Partagez | 
 

 Puisque je te dis que c'est de la légitime défense [Andrew J Lewis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tesla Miller
Ripoux
Ripoux
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 04/11/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 Ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Puisque je te dis que c'est de la légitime défense [Andrew J Lewis]   Dim 5 Déc - 19:16

Une soirée calme pour une fois, de toute la journée Tesla n’avait pas quitté le siège passager du véhicule de service qu’on lui avait assigné pour sa mission à tel point que son chemisier rouge carmin avait pris les plis du siège usé.

« L’enflure il va nous faire patauger combien de temps dans cette poubelle »

La jeune capitaine ne put s’empêcher de lâcher ses paroles en relisant le dossier de l’homme qu’elle était censée retrouver. Il s’agit d’un dénommé Marvin Goose, un petit trafiquant de drogue qui avait les yeux plus gros que l’estomac, il avait osé faire ce qu’un homme sain d’esprit ne tentera jamais : voler la famille Makarov, pas étonnant qu’après que toute la ville soit à ses trousses, pas étonnant que le procureur veuille lui offrir une échappatoire en échange d'informations. Hélas car en plus d’être stupide Goose est bavard, il pourrait bien balancer à ce maudit procureur les quelques transactions que Tesla avaient réalisées avec lui, elle devait le faire taire pour toujours.

Mais comme a Bright Falls rien n’est facile, il a fallu qu’on lui assigne comme équipier un bleu, ses coéquipiers habituels ayant été redéployés dans d'autres patrouilles .Si elle le retrouvait ce soir elle aurait toutes les peines à s’en débarrasser proprement.

« Quelle galère »

Dit-elle en soupirant après s’être allumée une énième cigarette, cette soirée était vraiment infernale, il lui tardait de pouvoir rentrer chez elle, de se dévêtir de ses habits qui lui collaient à la peau et de prendre un bain moussant tiède. La dernière étape de leur Odyssée était en vue, l’appartement d’Hillary Stern une de ses régulières, plutôt une de ses clientes qui était si fauchée qu’elle payait ses doses en échange de parties de jambes en l’air. Un sourire radieux vint aux lèvres de la policière quand elle vit la Buick Riviera bleu éclectique de Marvin garée devant l’immeuble délabré.

« On le tient c’est sa caisse »

Tess ne laissa même pas le temps à son équipier de bien stationner le véhicule qu’elle s’était déjà extirpée de la voiture .Le premier réflexe de la policière fut d’inspecter le véhicule, elle passa la main sur le capot et constata qu’il était encore chaud, cela ne faisait pas longtemps qu’il était là, une aubaine. Heureuse de cette découverte elle fila vers son collègue et lui dit.

« Pas la peine d’appeler des renforts on se le fait à deux, allez amène toi Sunshine, tu restes ici à surveiller l’entrée au cas où et tu attends. »

Pourquoi l’avait-elle appelé « Sunshine » cela restera un mystère, tout comme le fait de ne pas réclamer de l’aide dans ce genre de situation, quoi qu’il en soit elle avait déjà enfilé son blouson en Nylon bleu marine estampiller Police et se dirigeait vers l’entrée du bâtiment, laissant son équipier derrière. Par chance l’unique ascenseur était libre, c’est toujours seule qu’elle arriva au quatrième étage de l’immeuble. Pas de sonnerie, Tesla décida d’enfoncer directement la porte de l’appartement, ce qu’elle vit n’était pas très glamour, Marvin et sa copine se livraient à des ébats sexuels qu’on pourrait qualifier de bestial sur le canapé du salon .En voyant le capitaine armé le malfrat cessa toute activité et tenta de convaincre, mais c’était peine perdue, sans pantalon on peut dire que le « petit »peu de crédibilité qu’il avait s’était envolé.

« Attend Tess, je ne vais rien leur dire pour notre Business, ca restera entre-nous »

Cette phrase fit sourire Tesla qui rétorqua.

« Marv, si je devais croire en la parole de chaque crapule qui pullule dans cette ville, je serais déjà en tôle voir six pieds sous terre, désolée Casanova tu as joué et tu as perdu. »

Cette phrase fut comme une condamnation a mort puisque la seconde d’après Tesla appuya sur la détente de son colt cobra et expédia une balle entre les deux yeux de Marvin .Hilary pour son grand malheur était témoin du crime, pauvre Hilary elle avait choisi le mauvais dealer, Tesla pointa son arme sur elle et l’a réduit au silence aussi .Cette funeste besogne effectuée il ne restait plus qu’a déguiser cela pour que ça fasse plausible aux yeux de ses collègues et surtout de L’IGS. C’est alors qu’elle entendit des pas dans son dos, elle fit volt face et visa le nouveau venu sur la scène de crime en l’apostrophant.

« Tu’es qui toi ? »

Avant de remarquer que l’inconnu portait lui aussi l’insigne de la police de Bright Falls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Puisque je te dis que c'est de la légitime défense [Andrew J Lewis]   Lun 6 Déc - 22:00

Lorsque l'on habite dans une ville comme Bright Falls, il y a des jours où on préfèrerait ne pas se lever histoire d'éviter d'être témoin d'une atrocité ou d'un acte contraire à la morale humaine. Quand on est l'un des rares flics qui ne touche pas de pot-de-vin de la part des mafias et qu'on tente de faire respecter la loi, c'est tous les jours qu'on prie pour avoir un empêchement et ne pas être contraint de voir des horreurs toute la journée. Beaucoup vous le diront, mais travailler pour la justice dans le coin équivaut à essayer de battre le record de celui qui tiendra le plus longtemps sans céder aux tentations des hors-la-loi. Dans cette ville, on ne combat pas le crime : on résiste à la corruption. Ici, la police n'existe pas vraiment et est devenue une ramification des mafias et seuls quelques fous se dressent contre le nouvel ordre établi. Parmi ces fous, un nom est connu de tous pour être celui d'une des rares personnes à avoir plusieurs années d'ancienneté sans avoir craqué : celui d'Andrew J. Lewis. L'Incorruptible : ayant vu mille horreurs, abus de pouvoir et autres manquement à l'éthique d'un policier sans pour autant être tenté de passer de spectateur à pratiquant. Pour la grande majorité, cet homme ne sera jamais brisé et ne cèdera pas : après tout, il a prit l'habitude d'être témoin de ce que les flics font à Seven Sins non ? Mais malgré toutes ces rumeurs sur son mental d'acier, pour lui aussi il y a des jours où il aimerait rester au lit...

17h03 ! C'est cette heure qu'affichait l'horloge digitale de la Porsche Cayman S noire. La sirène de police retentissait encore alors qu'un vacarme assourdissant provenant de l'extérieur semblait couvrir les annonces de police que crachait la radio d'Andrew. Comme si l'action se déroulait au ralenti sous ses yeux, l'inspecteur fixait obstinément le côté droit de sa voiture, regardant une magnifique Subaru Impreza partir en tête à queue avant de percuter de plein fouet le trottoir, entrainant le véhicule dans une succession de tonneaux pour finalement arrêter sa course dans le poteau d'un panneau publicitaire sur les méfaits de l'alcool. De son côté, notre jeune conducteur tentait de reprendre le contrôle de sa superbe voiture, forcé de déraper pour la ralentir et l'arrêter complètement. N'hésitant pas une seconde, il bondit hors de son véhicule de fonction arme au poing et se précipita en courant vers ce qui restait de la Subaru. Devant lui, le conducteur de l'engin rampait difficilement hors de la carcasse de sa voiture pour essayer d'attraper un pistolet qui trainait devant lui, certainement expulsé de la boite à gant lors de l'accident. En un tir, Andrew toucha l'arme à feu qui fut envoyée plus loin et il en profita pour donner un violent coup de talon dans le visage du suspect qu'il venait d'appréhender afin d'être sûr que ce dernier ne tenterait pas d'autres folies.

« Lewis à toutes les unités, rodéo urbain court-circuité, dernier suspect arrêté à l'instant ! J'ai besoin de quelqu'un pour ramasser le colis et si vous m'envoyez Parks, je jure que je lui enfonce le pare-buffle de sa caisse pourrie là où je le pense, a vous ! »

Il ne prit pas le temps d'attendre la réponse de ses camarades et souleva le criminel par le col pour le plaquer contre la tôle poussièreuse de son ancienne voiture. Sans réfléchir, il frappa son visage déjà ensanglanté de toutes ses forces avant de secouer un peu sa main à présent douloureuse. Cela n'était pas très professionnel mais ça avait au moins le mérite de le détendre et de calmer ses nerfs. La journée avait été très difficile pour lui et cette course poursuite dans les rues de la ville l'avait plus qu'énervé. Ce n'était pas tant de traquer des coureurs automobiles qui le génait, mais le fait que même certains flics sur le coup s'étaient amusés à lui mettre des bâtons dans les roues. Par exemple, Chris Parks : un flic corrompu qui avait tenté de l'envoyer dans le décor, prétextant un coup de volant malencontreux qui avait eu pour seul effet de rayer la peinture du bolide d'Andrew. Pratiquer le métier de flic devenait de plus en plus difficile et les efforts étaient souvent vains : après tout, l'homme qu'il venait d'appréhender serait certainement relâché dans la soirée par les collègues de l'inspecteur Lewis, pour vice de procédure ou un truc du genre. C'était pour cela que donner un bon coup de poing de temps en temps permettait de relâcher la pression qui s'accumulait en lui chaque jour. Menottant l'individu à sa propre voiture, Andrew n'attendit pas que les autres flics arrivent et préféra s'en aller au plus vite :

« Tu diras à tes amis flics qu'ils me doivent du fric pour la peinture de ma bagnole, les rayures ça fait tache et en plus c'est cher pour les dissimuler... »

Après un rapide tour au garage favori d'Andrew pour réparations, ce dernier prit la route pour son cher domicile dans les bas-fonds de la ville. Le Point de Chute : l'endroit le plus mal famé de Bright Falls et étrangement l'endroit où il se sentait le mieux. Les criminels pullulaient mais ici au moins, la pourriture humaine ne se cachait pas derrière une insigne de policier ou dans une maison de luxe obtenue après des transactions douteuses. Au final, le quartier pauvre et pourri était peut-être celui qui abritait le plus de gens honnêtes. Roulant lentement, feux allumés, il parcourait tranquillement cet endroit qu'il connaissait par coeur jusqu'à ce que quelque chose le choque profondément : l'un des derniers arrivants dans la grande famille de la police de Bright Falls attendait patiemment sur le bas côté, faisant les 100 pas comme s'il s'impatientait. Bien sûr dans cette ville, des flics qui trainent dans des endroits louches de la ville c'était plutôt commun et Andrew était au courant que le coin était connu pour ses dealers de drogue. Aussi, voir un si jeune arrivant ici l'intriguait et le désolait.

« Génial... Encore un bleu qui a pas tenu longtemps. »

Garant son véhicule pour aller à la rencontre du jeune homme, il l'interpella, provoquant un sursaut chez le jeune homme :

« Alors on profite de la vie blanc-bec ? J'croyais que tu venais d'arriver en ville ! Tu crois pas que c'est un peu tôt pour participer au trafic de cocaïne qui sévit dans le coin ?»

- Inspecteur Lewis ? C'est pas c'que vous croyez, je suis en mission ! Mais on m'a dit d'attendre ici, ma partenaire est dans ce batîment, on traque un certain Goose, vous savez peut-être qui c'est ! J'ai pas prévenu les renforts mais puisque vous êtes là...

Le sang de l'inspecteur ne fit qu'un tour : Goose était l'une des personnes qu'il avait traqué pendant longtemps avant de se concentrer sur autre chose vu qu'il lui glissait entre les doigts à chaque fois. Les évènements récents avaient prouvé que l'homme pouvait être très utile à la police aujourd'hui et on lui avait raconté que des flics étaient sur le coup car il était primordial de le ramener au poste. C'était la chance qui lui souriait enfin ! Mais l'idée qu'un flic laisse son coéquipier de côté et qui plus est un bleu inquiétait le jeune homme : il avait déjà vu ce schéma des centaines de fois ! Se précipitant dans le batîment, il se rua vers l'ascenseur : généralement, les flics corrompus éloignent leurs congénères génant pour accomplir leurs basses besognes sans qu'il y ait de témoin et il y avait de fortes chances que ce soit le cas aujourd'hui. Alors que les portes de l'ascenseur s'ouvraient en donnant ainsi accès au quatrième étage, des coups de feu retentirent.

« Et merde !! »

Dégainant son Beretta d'un mouvement agile, Andrew s'approcha prudemment de la chambre ouverte d'où provenaient les coups de feu. Surgissant dans le cadre de la porte, il pointa son arme sur la personne qui se tenait devant lui. Cette dernière fit d'ailleurs un tour sur elle même, la menaçant également s'une arme à feu. Une jeune femme le fixait intensément, apparemment surprise et contrariée de le voir là. Derrière elle, une femme gisait dans son canapé avec à ses pieds un homme à moitié nu, également mort. Goose venait d'être abattu : il arrivait trop tard.

« Tu’es qui toi ? »

La jeune femme qui venait de parler le fit sortir de ses pensées. Femme ravissante aux courbes généreuses, Andrew la connaissait pour l'avoir vu plusieurs fois au commissariat. Réprimant un sentiment de dégoût, il articula lentement :

« L'inspecteur Lewis, police de Bright Falls ! On est dans le même camp Miller, quoi que j'en suis pas si sûr maintenant... Lâchez votre arme capitaine ! »

Avançant d'un pas sans quitter sa cible des yeux, il tendit une main vers elle en signe de réclamation de son arme à feu.

« M'obligez pas à me répéter Miller... Donnez moi votre arme et expliquez moi ce que c'est que ce bordel ! Vous abattez des témoins maintenant ? »

Le ton de sa voix était ferme et dépourvu de la moindre compassion. Si elle décidait de l'énerver, elle n'avait pas choisi le bon jour...
Revenir en haut Aller en bas
Tesla Miller
Ripoux
Ripoux
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 04/11/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 Ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Puisque je te dis que c'est de la légitime défense [Andrew J Lewis]   Mar 7 Déc - 12:55

C'est qu'il était marrant cet inspecteur Lewis, il espérait que Tesla Miller alias la diva, connue pour son insubordination légendaire et son non respect chronique de la hiérarchie lui donne son flingue comme cela juste parce qu'il l'avait réclamé. A l'injonction de son collègue, elle répondit d'un sourire moqueur et d'un regard de défi qui sous-entendait « si tu le veux tant que ça tu n'as qu'à venir le chercher » avant de ranger l'arme dans son étui en cuir accroché à sa taille. Andrew J Lewis ! Maintenant ça lui revenait, un joli blond, pas mal foutu, bons états de services, mais surtout connu pour appartenir à l'espèce en voie de disparition des flics honnêtes dans ce maudit patelin. Décidément rien n'est jamais simple à Bright Falls, elle espérait se débarrasser d'un insignifiante épine dans le pied et voilà qu'elle doit faire face à un pieu prêt à être planté dans son cœur de glace, pourquoi fallait il qu'Eliott Ness passe par là et que foutait « Sunshine » devant l'entrée, il aurait dû la prévenir. La situation n'était pas au bénéfice du capitaine Miller, mais avec son toupet qui la caractérise elle prit la parole.

« Dis-moi Sherlock sur quelques preuves tu t'appuies pour dire que j'abats des témoins ? »

Elle balaya le salon du regard avant de lui adresser la parole avec des yeux interrogateurs.

« A moins que tu aies déjà reçu la déposition d'un des cafards qui grouille dans ce taudis, ou que tu ais un quelconque don de voyance, je pense que tu les conclus un peu hâtivement tes enquêtes.»

Voilà elle avait trouvé la faille, dans le système judiciaire américain pour accuser quelqu'un il faut des preuves, des témoins et les seuls qui pouvaient témoigner gisaient dans une mare de sang, une balle de neuf mm logée dans la boite de crânienne. Sur ce point Tesla était sauvée, quant au voisin pour rien au monde ils n'oseront pas la ramener, non, ils ne prendront pas le risque de finir comme Goose et sa copine, personne ne dira avoir entendu ce pauvre Goose imploré de ne pas le descendre, avoir la langue trop pendue est un péché mortel à Seven Sin City.

Il fallait quand même trouver une bonne excuse pour expliquer la présence de ses balles dans le corps du couple et la tâche ne s'annonçait pas aisée avec l'inspecteur qui la pointait toujours avec ses yeux inquisiteur, mais quels yeux ! Un léger frisson lui parcouru l'échine, elle avait l'impression d'être transpercée par le regard sévère du jeune homme.

La capitaine de police posa les mains sur ses hanches et bomba le torse mettant ainsi en valeur sa poitrine ferme. Elle adoptait volontairement une attitude provocante et arrogante, c'était sa manière de faire les choses, pousser a bout son opposant, jouer avec ses nerfs, car c'est connu l'énervement conduit à la précipitation et la précipitation provoque des erreurs. Il y avait bien une faille chez ce superflic, il fallait juste creuser pour trouver.

« Bon ! Fais-moi voir comment tu joues au policier, pose moi des questions, tu devrais savoir que si tu n'as pas de preuves tu devrais au moins essayer d'avoir les confessions du suspect, je t'écoute essaye de me faire avouer le crime que je suis censée avoir commis.»

Lança-t-elle ,en le narguant de son plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Puisque je te dis que c'est de la légitime défense [Andrew J Lewis]   Mer 29 Déc - 20:39

Ou en êtes vous ?
Le sujet est t'il finit ? Si oui, merci de me l'indiquer que je puisse verrouiller !

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Puisque je te dis que c'est de la légitime défense [Andrew J Lewis]   Lun 16 Mai - 0:05

Compte supprimé, RP Clos

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Puisque je te dis que c'est de la légitime défense [Andrew J Lewis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Puisque je te dis que c'est de la légitime défense [Andrew J Lewis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je viens un peu aux nouvelles, puisque tu ne le fais pas ! (A-chan *3*)
» Puisque c'est ma faute... <Misoka>
» EMRYS Ϟ « C'EST VÉRITABLEMENT UTILE PUISQUE C'EST JOLI. »
» Emrys ϟ « C'est véritablement utile puisque c'est joli. »
» Umbrae - Artiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Sins City :: Archives RP-
Sauter vers: