes n'en sécrétaient pas autant, car elles avaient été loin d'être d'accord et désireuses de la tournure des choses. Mais c'était là une récompence magnifique et je ne pouvais m'en passer. Mais cette femme-là qui allait mourir ce soir, m'ayant forcé à passer outre mes limites, semblait vouloir encore plus. Là et tout de suite. Elle était loin de m'impressioner ceci-dit, pourtant, elle répondait bien différemment aux femmes violées. Un viol, ce soir? Non, puisqu'elle l'avait voulu. Mais cela terminerait pareil. L'apothéose de la mante religieuse. Je voulais la tuer, j'en avais besoin. Alors je repris de plus belle, forçant les faibles défenses de son intimité, découvrant encore plus, à taton, entre ses cuisses.

Puis quand j'en eus assez, perdant l'infiniment ridicule patience que je pouvais maîtriser, je soulevais son bassin, comme s'il eut peser pas plus lourd qu'un moineau pour le porter au dessus du mien. A l'instant où je le laissais retomber, mon pieu de chair s'empala dans son antre féminin, me faisant pousser un nouveau grognement, de contentement, comme un lion démarque son territoire. Imposant un rythme loin d'être appréciable, j'en profitais pour lécher sa peau où la sueur perlait, délicieuse, contre sa poitrine dressée. Qui pourrait nous arrêter? Personne. La mante avait fait de son mâle le bourreau incontesté du moment et bientôt le mâle boufferait la femelle sans que celle-ci ne s'en rende compte. J'avais hâte, j'avais si hâte. Crie pour moi, Missy, crie... Je veux te faire mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Missy Otehima
Miss Death | <3 The dead cannot die
Miss Death |
avatar

Messages : 313
Date d'inscription : 20/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 25
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Dim 12 Déc - 0:52

    Intensivement, la passion s’amplifiait, ainsi que le désir des deux êtres. La torpeur se faisait de plus en plus sentir à l’arrière de la voiture, d’où les gémissements et grognements se mélangeaient. Toute l’intention de Missy était maintenant canaliser sur le moment présent, oubliant ce qui s’était passé avant et ce qui arrivera après, même si elle savait à peu près ce qui l’attendait. « Non, il ne faut pas y penser » selon la jeune femme qui se devait de profiter de ce moment remplit d’ardeur. Mais sous cette douceur commençait à naître une brutalité enveloppante, mêlant plaisir à la douleur, alors que Rampage s’acharnait à explorer chaque parcelle de l’antre féminin qui pourtant, continuait à répandre le fluide brûlant sur les doigts du tueur. Ceci dit, les grognements qu’émettait l’amant ne firent qu’attiser au plus haut point Missy qui continuait de plus belle à stimuler son membre. Ses va et vient s’accélérèrent, devenant plus entreprenants et ce pour faire perler le bout du gland d’un certain liquide… Quand à lui, il semblait apprécier le goût de la cyprine que la Makarov avait secrété sur ses doigts. D’un regard remplit d’ivresse, elle l’observa se délecter du fluide, augmentant la cadence des mouvements de ses mains.

    Soudain, il reprit son exploration, animé d’une férocité rude et accru, que la jeune femme répondait par de nouvelles plaintes parfois de douleur, sauf très peu perceptible sous ceux qui étaient jouissif. En faite, Missy ne pouvait lui cacher que malgré son doigté il la brutalisait avec légèreté. Mais la brune s’en fichait, car sous ces airs d’ange et de pure douceur, se cachait en faite la fourbe qui ne désirait qu’une chose, être possédé par le tueur qui encourageait la dureté dans leur contact.

    Lorsque l’envies des deux bêtes ne pouvait plus être contenue, la force de Dwight souleva Missy avec une facilité exagérée, sans doute activé par l’avidité du moment qui se faisait sentir. Dans la voiture, il commençait à faire une chaleur torride, donnant l’impression que le véhicule attirait la haute température faisant descendre celui de l’extérieur. Elle allait encore grimper, car Rampage s’empala en Missy, pénétrant sa chair dans les parois vaginales humides, mais étroites. Le membre dur s’engouffrait jusqu’au plus profond d’elle, la faisant gémir longuement. Sa main libre vint agripper le corps de l’amant qui commençait à imprimer des mouvements au rythme déchaîné. La jeune femme était secoué, sentant son antre se fondre autour de la colonne de chair qui semblait en touchée chaque parcelle. Le plaisir qu’elle en tirait était paralysant. Ses gémissements basculaient vers les grognements, devenant plus fréquente. Elle perdait ses moyens, oubliant son autre main toujours pris dans le repose-tête, vivant entièrement le ravissement que lui procurait le tueur, mais aussi la douleur que lui donnaient chaque coup de bassin, se demandant combien de temps elle allait tenir ainsi. Seulement, l’intensité montait et montait encore, faisant des grognements de légers cris. Missy se contracta autour de son tendre qui dévorait sa poitrine de baiser. Ses souffles chauds se perdaient sur la peau perlée de sueur de son amant…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwight Jackson
rampage
rampage
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 20/10/2010

Dossier Psychatrique
Age: 36 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Mar 4 Jan - 16:51

J'avais son petit corps rien qu'à moi tout seul, je pouvais en faire ce que je voulais, j'en ferais ce que je voulais d'ailleurs. Le meurtrir, le découper, le saigner, le dépecer, apposer ma marque, afin que les policiers retrouvent son corps jeté, démembré. Ils pourraient enfin dire que Rampage avait encore frappé, qu'il était revenu d'entre les morts. Et l'autre imbécile de Keller pourra se bouffer les doigts. Car je le retrouverais ce con, désolé. Je le retrouverais, je l'étriperais et je l'empaillerais, le tout encore vivant. Puis je retrouverais la belle Eleanore et sous son regard, ce sera de nouveau que je la violerais, cette fois pour l'éliminer définitivement. C'était avec cette image-là en tête, délicieuse, brûtale, morbide, délectable que j'articulais mon bassin de plus en plus sauvagement contre celui de la russe qui m'avait poussé à agir de la sorte. J'avais pas été très futfut sur ce côté-là, j'avoue, mais le dénouement, en fin de compte pouvait toujours me plaire, alors tant qu'à faire, autant que je prenne mon pied, je verrais encore plus de désarrois sur le visage de poupée qu'elle avait. Oh, ses petits yeux auront mal, ils pleureront comme ils avaient pleuré tout à l'heure dans l'entrepot. Oh, j'avais hate, très hate... Elle allait souffrir et moi j'allais rire.

Pour moi la voiture n'en était plus une, elle n'était plus qu'une pièce de torture, il fallait que je trouve quelque chose, et vite, sinon j'allais tellement l'empaler que je ferais perler non pas de la sueur, mais bien son sang... Son sang? Mais oui, mais oui... Son sang! Alors qu'elle avait encore une main de prisonnière, j'attrapais son petit poing qui tenait toujours le couteau et le lui arrachais des mains. Une des mienne empécha tout mouvement de protestation de la part de son bras officiellement libre. Tout en continuant les va-et-viens, mes doigts jouèrent avec le couteau, je fis glisser la lame contre ma propre gorge, avant de poser le métal froid contre sa nuque. Mon regard n'avait jamais quitté le sien. Il étincellait de sauvagerie et de fourberie. Oh, c'était certain, j'allais faire une connerie. Dans un accoup, je râlais de plaisir avant de promener la pointe de l'arme sur quelques parties du corps de la femme. Les poignets? Non, couper les artères terminerait la vie de la russe bien trop rapidement, pareil au niveau de l'aine, mais c'était là le sang le plus agréable à lécher. Le cou alors? Nan, trop près de la tête, son cerveau perdrait ses facultés trop rapidement, je voulais la torturer le plus longtemps possible, sinon, ce n'était plus drôle. Finalement, je décidais de lui entailler sa peau au niveau de la poitrine. Le couteau se posa sur le bord d'un sein offert, tendu, dressé, peur ou plaisir? Qu'importe, ce n'était plus mes oignons, bien que j'en profitais encore et encore, bandant mon plaisir encore en elle sous les mouvements enlassant de nos bassins, impossible à stopper.


- Tu me fais gouter à ton antre interdit... Donne-moi ta vie, maintenant.

La lame trancha doucement la peau, inexorablement attirant un mince filet de sang à la vue de tous. Je ne perdais rien pour attendre et vins goutter ce nectar qui avait bercé toute ma vie, depuis ce cours de biologie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Missy Otehima
Miss Death | <3 The dead cannot die
Miss Death |
avatar

Messages : 313
Date d'inscription : 20/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 25
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Mar 11 Jan - 20:51

    Missy consommait avidement l’instant présent. Chaque sensation, que ça soit de plaisir ou de douleur, faisait gémir la Makarov, faisant de sa voix, des plaintes constantes, incomparable entre ceux de mal et de jouissance. C’était le cas de le dire, c’était exceptionnelle ce qu’elle vivait. Avoir poussé à bout un tueur qui n’attentait à présent d’en finir avec elle, d’en finir avec sa vie était le prix à payer d’avoir tenté le diable... La chaleur devenait presque insupportable, ainsi que les coups de bassins qui la repoussait à chaque fois contre le fond du dossier, mais heureusement que ça ne la gênait pas plus, étant d’un côté masochiste. Rampage était devenu celui qui pouvait mieux la satisfaire de ce côté et Missy pouvait dorénavant le considérer comme un amant digne d’elle... Mais qui disait qu’il y aurait une autre fois ? Surtout pas Rampage, avec l’apogée qu’elle réservait à Missy et même pas elle qui ne pouvait qu’accepter les conséquences. Comment pouvait-elle laisser aller les choses ainsi ? En faite, la jeune femme était psychologiquement instable et ce depuis déjà un moment, ce qui devrait devenir problématique un jour...

    C’était là toute les questions essentiels qui aurait pu faire survivre Missy en cette soirée et qui aurait fait en sorte qu’elle ramène simplement Rampage chez lui sans chichi, si toutefois ces questions lui était venu à l’esprit... Ou encore, elle aurait pu aussi l’écorché au lieu de «l’obliger» à venir à l’arrière de sa voiture. Ce qui est fait est fait on va dire.

    Il fallait s’y attendre, Dwight avait pris l’arme complice du crime, laissant sa main coincé dans le repose-tête. La Makarov aurait très bien pu tenter de le reprendre, mais des spasmes la traversaient au même moment, gémissant plus fort cette fois-ci. De l’extérieur, on aurait trouvé ces plaintes suspectes, si ce n’était de la bué qui s’était formé sur les fenêtres, mais qu’on les voit, entendent ou non, ça n’avait plus vraiment d’importance : son corps était dangereusement offert à l’arme. La lame passa délicatement sur la peau de sa poitrine, presque rafraichissante de sa froideur, mais agaçant de son intention inconnu. Les sensations de la pénétration n’avaient aucunement cessé, mais la respiration de Missy paraissait avoir arrêté quelques secondes. La peur ? Pour la première fois oui... Les mots de Dwight en disaient long et au bon moment, la jeune femme pris une grande respiration avant que la lame ne passe sur sa peau, lacérant profondément celle-ci. L’inspiration l’aida à supporter le couteau qui découpait sa chair, mais pas assez longtemps, car un cri jaillit d’entre ses lèvres sous la forte douleur qui naissait sur le côté de son sein, d’où le sang coulait pour se verser directement dans la bouche de Rampage. Celui ci goûtait goulument ce fluide ardent et Missy ne pouvait qu’en être excité, aidant à l‘estompement de la souffrance. Au final, elle ne laissait qu’un petit picotement au niveau de la poitrine. Sur le coup, la Makarov devait éprouver la douleur qu’importe ce qu’on lui infligeait mais elle finissait toujours à se mélanger au plaisir, gagnant celle-ci en force.

    Le membre s’engouffrait plus profondément en elle au fil des va et vient, agitant le corps de la brune. Les spasmes s’intensifiaient, les plaintes également, sauf qu’elle devait réagir. Quelque chose lui disait que Rampage n’allait pas s’arrêter sur sa poitrine. Alors, d’une main frétillante, elle attrapa tendrement les cheveux de son partenaire avant le tiré violement vers l’arrière, faisant en sorte qu’ils soient face à face. Le visage de Missy au dessus de Dwight donnait l’impression qu’elle dominait la situation, mais ce n’était plus le cas, il fallait qu’elle se l’avoue. Son visage était distinctif malgré le peu de lumière, perlé de sueur avec un air tremblotante. Missy haletait fortement et l’amant pouvait voir qu’elle prenait son pied. Ses yeux... Ils étaient remplit de larmes. Le liquide lacrymale avait déjà commencé à couler le long de ses joues, se mêlant avec la sueur et cela sans que la Makarov ne s’en rende compte. Mais en dépit de cela, la jeune femme appréciait le tout...


    «Dwight... Ma dette est ma vie. Elle est entre tes mains, entre tes lèvres... Faits-en ce que tu veux... » Ses moyens de raisonner convenablement s’était envoler on dirait bien. Elle l’embrassa sauvagement, goûtant à son propre sang et ramena ses lèvres contre elle. Pendant ce temps, le coïte ne s’était pas briser, continuant dans son rythme effréné. La jeune femme sentait en quelque sorte venir l’apogée, mais au fond le désir que cela continue vivait encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwight Jackson
rampage
rampage
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 20/10/2010

Dossier Psychatrique
Age: 36 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Lun 7 Fév - 20:13

Ah l'odeur du sang, c'était tout ce qui comptait. Il n'y avait que cela, pour moi. Depuis ce jour fatidique, depuis ce cours de biologie. Je voulais du sang, je goutais du sang, j'absorbais du sang. Le sang était mon royaume, il était mon trésor, et Missy, la donzelle devant moi, contre moi était mon calice. Elle était comme un bonbon auquel il fallait enlever le papier tout en douceur, ou bien le chiffoner et le jeter par terre. Je ne savais pas vraiment, en fin de compte, je m'en fichais bien, et comme ce n'était pas dans mes priorités, je faisais ce que je voulais de cet écrin de charme. La sueur de nos corps, ses cris à mes sursauts, ses caresses langoureuses de son bassin contre le mien, tout cela m'excitait à un tel point que j'oubliais parfaitement où l'on se trouvait. C'était peut-être pas très chouette comme endroit pour un meurtre, trop de preuve, trop de témoins, trop d'aléas qui pourrait foirer mon identité, mais c'était elle qui l'avait cherché, c'était elle qui avait voulu cela. Alors très bien, j'allais changer mon modus operanti. Cela ne sera pas comme la belle Eleanore, ou l'autre girafe de Emmy, non, j'allais trouver quelque chose d'autre. Et quand elle parla, m'arrachant presque de ce nectar que je prisais encore plus que celui qui coulait d'entre ses jambes, je trouvais ce que je voulais faire d'elle.

«Dwight... Ma dette est ma vie. Elle est entre tes mains, entre tes lèvres... Faits-en ce que tu veux... »

Un large sourire traversa mes traits. Sa vie entre mes mains, hein? Oh, tu n'as pas idée petite empotée de ce que je vais faire avec ta vie. Entre mes lèvres, hein? Oh que oui, j'allais utiliser ses lèvres, j'allais voler sa vie, j'allais faire d'elle la une du Seven Sins City Post. "Une jeune femme retrouvée morte dans sa voiture". Oh que cela me plaisait. J'avais hate de pouvoir lire la presse demain matin. J'avais si hate que je ne pouvais plus attendre. Si je voulais que l'on retrouve son corps maintenant. Je plantais alors le couteau loin de sa main. Ou plutôt, je le plaçais de tel sorte qu'il lui manquait quelques centimètres pour l'atteindre. J'aimerais tellement voir la peur dans son regard, l'incapacité de se défendre, l'abandon, l'attente de la mort. J'étais libre des deux mains. J'attrapais la sienne, celle qu'elle avait réussi à se libérer et serrait fortement, pour lui faire mal, mais aussi pour qu'elle doute de ce qu'elle allait faire en premier. Se libérer le poing, ou bien se libérer... Mes assauts au coeur de son corps ne cessèrent pas pour autant, atteignant rapidement le nirvana, ma main vint enserrer son petit cou, serrant, serrant, serrant toujours plus fort, toujours encore. Mes lèvres se plaquèrent contre les siennes, les dévorant, les quémandant. Je voulais sentir sa bouche mourir contre la mienne, ses douces lèvres devenir bleues par le manque d'oxygène, je voulais qu'elle se contracte en spasmes pour cet air tant désiré. Ce soir, j'allais tuer. Serrant toujours autant son cou, comprimant la trachée, l'empéchant de trop gigoter, je me décalais un court instant, fixant son regard bien trop bleu, bien trop pâle avant de me réapproprier ses lèvres désormais muettes.

- Sois heureuse, Matrioshka, tu vas faire la une demain matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Missy Otehima
Miss Death | <3 The dead cannot die
Miss Death |
avatar

Messages : 313
Date d'inscription : 20/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 25
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Jeu 10 Fév - 21:23

    L’ivresse... Voilà ce que vivait la jeune femme. L’état euphorique atteignait bientôt son point culminant, lorsqu’elle sentit une main se refermer autour de son poignet. “Dwight, comptes-tu en finir ?” pensait alors la jeune femme, ne laissant transparaître aucune inquiétude quand à ce qui allait venir. La jouissance imminente la bloquait à vouloir faire quelque chose. Où était passé le couteau ? Elle le chercha rapidement du regard, quand elle le vit, loin d’elle évidement. Mais pourquoi elle y pensait soudainement ? C’était trop tard pour trouver une réponse, car en tendant un bras vers son couteau, l’autre main de Rampage attrapa son cou, commençant à resserrer celui-ci entre ses doigts de meurtrier. Sa respiration était limitée, gémissant quand même.

    Ses lèvres contre ceux de Dwight n’étaient plus si tendres et Missy tentait tout de même de l’embrasser, chose qu’elle fit difficilement. Étrangement, les va et vient continuait à lui donner du plaisir, entremêlé avec la douleur qui s’accroissait sur son cou et dans son thorax, bientôt tout son être. Mais le plaisir gagnait aussi du terrain et se fusionna avec le malaise grandissant. Cela l’étourdissait et bientôt elle ne bougea plus les lèvres toujours dévoré par l’amant et ses gémissements se turent. Sa respiration était bloquée dans une douleur atroce. Les ongles de sa main libre transperçaient la peau de la brute, et l’autre main tentait maintenant de se libérer. Son heure approchait rapidement... Et comme lui disait Rampage, demain elle allait être à la première page du journal...

    Soudain, des spasmes naissaient de tout son long, particulièrement au bas-ventre. Elle jouissait... Son tueur aurait pu l’entendre gémir, si ça n‘avait pas été impossible pour Missy. Seul peut-être ses parois intimes pourraient lui dire, car elles se resserraient fermement autour de la colonne de chair qui continuait à aller au plus profond d’elle. Son regard en disait long aussi... Le blanc de ses yeux avait pris une couleur rouge et ils ne quittèrent pas ceux de Dwight qui prenait plaisir à la regarder souffrir. Oui, elle souffrait... De ne pouvoir relâcher un cri de jouissance, mais elle devait le laisser dans ses poumons et se dissiper. Bientôt, elle ne sera plus là laissant toute la place à la douleur...

    “Ça fait mal...” Ses pensées commençaient à peser lourd... Un dernier baiser avant que ses membres se détendirent une à une, à la fin ses yeux se refermèrent, puis sa tête bascula légèrement, les lèvres entre-ouvertes, mais la pression de son cou ne cessa, bien qu’elle ne venait qu’en faite de tomber gravement inconsciente....


[HRP : C'est un peu court, désolée. :/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwight Jackson
rampage
rampage
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 20/10/2010

Dossier Psychatrique
Age: 36 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Sam 12 Fév - 17:33

Elle commença à se débattre, à vouloir attraper le couteau. Déjà dans son regard une étincelle de peur flashait de temps à autres. Ah que j'aimais cette supériorité, elle était en MON pouvoir, c'était moi qui régissait sa petite vie misérable, c'était moi le maître de cette soirée, elle allait mourir, salement sur la banquette arrière de sa voiture. Mes doigts se resserrèrent brusquement quand je sentis le point de rupture de mon corps dans SON corps. Magnifique, délicieux. Que je donnerais cher pour voir tout ça mélangé à un peu de son sang. Mais c'était son petit regard pâle, mélangé de larmes de douleur, de sang par manque d'oxygène, de peur, de colère, de passion, d'envie, le tout rien que pour moi. Magnifique, magnifique petite matrioschka. Puis mes lèvres sur ses lèvres, cherchant à voler le reste de sa vie, cherchant à étouffer le moindre de ses gémissements. Non, non, non, tout cela devait rester dans le silence. Morte sans passion, mort dans le silence, c'était elle qui m'avait cherché, c'était elle qui m'avait trouvé.

Quand tout fut terminé, qu'elle ne bougeait plus, inconsciente, comateuse, les lèvres bleuies par le manque d'oxygène, j'arrêtais doucement mes allées-et-venues dans son corps. Je pris soin d'elle, comme l'on manipule quelque chose de précieux, une relique infiniment importante aux yeux de quelqu'un. Je sortis ce pilier de chair de ses entrailles le plus délicatement du monde, comme pour ne pas la déranger et je me rhabillais de ces vêtements que j'avais trouvé dans l'entrepot. Passant une main dans mes longs cheveux, je laissais un large sourire traverser mes lèvres. Missy ne bougeait plus. Morte? Sans doute pas... Son corps devait combattre l'inconscience d'abord, il était tout simplement fatigué, elle reviendrait à elle plus tard. Mais j'étais satisfait. J'avais eu ses larmes, ses cris, ses griffes, une femme ne m'offre souvent que les larmes, voire les cris avant qu'elle ne meure. Là ce n'était pas les mêmes cris, Missy avait su montré du plaisir, alors peut-être que je la laisserais avec ça, avant notre prochaine rencontre. Je récupérais son couteau, planté dans la portière arrière et sortit de la voiture inspirant à plein poumons, content de moi et de ma performance, comme après chaque meurtre. Je pris soin de vérifier son pouls. Son coeur continuait de battre, mais c'était bien faible, un large sourire traversa mes lèvres une fois de plus. Qu'elle se démerde. Je claquais la portière de sa voiture, la laissant en plan.

- C'est pas tout, mais j'ai un chat qui demande pitance.

Je pivotais sur mes talons et pris le chemin de ma demeure. J'avais hate de retrouver ma boule de poil et lui donner une boite de thon... C'est que j'avais faim moi aussi... Un fast-food sur la route? Pourquoi pas...

FIN pour moi

[HRP: MICIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Missy Otehima
Miss Death | <3 The dead cannot die
Miss Death |
avatar

Messages : 313
Date d'inscription : 20/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 25
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   Mer 16 Fév - 22:50

    La jeune femme qui croyait mourir venait simplement de perdre connaissance. Son corps en sueur, partiellement en sang et immobile était abandonner dans sa voiture. Sa poitrine se gonflait et dégonflait dans un rythme plus ou moins faible, mais au fil des minutes cela revenait à la normal. Ce qui fit revenir la jeune femme à elle. Dans les pommes, elle avait eu l’impression de continuer à vivre et elle fut quelque peu surprise lorsqu’elle revint à elle. Une douleur au cou, elle se massa délicatement doutant qu’elle serait probablement marquée de bleu à cette région. Tout en se redressant, elle se rappela de la raison de ce malaise. « Rampage… » Elle le chercha du regard, dans la voiture puis à l’extérieur. Dwight l’avait laissé… Vivre ? La jeune femme émit un léger rire, levant les yeux au ciel pour la peine. Malgré la douleur qui oppressait sa gorge, elle avait le sourire aux lèvres, le regard plus illuminé qu’avant. Satisfaite quoi !

    Rapidement, elle nettoya son intimité imbibée de sa cyprine et de semence du tueur et ne remit que sa culotte, son manteau noir et ses chaussures avant d’ouvrir la portière et laisser l’air frais emplir l’arrière de la voiture ainsi que ses poumons. Elle jeta un dernier coup d’œil dans ce bordel qui avait servit de nid de torture et de plaisir pour les deux amants et chercha son couteau. Nul part, elle conclue que Dwight l’avait emporté avec lui. Ceci l’aurait frustrée si elle ne nageait pas encore dans le moment euphorique. Pour le moment, elle garderait sa frustration d’être loin de son précieux couteau pour plus tard.

    Maintenant dehors, elle replaça ses longs cheveux avant de refermer la portière arrière pour ouvrir celui d’en avant et sortit ses clés pour démarrer sa voiture. Le sourire aux lèvres, le regard moins assombrit, elle prit le chemin de sa maison. Une bonne nuit de sommeil était de mise après cette soirée riche, varié en émotion et en situation… Le genre de soirée que la jeune femme appréciait.


Fin


[HRP : Merci à toi pour ce rp ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En tête à tête [Missy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
En tête à tête [Missy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quelqu un, pour les intime Missy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Sins City :: Archives RP-
Sauter vers: