Partagez | 
 

 Sans la moindre conséquence...[PV Alona]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Ven 31 Déc - 0:27

Sans la moindre conséquence...



With Alona and Shayne

Plus rien ne comptait autour de lui, il avait presque oublié qu'il se trouvait au beau milieu d'une petite ruelle sur le coté du bar. Shayne était bien trop occupé à embrasser la demoiselle qui se tenait devant lui. Elle est si délicieuse, si jolie comment lui résister. L'alcool altère surement son jugement, mais certainement pas de beaucoup. Juste avant d'être saoul il avait honte de ce qu'il avait fait il y a quelques semaines quand ils avaient été prit en otage et voila qu'il recommençait. Sauf que là, ça allait clairement plus loin car ce n'était plus un petit baiser de rien du tout. La c'était clairement plus intense et poussé et voulu des deux. Ni elle, ni lui ne semblait enclin à arrêter cette folie qui venaient de les prendre. Cette même folie agissait sur le jeune homme un peu trop et il ne serait certainement plus capable de bien se tenir longtemps. Ce qui le poussa à demander à sa collègue ou a proposer de quitter les lieux afin de se retrouver dans un coin beaucoup plus tranquille et intime.

Un court instant aprés, Alona se dégagea de l'emprise de Shayne qui se demandait ce qui ce passé. Il la regarda avec un air interrogateur. Ce n'était pas une bonne idée. Il fronça un peu les sourcils, "pas une bonne idée". Il ne saisissait pas tout, enfin pas immédiatement, son cerveau étant considérablement ralenti par les effets néfaste de l'alcool. Sa conscience ou du moins un petite partie refit surface, elle avait raison, il ne pouvait pas faire ça. Ce serait...ce serait trop bizarre ! Il se gratta la tête, comme si ça pouvait faire germer une bonne idée mais en vain. Le Sergent ajouta qu'ils feraient mieux de rentrer. Rentrer...au camp Arès...avec tout ce qu'ils ont but, ho non c'est surement la plus mauvaise idée qu'elle pouvait avoir.


-Je pense pas être en mesure de conduire, toi non plus d'ailleurs, on a un peu trop forcé sur l'alcool ce soir.


Conduire en état d'ivresse était pas conseillé. C'est pas qu'il a peur de se faire arrêter par les flics, car ils se fichent un peu de ça ici. C'est juste qu'il pourrait avoir un accident et quand moto c'est beaucoup plus dangereux que de se trouver à l'abri dans une voiture. La solution de taxi aurait put être envisageable s'ils ne se trouvaient pas à Seven Sins City. D'ailleurs à Seven il y a très peu de taxi car les rares qui roulent se font souvent attaquer par des petites racailles. Ou alors les petites racailles sont les chauffeurs de taxi et ils ne se contente pas de vous dépouiller de votre argent, ils piquent vos clef pour cambrioler chez vous. En plus de ça, les taxis sont vraiment hors de prix. Quand on dit que SSC est l'antichambre de l'enfer ce n'est pas pour rien. La loi n'y à même plus sa place c'est bien pour ça que les militaires sont là. Et puis, il est hors de question de repartir au camp et de laisser la moto ici.

-Je pense qu'on devrait plutôt prendre une chambre dans un hôtel du coin, c'est plus sûr que de prendre un taxi pour rentrer. En plus à cette heure là, je suis sur qu'ils sont encore plus saoul que nous deux réunis ! pensa le Lieutenant Colonel.

Maintenant, il restait plus qu'a trouver l'hôtel ou ils pourraient bien passer la nuit. C'est alors qu'il vit la pancarte lumineuse sur le coté du mur. L'Hypnos ! Hé oui, il avait complétement oublié que juste à coté du Nyx se trouvait un hôtel. Il désigna d'un signe de tête l'hôtel se trouvant à coté d'eux.


-On devrait aller demander une chambre ici ! proposa le soldat.

Cette fois il ne la prit pas part la main, il se contenta d'avancer le premier vers le bâtiment, la jeune femme ne devant être pas loin derrière ses talons. Il ne tarda pas à pousser la porte pour entrer et aller parler au mec qui stationnait derrière le comptoir de l'accueil avec un magasine en main. Shayne s'éclaircit la gorge pour faire remarquer leur présence. Sans effet, il avait l'air plus prit par sa lecture que par ces deux clients potentiel.


-Excusez moi ! dit le militaire.

L'homme fit enfin attention à eux et retira les écouteurs de son MP3, en s'excusant. Encore heureux qu'il s'excuse. Il demanda alors ce qu'il pouvait faire pour eux.


-On voudrait deux chambres, s'il vous plait
articula t'il en évitant de bégayer ou de se tromper sous l'effet de l'alcool. Le réceptionniste pianota sur son ordinateur un instant.

-Je suis désolé, mais l'hôtel est complet, il ne nous reste qu'une chambre, avec un lit deux personnes. C'est le mieux que je puisse vous proposer.

Une seule chambre hein, avec un seul lit. Bon c'était toujours mieux que rien, ils ont de la chance que ce ne soit pas la suite nuptial. Shayne n'attendit même pas l'avis d'Alona, et il tendit la somme demandé et prit la clef. Direction l'ascenseur. Un ascenseur, bon sang il pourrait s'en passer des choses dedans. Son regard loucha un instant sur sa coéquipière qui était à coté d'elle...non il devait résister à l'envie de l'embrasser. Par chance, ils étaient à l'heure étage et il put sortir rapidement pour aller déverrouiller la porte de chambre, et s'affaler sur le lit.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Ven 31 Déc - 2:11

- Si, je te dis que je suis parfaitement en état de conduite ! .... conduire ! s’exclama la jeune femme.

Et pour prouver qu’elle avait raison, elle se dirigea en titubant à peine jusqu’à sa moto, l’enfourcha et mit la clé dans le contact. Du moins, elle essaya de mettre la clé dans le contact.


- Veux-tu rentrer ici fichue clé ! marmonna-t-elle en s’énervant sur le contact.
- Alona.

Faisant mine de ne pas l’entendre, la jeune femme continua à s’acharner.

- Mais je t’ai dit de rentrer là !
-Alona !


Elle leva finalement la tête d’un air exaspéré.

- Quoi ?!
- C’est pas la tienne.


La concernée baissa les yeux sur la moto, lança un coup d’œil circulaire jusqu’à ce que son regard se pose… sur sa propre moto.

- Bon ok, on va à l’hôtel, concéda-t-elle en descendant de la moto qui ne lui appartenait pas et en retournant vers Shayne.

- Mais je vais quand même pas laisser ma moto là ?

Heureusement pour elle, Shayne venait de repérer un hôtel à deux pas d’ici à peine. Ça pour un coup de chance, c’était un sacré coup de chance ! Elle ne l’avait même pas remarqué quand ils étaient arrivés. En même temps, ils avaient été trop occupés à faire la course comme des gamins pour qu’elle ait le temps de remarquer quoi que ce soit autour du bar.

Shayne se mit en route et elle lui emboîta le pas, se demandant comment il faisait pour réussir à marcher aussi droit. Ou n’était-ce qu’une impression ? Elle essayait de penser à tout et n’importe quoi, mais surtout à concentrer son esprit sur autre chose que l’arrière train du bel éphèbe qui avançait devant elle. Autre chose on a dit !


*Z, Y, X, W, V, U, …. C’est quoi avant U ? T ? Nan, ya un truc avant. S ? Bah nan, c’était bien T. J’en étais où ? Z, X, V… euh non. Z, Y, W… Oh et puis zut !*

Toutes ses pérégrinations pseudo-intellectuelles lui permirent tout de même de traverser la rue et d’atteindre l’hôtel. Tandis que Shayne pénétrait déjà dans le hall de l’hôtel, Alona s’arrêta à l’entrée. Son regard se posa sur un voiturier endormi affalé sur une chaise appuyée sur un mur. Elle mit un léger coup de pied dedans pour achever de la faire basculer, et le garçon se redressa tout de go après bien s’être cassé la figure. Sans un mot, la brune lui tendit alors les clés de sa moto.

- Elle est là-bas, dit-elle en indiquant le parking du Nyx, juste de l’autre côté de la rue. S’il lui arrive la moindre chose, ne serait-ce que la plus infime rayure, je te fais la peau.

Elle l’attrapa soudainement par le col et écarta un pan de son blouson en cuir, révélant ainsi le Mk23 qu’elle avait planqué là pour sa sécurité.

- C’est bien clair ?!

Le commis opina frénétiquement du chef, tandis que, tel un Janus dont le masque peut changer d’un instant à l’autre, l’expression du sergent changea et elle le gratifia d’un large sourire.

- Bonne soirée.

Comme ça au moins, elle était sûre que personne n’oserait lui piquer sa moto, en s’assurant que le voiturier en prendrait le plus grand soin. Elle l’entraperçut qui venait de détaler comme un lapin, en train de traverser la rue en courant en direction du bar.

Lorsqu’elle entra dans le hall de l’hôtel, Shayne était déjà en grande discussion avec le réceptionniste. Elle ne se pressa pas et le laissa faire, et le rejoignit pour entendre tout juste la fin de son propos.


- Qu’est-ce qu’il a dit ?! S’exclama-t-elle encore, alors que déjà Shayne s’éloignait en direction des ascenseurs.

Elle traversa le hall sur ses talons, étant sûre qu’elle avait très mal entendu et que le réceptionniste ne venait pas d’expliquer à Shayne qu’il ne leur restait plus qu’une chambre.


- Comment ça UNE chambre ?

Toutefois, celui-ci ne répondit rien. Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent, les portes de l’ascenseur se refermèrent, la petite musique d’ambiance à la noix envahit l’espace restreint de l’ascenseur. Et en dépit de cette nuisance sonore, ils firent tout le trajet en ascenseur dans un silence particulièrement pesant. En plus, elle commençait à avoir les oreilles qui bourdonnaient à cause de cette fichue musique. Ou à cause de l’alcool, elle ne savait plus trop. Il pourrait lui parler quand même, au moins dire quelque chose. Eviter de l’ignorer complètement comme il était en train de le faire. C’en était presque vexant. Peut-être était-il justement vexé parce qu’elle l’avait plus ou moins envoyé balader un peu plus tôt. Il était sexy quand il faisait la tête….

*Z,Y,X,W,V,U,T,S,R… C’est quoi avant R, bordel ?*

Une fois la porte ouverte, Shayne alla directement s’affaler sur le lit. Alona se tint immobile pendant quelques instants sur le seuil de la porte, faisant un état des lieux interne de la situation. Elle referma la porte, lança un coup d’œil dans la pièce plongée dans la pénombre. Seuls quelques néons à l’extérieur diffusaient un vague halo lumineux dans la pièce. Juste de quoi ne pas se taper dans les meubles.

- Bon, ben j’suppose que je vais prendre le canap’, marmonna-t-elle.

Sans un mot de plus, le sergent se dirigea vers la table basse, retira ses tennis sans même prendre la peine de les délacer, sortit son Mk23, vérifia que le cran de sécurité était bien mis et le posa sur la table, sortit son portable qui vint rejoindre son arme. Elle ôta son blouson et le balança sur un dossier de chaise, et s’affala à son tour, mais pour sa part, sur le canapé qui se trouvait à l’autre bout de la pièce.

Evidemment, il fallait que le sort s’acharne contre elle et que ledit canapé soit hautement inconfortable. C’était une militaire, elle avait du subir des conditions bien pires. Toutefois, le dilemme était cornélien. Passer la nuit sur un support inconfortable mais rester le plus loin possible de son supérieur, ou à l’inverse aller vers le lit plus confortable mais être à proximité de Shayne. A moins qu’il se propose pour lui-même prendre le canapé….

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Sam 1 Jan - 2:38

La jeune femme voulait absolument convaincre son collègue qu'elle pouvait parvenir à conduire. Mais si lui ne se sentait pas de conduire et vu qu'il avait but presque autant qu'elle, c'est qu'elle ne pouvait pas être dans un meilleur état. Tout d'abord, elle bafouillait, ou du moins mélangeait les mots ce qui ne manqua pas de faire rire assez facilement Shayne. Il avait vraiment l'impression de ricaner comme un débile, mais c'était plus fort que lui. Mais se pensant toujours plus forte, Alona enfourcha une moto pour la démarrer. Elle semblait avoir des difficultés pour y mettre la clef. Le Lieutenant Colonel n'avait pas fait immédiatement attention, mais il se mit doucement à sourire et rire tout en appelant son amie. Il avait beau l'appeler, elle n'écoutait pas, bien trop obstinée à vouloir faire entrer cette clef dans le contact de son engin. C'était tellement amusant de la voir faire, mais pas trop quand même car c'était sa moto à lui et il n'avait aucune envie qu'elle casse sa clef et qu'il ne puisse plus utiliser sa bécane. C'est pour ça qu'il lui confia non sans un grand sourire malicieux que ce n'était pas sa moto. Encore une fois, ce fut plutôt amusant de voir le visage de la jeune femme faire un expression étrange, elle devait se sentir bête, très bête. L'option hôtel pour ce soir semblait donc bien plus sur. De plus, il n'était pas obligés de dormir au Camp Arès et personne ne s'inquiéterait de leur absence. Étant donné qu'il avait une permission se week end, ils avaient le droit de faire la fête tout la nuit jusqu'au petit matin si le cœur leur disait.

Le jeune homme partit devant sans attendre Alona, il crut bien l'entendre protester quelque chose au sujet de sa moto mais il n'y fit pas plus attention. Ce qu'il espérait c'est qu'il y ait encore un idiot à la réception à cette heure de la nuit pour bien leur louer une chambre. Poussant la porte, il alla parler au réceptionniste. Il se tourna un instant et vit la jeune femme devant en train d'embêter le voiturier, il leva les yeux aux ciels et se reconcentra sur le type de l'accueil qui cherchait dans son ordinateur. Bon sang, ça doit pas être si long que ça de trouver une chambre dans un hôtel avec son foutu logiciel spécialisé ? Shayne faisait jouer ses doigts sur le comptoir se qui montrait son manque de patience pour ce soir. Finalement, l'homme lui dit enfin qu'il leur restait une chambre. Cinq minutes d'attente pour apprendre qu'il ne leur reste qu'une chambre ! Vous ne croyez pas que c'est du foutage de gueule ? Il devait bien le savoir depuis le début qu'il ne lui en restait qu'une, alors pourquoi faire sans blanc de travailler ?

Alona finit par le rejoindre, il était temps. Elle avait dut juste entendre qu'il n'avait qu'une chambre et en se dirigeant vers l'ascenseur elle fit la remarque à Shayne. C'est pas à lui qu'elle devait se plaindre, lui n'y était pour rien dans cette histoire. Est-ce sa faute si tout le monde viens dans cet hôtel ?


-UNE chambre ! C'est tout ce qui reste ! Tu sais encore compter, ou il faut que je t'aide ? lui demanda t'il avant que la porte de l'ascenseur ne s'ouvre.

Non, il ne se fichait pas d'elle, mais elle semblait tellement stupéfaite qu'il n'avait pas put s'empêcher de lancer cette petite remarque. Le trajet en ascenseur fut assez tendu, il ne parla pas, et resta les bras croisés sur le torse. En plus de ça, il a horreur des ascenseurs. D'ailleurs quand il s'arrêta avec son petit sursaut, il posa sa main sur la petite rambarde à coté de lui. Bon sang, les ascenseurs ça pourrait véritablement le rendre malade, encore heureux qu'il ne soit pas tombé en panne avec lui dedans. Les deux trouvèrent la chambre, et il ouvrit la porte pour aller s'étaler sur le lit. Le militaire avait presque oublié qu'il n'y avait qu'un lit deux places. C'est quand Alona dit qu'elle allait prendre le canapé qu'il leva la tête légèrement pour la regarder faire. C'est étonnant, mais elle n'avait pas l'air convaincu par celui-ci. Une nouvelle fois, il ne put se retenir de pouffer de rire. Ha les miracles de l'alcool, ça vous faire rire pour un rien et vous donne un air con au plus haut point. Il s'assit sur le matelas et retira sa veste, ainsi que ses chaussures et ses chaussettes qu'il balança par terre.


-Tu sais, il y a un lit ! Je crois qu'il est assez grand pour que tu puisses y avoir une place ! déclara t'il en désignant la place libre à coté de lui. Je prendrai pas beaucoup de place, t'inquiète pas ! voulu t'il la rassurer.

Quoi ? Il aurait du proposer de prendre sa place ? Ben non, voyez vous il n'avait pas les idées assez en place pour penser qu'il aurait dut jouer les gentleman et lui céder le lit en entier. Faut pas oublier non plus qu'il est imbiber d'alcool. En attendant qu'elle lui répondre, il se pencha vers le petit frigo qui servait de table de nuit, ho vive les minis bars des hôtels. A l'intérieur, il y avait un stock de mignonnettes d'alcools. Il y avait même de quoi manger. Mais ce qui intéressait Shayne c'était la petite mignonnette de Smirnoff qu'il l'appelait "Shayne regarde moi...je suis la...tu as envie de moi...ou c'est ça approche...encore un effort...tu y est presque...oui...c'est ça...ouvre moi". Cet appel fut plus fort que la raison et il prit la petite bouteille et l'ouvrit avant de refermer le frigo et d'en boire une gorgée. Puis une nouvelle idée folle lui vint en tête. Décidément, trop boire c'est vraiment pas bien pour les neurones.

-Alon....Alona j'ai une idée ! Si on faisait...heu...merde comment ça s'appelle....rohh chez plus...Tu sais on verse un peu d'alcool sur le nombril, du sel sur la poitrine et un citron dans la bouche...ça pourrait être marrant, non ? proposa t'il.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Sam 1 Jan - 15:09

- Nan merci, ça ira, répondit-elle de son canapé hautement inconfortable.

Elle ne savait pas pourquoi elle avait dit cela, ni pourquoi elle avait répondu aussi spontanément, alors qu’elle n’avait eu de cesse de tourner et retourner la question dans sa tête. Parce que franchement, il était très inconfortable ce canapé. La jeune femme ferma les yeux pour essayer de s’endormir, mais en vain. L’option lit revint au galop.


*C’est pas une bonne idée*

Et pourtant, ça avait l’air tellement plus confortable que ce fichu canapé sur lequel elle avait les plus grandes chances de choper un torticolis.

*C’est pas une bonne idée, je te dis*

Mais peut-être que dans un lit correct, elle pourrait passer une bonne nuit, et surtout s’endormir rapidement au lieu de rester là à se prendre le chou pour tout et n’importe quoi.

*Vraiment, ce n’est pas…*
*Ta gueule*


Sans un mot, Alona se redressa, attrapa son portable et son arme qui trônaient sur la table basse, et traversa la pièce sur la pointe des pieds jusqu’au lit au bord duquel elle vint s’asseoir, faisant volontairement dos à Shayne. Elle posa ses affaires sur la table de chevet et s’étendit sur le lit.

- Pas de commentaire.

Elle s’allongea sur le dos, par-dessus les couvertures sur le côté gauche du lit, contemplant le plafond au-dessus de sa tête. Elle surveillait Shayne du coin de l’œil, qui semblait s’être de toute façon passionné pour le minibar. Elle ferma alors les yeux, espérant que Morphée viendrait rapidement la prendre dans ses bras. Sauf que pour son esprit alcoolisé, les bras de Morphée devinrent les bras de Shayne et il se mit à dériver vers des pensées qu’elle voulait à tout prix éviter.

La jeune femme ouvrit soudain grand les yeux et se remit dans la contemplation fixe du plafond. Il fallait qu’elle trouve quelque chose pour s’occuper l’esprit. L’alphabet à l’envers, c’était fait. Elle n’allait quand même pas compter les moutons, c’était ridicule.

La voix de Shayne s’éleva alors, avec une suggestion des plus folles. Alona se redressa en s’appuyant sur ses coudes et fixa son supérieur comme s’il était devenu complètement abruti. D’une voix blasée, elle rétorqua alors.


- Alors d’abord, on fait ça avec de la téquila. Et tu devrais le savoir, on en a fait au moins cinq shots ce soir… ou six, je sais plus. Et en plus, tu vas le trouver où le sel et le citron ?!

Elle se laissa retomber sur le dos. Puis après un instant de silence, elle se redressa de nouveau.

- Tu devrais éviter de vider le mini frigo, ça va sérieusement saler la note demain matin.

Elle lui lança un regard désolé pour lui, soupira un « bonne nuit, Shayne », fit demi-tour, se glissa entre les draps et cette fois-ci se recoucha pour de bon en lui faisant dos. Les coussins étaient confortables, le matelas aussi. La brune s’endormit comme un charme. Voilà la gentille fille qui avait fait la seule chose intelligente à faire. C’était ce qu’il y avait de plus rationnel, et ça lui éviterait non seulement d’empirer sa gueule de bois, mais aussi d’éviter de faire une grosse bêtise. Ça, c’était bien.



C’était vraiment ce qu’elle aurait dû faire !

C’était ce qu’elle n’avait malheureusement pas fait….

Reprenons. La jeune femme avait soudain ouvert grand les yeux et s’était remise dans la contemplation fixe du plafond. Il fallait qu’elle trouve quelque chose pour s’occuper l’esprit. L’alphabet à l’envers, c’était fait. Elle n’allait quand même pas compter les moutons, c’était ridicule.

La voix de Shayne s’éleva alors, avec une suggestion… une suggestion étrangement tentante. Si la jeune femme avait voulu se faire croire qu’elle était encore lucide, c’était en réalité loin d’être le cas. Il ne fallait pas oublier qu’elle avait bu quand même bien plus que son voisin, même si elle donnait l’impression de mieux tenir l’alcool que lui. Et puis, réussir à mieux s’endormir sur le lit, tu parles. Elle était absolument incapable de s’endormir dans cet état là, et ce n’avait strictement rien à voir avec le niveau de confort du support sur lequel elle était installée.


- Un body shot ? L’aida-t-elle.

Elle se redressa, traversa le lit et s’appuya sur Shayne qui était assis de l’autre côté du lit. Elle était à genoux sur le lit, les bras appuyés sur ses omoplates et penchée en avant pour regarder par-dessus son épaule ce qu’il avait dans les mains et ce qu’il y avait dans le minibar.


- Mais y a de la téquila au moins ?

Alona se mit alors à glousser sans raison.

- Tu sens l’olive… et le martini.

Mmh l’odeur enivrante du dirty martini, un de ses cocktails préférés. Même s’il avait fini de sécher, il sentait encore le cocktail qu’elle lui avait lancé à la figure en début de soirée pour se venger du piège qu’elle l’accusait de lui avoir tendu.

Sans même réfléchir à quoi que ce soit, ses mains remontèrent le long de ses omoplates, passèrent par-dessus ses épaules et vinrent s’enrouler autour de son cou, et elle approcha son visage de son cou. Il n’y avait pas que l’odeur d’olive, qui était surtout un prétexte, mais l’odeur même de sa peau était tout aussi enivrante. Elle posa alors ses lèvres dans son cou et se mit à l’embrasser. C’en était fini, elle avait achevé de perdre la raison….

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Dim 2 Jan - 4:13

C'est bien dommage, Alona ne voulait pas profiter du moelleux du lit, elle devait préférer avoir le dos en compote en siègent sur son canapé. L'hypnos est peut être un bon hôtel, mais leur chambre n'est pas la plus haut de gamme vu qu'elles sont déjà toute prise. Alors les chambres dite "bas de gamme", n'ont pas toute le même confort. Shayne ne se plaindra pas car ils ont quand même le privilège dans un bon lit, et une bonne literie c'est le secret d'une bonne nuit de sommeil et d'un dos en bonne santé. Le canapé était quant à lui, la pour une aspect purement décoratif et pratique et non pour l'usage de "dormir" comme un gros bébé. Sans l'alcool qui se ballade dans son corps et qui altère ses facultés mentales, il aurait été vexé par le ton qu'elle venait d'employer pour refuser sa proposition. A la place, il se contenta de rétorquer :

-T'est sûr ? Le lit est pourtant bien confortable !

Il remua un peu sur le lit pour montrer que c'était vrai afin de lui démontrer la souplesse d'un matelas. Ne la voyant pas plus venir, il la laissa à son canapé miteux et se tourna vers le mini bar qui semblait bien plus intéressant. Trop d'alcool tue l'alcool ? Hé bien non, malheureusement le militaire à eut déjà beaucoup d'entrainement dans sa jeunesse. Vous savez quand vous débarquez pour la première fois dans votre unité et que vous le petit "bizu" qui faut bizuter, plus les soirées qui sont en général bien arrosé. Même avec la gueule de bois, on en redemande encore. Oui, ce sont les miracles de l'armée ! Quoi que l'armée n'a pas réussit à faire fumer Shayne. La cigarette ça ne l'a jamais tenté, autant il adore l'alcool, mais s'intoxiquer à coup d'aspiration de goudron, mercure et autre merde qu'il peut y avoir dedans, non merci. Il tourna la tête, quand il sentit le lit bouger un peu. Ho mais qui voila, Alona ! Finalement, elle n'avait pas put résister à l'appel du lit. Peut être que ça faisait comme pour l'alcool avec le militaire. Le lit avait hypnotisé la jeune femme en lui disant "rejoins moi...Alona, regarde je suis moelleux...doux...vient dormir...approche...une nuit de sommeil confortable...oui...". A cette pensée complétement débile, le Lieutenant Colonel pouffa de rire comme un idiot. Il aurait voulu faire un commentaire, mais le Sergent avait été plus rapide. Dommage. L'air bougon, il sortit sa petite bouteille du mini bar et proposa son idée folle. La jeune femme avait retrouvée le nom de ce jeu.

-Oui, c'est ça ! Un body Short ! dit t'il au lieu de body shot mais encore une fois son cerveau marché au ralenti.

Il sentit la jeune femme s'approcher et prendre appuie sur lui surement pour regarder le contenue mystérieux du mini bar. Pour une chambre bas de gamme, il avait quand même la chance d'avoir un mini bar bien garni.


-Tequila, whisky, vodka...je crois qu'il y a un peu de tout ! répondit t'il à la question de la jeune femme.

Quand elle se mit à rire, il se demanda ce qu'il avait dit de drôle. Ho c'est qu'elle se moquait d'elle car il sentait une odeur particulière et par sa faute à elle en plus de ça. Il allait lui répondre, mais elle lui arracha l'herbe sous le pied, ou du moins le stoppa. Les mains de la jeune femme venait d'entrer en plein action. Qu'est-ce qu'elle faisait...et ces lèvres qui se baladait à présent sur son cou...un frisson agréable le parcouru et il ferma les yeux pour mieux savourer le moment. Ce n'était pas elle qui l'avait arrêté juste avant ? Mais arrêté pourquoi ? Que faisait t'il de mal ? Il se laissa faire et referma le frigo, il laissa main les petites bouteilles glisser de ses mains pour tomber sur la moquette par terre. Alona était en train de rallumer le feu qu'elle avait éteint quelques minutes plutôt. Shayne se retourna pour faire face à sa partenaire. Ses mains se posèrent automatiquement sur ses hanches et il se s'approcha très prés d'elle jusqu'à se que son corps soit presque collé au sien. Toujours à genoux sur le lit, il posa ses lèvres sur les siennes, mais ce baiser ce voulait plus sauvage et brulant que ceux qu'il avait put lui donner dans le bar. Sa main droite oublia les hanches de la demoiselle pour glisser sur sa cuisse et terminer sur ses fesses qu'il caressa avec une grande envie. L'autre main quant à elle, petite coquine, passa sous le haut de la jeune femme pour toucher sa peau brulante.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Dim 2 Jan - 14:52

Pourquoi venait-elle de faire ça alors que c’était elle qui l’avait rembarré un peu plus tôt dans la soirée ? On pouvait en effet décemment se poser la question. Le fait est que cette question n’avait pas de réponse, ou du moins, elle n’en avait plus. La jeune femme n’était en effet plus capable de réfléchir rationnellement. Ce n’était de toute façon pas pour déplaire à Shayne qui semblait-il, n’avait aucune objection à la nouvelle tournure que prenaient les évènements.

Elle sentit ses mains glisser le long de son corps, comme embrasant sa peau à chaque contact. Attirés comme des aimants, leurs deux corps étaient collés l’un à l’autre. La jeune femme avait passé ses bras autour de sa nuque et les fit descendre sur ses épaules, sous sa veste. Elle fit glisser la veste en jean le long de ses bras, et une fois ôtée, l’envoya par terre un peu plus loin.

Ses mains montèrent et descendirent successivement dans son dos, et à aucun moment leurs lèvres ne se séparèrent. Elle fit redescendre une nouvelle fois ses mains dans son dos, bien décidée à faire subir à la chemise le même sort que la veste, mais arrêta net ses mains dans le bas de son dos.

Elle détacha ses lèvres de celle du jeune homme et le fixa alors d’un air amusé. Elle tenait dans une main un Sig Sauer et dans l’autre un couteau de combat. Comme quoi, elle n’était pas la seule à avoir viré un peu parano depuis l’incident des motards, quelques semaines auparavant. Sauf que pour une ville comme celle là, on ne pouvait même pas les accuser d’être parano, mais c’était simplement faire preuve de prudence. Elle les fit glisser vers le bord du lit pour qu’ils atterrissent en souplesse sur la moquette. Il était hors de question de s’amuser à lancer un revolver n’importe comment à travers la pièce, et ce, quelque soit l’état dans lequel elle se trouvait.

La jeune femme l’attira de nouveau à elle et l’embrassa fougueusement. Elle avait l’impression d’être en train de bouillonner. Se faisant, elle s’attaqua aux boutons de sa chemise. Quelle idée de porter une chemise ! C’est fou ce que ça pouvait être compliqué de détacher des boutons, sans regarder, bien alcoolisé, et surtout hautement déconcentré par d’autres activités plus prenantes. Elle parvint tout de même à les détacher avec une relative dextérité.

Une fois que la chemise eut rejoint la veste en jean au sol, elle les fit basculer tous les deux et s’allongea sur son torse. Elle passa un pouce sur les lèvres de son supérieur avant d’y poser ses lèvres. La petite voix de la conscience avait cessé de se manifester de façon inopportune dans son esprit. Elle avait enfin réussi à s’en débarrasser pour de bon. Mais était-ce pour le mieux ?

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Jeu 6 Jan - 2:05

Les soirées trop arrosé sa finit toujours mal, du moins ça part en cacahuète. C'est justement le cas ce soir pour Shayne et Alona. Encore heureux ce n'est pas trop négatif, ça aurait put être une bagarre dans le bar avec des motards aux blousons noir (je rime !!!!! xD). Mais non, leur fin de soirée allait être beaucoup plus torride et rien qu'eux deux dans une chambre d'hôtel. Coucher avec Alona, c'était sa collègue et c'est le genre de chose très mal vu surtout qu'il est son supérieur. Bien sur le jeune homme n'en avait pas conscience, l'alcool venait de supprimer toute trace de logique. Les seules fonctions qui avaient encore de marcher étaient les fonctions primaires et donc pas les meilleurs. Demain, elle et lui regretteraient se qu'ils vont faire mais n'en n'ayant pas conscience pourquoi s'arrêter en si bon chemin. Le désir, l'envie, la chaleur de l'autre étant bien plus intéressante que tout le reste, et ce n'est pas le jeune homme qui dira le contraire. Ce retournement de situation ne semblait pas lui déplaire, un petit sourire coquin se cachait même au coin de ses lèvres. Quelle bonne idée Alona venait t'elle d'avoir en s'approchant de lui.

Docilement, il la laissa retirer la veste qu'il portait, elle faisait ça si bien que s'en priver aurait été dommage. Et puis au moins, pendant qu'elle faisait ça, il pouvait sentir son corps onduler contre le sien et cette sensation n'avait rien de déplaisant. La jeune femme s'arrêta un instant, elle venait de trouver les armes que le Lieutenant Colonel cachait sur lui. Il vit sur son visage que ça l'amusait, mais ici à Seven Sins City on n'est jamais trop prudent. Quand on est militaire en plus de ça, il vaut mieux avoir de quoi se défendre car certains méchants connaissent les têtes de l'autorité. Elle déposa les armes avant de reprendre la ou elle s'était arrêtée. Leurs lèvres se retrouvant dans un nouveau baiser. Sa partenaire venait de décider de déboutonner la chemise de bucheron du jeune homme. Voila une tache qui risque de prendre un peu de temps. Il aurait put l'aider, mais non, il s'amusait à la déconcentrer en continuant de la caresser un peu partout. La chemise finit tout de même par rendre les armes et rejoindre la veste qui trônait sur le sol. A présent, le soldat était torse nu et la jeune femme pouvait profiter de cette partie là de son anatomie. A présent allongé sur le dos, il se laissa embrasser par la demoiselle. Ho il en profitait et pas qu'un peu. Le bout de ses doigts se baladaient tranquillement sur le dos de sa collègue par dessus le tissus de son vêtement.

Devait t'il être le seul à être le moins habillé ? Non, hors de question. Alors, au fur et à mesure, il remonta en douceur le tissus du t-shirt de la jeune femme pour lui faire comprendre qu'il serait temps pour elle aussi de faire "tomber la chemise" (ho bordel c'était nul !!!! xD). Leurs corps se collant et se décollant au rythme effréné de leurs baiser, il parvint à faire remonter le tissus assez haut pour qu'elle se relevé un peu afin qu'il puisse le lui enlever. Adieu le t-shirt... Shayne glissa de nouveau ses mains sur la peau d'Alona qui lui semblait brulante, cette sensation était encore plus envoutante, tellement que le soldat l'embrassait avec encore plus d'envie. Ses lèvres quittèrent celle de la jolie jeune femme pour courir le long de son cou. Cette partie la était tout aussi délicate, tellement douce... La trouvant encore trop habillé à son gout, il descendit une main jusqu'à son jean pour entreprendre de le déboutonner.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Dim 9 Jan - 15:22

*Youhou ?*
*Youhou, y a quelqu’un ? Alona ?*
...
*Fait vraiment noir ici.*


Alcool 1 - Raison 0.

Alona avait atteint le point de non-retour, puisque d’une part, sa raison n’allait pas retrouver le chemin de sa conscience ni de son cerveau, qui de toute façon étaient tous autant les uns que les autres désactivés. D’autre part, quoi qu’il advienne à partir de là, elle regretterait dès le lendemain ce qu’elle avait fait et saurait qu’il avait réussi à détériorer ses relations avec un des rares gradés du camp qui la respectait pour ce qu’elle était et ne la jugeait pas parce que c’était une femme. Et en plus, il fallait ajouter à cela que si ça se savait, sa réputation allait être complètement ruinée, et ils risquaient des peines assez sévères par leur hiérarchie. Heureusement, ou malheureusement, pour la militaire, ces deux derniers éléments, elle n’était pour l’instant pas en état d’en avoir conscience.

Pour l’instant, la seule chose qui la préoccupait était les mains de Shayne qui montaient et descendaient dans son dos. C’était de la triche. Non pas qu’elle s’en plaignait véritablement, mais la déconcentrer dans la tâche déjà pas évidente de déboutonner une chemise dans son état, ce n’était vraiment pas juste ! En plus, elle était sûre que les boutons se démultipliaient. Elle avait tout de même réussi à vaincre la chemise qu’elle avait envoyée au sol, qui n’avait d’ailleurs pas tardé à être suivi de son propre t-shirt. Effectivement, Shayne avait décidé de rétablir un certain équilibre, et même plus encore puisqu’il venait de s’attaquer aux boutons de son jean.

Toutefois, dans la position dans laquelle se trouvait la jeune femme, il ne risquait pas d’aller bien loin. Par contre, pour sa part, elle était bien placée pour faire la même chose. Le pantalon, c’était mieux que la chemise en ce sens. Non seulement il y avait moins de boutons, beaucoup moins, mais en plus ils étaient plus gros, donc plus faciles à détacher. Ça au moins, ça avait étudié pour les gens saouls et libidineux.

Afin de leur simplifier la tâche à tous les deux dans l’enlevage de jean, la jeune femme eût la très bonne idée de se laisser basculer aux côtés de son partenaire, parce que tant qu’elle restait au-dessus de lui, ce n’était pratique ni pour l’un ni pour l’autre. Le geste était empli de bonne volonté, mais Alona omit tout de même un détail dans son choix du côté où basculer. S’il y avait plein de place d’un côté, de l’autre, ils étaient quand même près du bord du lit.

Et ce fût donc ainsi que, très érotiquement… la brune se cassa la figure du lit. Par un miracle miraculeux, elle avait réussi dans sa chute à esquiver les bouteilles qui étaient pourtant tous au pied du lit là où Shayne les avait laissées tomber. Et surtout, elle avait réussi à ne pas se cogner la tête sur le rebord de la table basse qui faisait aussi office de minibar.

Toutefois, ne pouvant pas tout éviter, elle avait quand même atterri sur le revolver, mais heureusement pour elle, le choc avait été amorti par la veste et la chemise qu’elle avait laissé tomber là, par-dessus les armes. Donc rien de très douloureux pour elle si ce n’était pour son ego. Mais notamment à cause de la quantité d’alcool qu’elle avait ingurgitée, elle avait la tête qui lui tournait. Aussi prit-elle le parti de ne pas se relever immédiatement. Soudain, et sans raison apparente si ce n’était le fait qu’elle venait de honteusement se vautrer, Alona, toujours étaler par terre, se mit à rire bêtement.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Lun 10 Jan - 2:01

Qui a dit que de déshabiller une fille était facile ? Ce l'est encore moins quand les deux ont un peu trop forcé sur la bouteille. Retirer le t-shirt d'Alona avait quand même était pour Shayne une tache plus facile que pour elle avec la chemise qu'il portait. Mais maintenant qu'il s'attelait à lui déboutonner son jean, il comprenait le mal qu'elle avait dut avoir à essayer de les déboutonner. En plus de ça, il n'était pas forcément des mieux placer pour faire ça, et il était en aveugle. La jeune femme avait vraiment l'avantage d'être dans la bonne position et gagnait du terrain. Elle aurait put réussir si elle n'avait pas basculer sur le coté. Tout c'était passé tellement vite. Alona était là, puis POUF plus d'Alona. Shayne resta surprit ne comprenant pas ce qu'il ce passait. Il n'avait tout de même pas rêvé, il était bien en train de faire des choses avec la jeune femme... Son esprit marchait tellement au ralenti qu'il ne comprenait pas. Il plissa les yeux comme si ça pouvait l'aider à mieux voir ou avait disparu la jeune femme. Il crut entendre du bruit par terre, il se pencha donc vers le bord du lit et vit la jeune femme allongée sur le sol. Que faisait t'elle là ? En tout cas, elle riait aux éclats.

-Beuhhh...qu'est-ce que tu fiches sur le sol ? Tu fais du camping ? demanda t'il incrédule.

Pour mieux voir, il se pencha un peu trop et PATATRAS lui aussi tomba et se ramassa en beauté sur la jeune femme. Rapidement, il se redressa pour ne pas trop écraser Alona, et en la regardant rire, il se mit à rire de plus belle. Bon sang, ils étaient complétement pété et il s'en fichait complétement surtout qu'il ne s'en rendait par vraiment compte.


-Oups ! dit t'il en rigolant.

Il se mit à genoux tout en admirant la jeune femme et lui tendit sa main pour qu'elle l'attrape et il la tira vers elle de manière à ce qu'elle se retrouve assise. Par terre, aucun d'eux ne pourra tomber plus bas, c'est l'avantage. Il l'embrassa de nouveau avec envie.


-Il fait chaud, tu trouves pas ? questionna le jeune homme entre deux baisers.

Le Lieutenant Colonel, se releva et manqua presque de perdre l'équilibre mais par chance il parvint à rester debout. Il aida la demoiselle à se lever et la prit par la main pour qu'elle le suive jusqu'à la salle de bain. C'était une salle d'eau tout ce qu'il y a de plus normal, avec une douche, pas de baignoire, un évier et un meuble ranger serviette. Le soldat se retourna vers la demoiselle qu'il embrassa avec une passion dévorante. C'est fou ce qu'il pouvait la désirer en ce moment. Ils reculèrent jusqu'à ce qu'elle heurte le meuble. Profitant du moment, il réussit à détacher les boutons du jean d'Alona et fit doucement glisser le vêtement des hanches si délicate de sa partenaire.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Lun 10 Jan - 2:52

La jeune femme resta là à glousser, sans penser à se relever immédiatement. De toute façon, elle était sûre qu’elle allait avoir mal à la tête si elle se redressait trop vite. Par contre, elle pouvait quand même tenter de se mettre en position assise. Alona était donc sur le point de se décider à se relever lorsque Shayne apparût dans un champ de vision, tel un ange avec son auréole d’obscurité et de vague lumière de néon extérieur. Son visage semblait rayonner dans la nuit et elle le contempla d’un air béat pendant quelques instants. On était mal si elle avait atteint ce stade là. Elle avait peut-être une commotion cérébrale tout compte fait.

La brune voulut tendre un bras en direction de l’ange qui veillait sur elle lorsque tout d’un coup, celui-ci tomba des nues et vint atterrir sur terre. Rien d’angélique dans cette chute là, qui était surtout la grosse gamelle de Shayne qui venait de lui atterrir dessus, lui coupant littéralement le souffle.


- Aieeeuh ! T’as fait partir l’ange….

La jeune femme partit soudain d’un nouveau fou rire, et entre deux éclats de rire, réussit à lui demander de se pousser. Parce que, et elle avait beau être résistante, il pesait quand même bien plus qu’elle. L’hilarité était apparemment contagieuse puisque Shayne la rejoignit sans qu’elle ne comprenne pourquoi.

Jabberwock finit tout de même par se redresser, ce qui faisait que, de là où elle était, elle avait une superbe vue sur ses abdos. Et bon, sur sa tête aussi, mais plus loin et plus haut. Elle était bien là, en réalité. D’ailleurs, et il lui fallait relever cette injustice : même cette fichue moquette était plus confortable que le canapé sur lequel elle était installée un peu plus tôt ! Et en plus, il y avait littéralement de l’alcool à portée de main.

L’idylle avec la moquette ne dura pas bien longtemps car Shayne lui tendit la main pour l’aider à se redresser en position assise. La jeune femme ferma les yeux en sentant le mal de tête arriver, et pour pallier à cela, attira son partenaire à elle et l’embrassa ardemment. Ils s’étaient en fait plus ou moins jetés l’un sur l’autre en même temps, comme deux fauves affamés. Et c’était d’ailleurs une bonne métaphore pour représenter ce que ressentait la brune qui n’avait plus l’intention de lâcher sa proie. Heureusement pour elle, ladite proie était parfaitement consentante et même partante.

Shayne avait parfaitement raison : il faisait chaud. Mais la jeune femme avait conscience que la chaleur était loin de provenir de la pièce, mais simplement de leurs deux corps, et en particulier du sien qui, elle en était persuadée, était en train de se consumer. On ne retrouverait bientôt d’elle plus qu’un petit tas de cendre. Cause du décès : combustion spontanée.

Ce dont elle n’avait pas eu conscience, c’était que sa remarque impliquait qu’il comptait la déplacer, et donc la forcer à se lever. L’hilarité reprit la jeune femme lorsqu’elle constata que son supérieur avait manqué de se casser la figure en se redressant. Par contre, elle se calma bien vite quand ce fût à son tour de se lever. Il l’aida en la tirant par la main tandis qu’elle essayait tant bien que mal de se soulever du sol. Elle se prépara à atterrir droit dans ses bras et à l’embrasser de nouveau, mais il s’était mis en marche et l’entraînait derrière lui par la main. C’était dingue ce qu’elle avait envie de lui en cet instant, et le trajet lui sembla durer une éternité.

A peine arrivés au seuil de la salle de bain, il l’attira de nouveau à lui et elle lui rendit son baiser passionné. Une de ses mains s’accrocha dans ses cheveux tandis que l’autre alla rejoindre son dos. Il la poussa, la faisant avancer à reculons dans la pièce. Jusqu’où il comptait aller, elle ne le savait pas trop… du moins, jusqu’à ce qu’elle sente un meuble la percuter de plein fouet.


- Aouch. Tu fais exprès ou quoi ? Souffla-t-elle en quittant ses lèvres et avant d’aller poser les siennes dans son cou.

Elle sentit Shayne finir la tâche commencée un peu plus tôt sur son pantalon. Elle sentit celui-ci glisser le long de ses jambes, et l’aida même à terminer son parcours jusqu’au sol, puis le secoua du pied pour le pousser un peu plus loin. Il ne manquerait plus qu’ils trébuchent dessus ! Elle trouvait qu’elle s’était suffisamment cassé la figure pour la journée.

La logique voulait qu’elle lui enlève son jean à son tour avant d’aller sous la douche. La jugeote lui indiquait que c’était une excellente idée, parce que d’expérience, un jean mouillé, c’était tout de suite beaucoup plus difficile à enlever parce que ça collait à la peau et que ça devenait plus lourd. En plus, il était déjà déboutonné parce qu’elle s’était occupée de cela tout à l’heure. Il ne restait plus qu’à le faire glisser, et se faisant, la jeune femme en profita pour arrêter ses mains sur le postérieur de son partenaire. Bah quoi, elle aussi avait bien le droit d’en profiter. De toute façon, pour cette nuit en tout cas, il était tout en entier à elle, et rien qu’à elle.

Toujours accrochée à lui, elle se décala de quelques pas, non seulement pour ne plus avoir le rebord désagréable du meuble dans le dos, mais aussi pour les faire entrer dans la douche en elle-même. Le dos plaqué contre le carrelage froid, la jeune femme tendit un bras à l’aveugle pour ouvrir le robinet d’eau chaude. Ce n’était vraiment pas le moment pour une douche froide !

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Jeu 13 Jan - 2:25

Un ange ? Ou ça ? Shayne avait regardé autour de lui des fois qu'il aperçoit une femme vêtu d'une robe blanche ultra sexy, avec une forte poitrine, et de petite ailes dans le dos et une auréole sur la tête. Non, vous ne rêvez pas, c'est bien l'image de l'ange qu'avait le jeune homme en tête. Sa relevé plus d'une strip teaseuse qu'un ange, mais encore une fois l'alcool fait parfois de bien triste ravage. En plus de ça, Grant reste quand même un coureur de jupon, un homme à femme, alors on ne peut pas lui jeter la pierre à la figure quant à son imagination un peu trop débordante. Ca ne l'empêcha pas de rire, c'était tellement drôle de penser qu'un ange pouvait être la, comme s'il existait. Alona devait vraiment dérailler. Enfin, lui aussi, car pour regarder si un ange se trouve dans la pièce, faut pas être net. Il suivit la jeune femme dans son fou rire, oui, c'était vraiment stupide ce qu'ils venaient de s'imaginer.

Le planché des vaches c'est bien, mais c'est pas le plus confortable, et puis il ne compte pas rester sur celui ci indéfiniment. Voyant qu'il écrasait la jeune femme, il se redressa pour se mettre à genoux et aider la charmante demoiselle à faire de même. Mais ils se jetèrent l'un sur l'autre, ayant bien trop envie de gouter de nouveau à un baiser plein de passion. Une légère violence résidait dans ce baiser, c'était sauvage, bestial, animal... Deux humains réduits à l'état d'animaux, n'écoutant que leur pulsion et oubliant tout le reste. Encore une fois, vive les ravages de l'alcool à haute dose.

Le jeune homme se releva manqua presque de tomber, mais il parvint à rester sur ses pieds. C'est étrange, mais il avait la sensation que le sol était mou, ou instable, voir même bancale...enfin quelque chose dans ce gout là. Shayne est tellement fort, qu'il réussit à ne pas tomber, ouais, c'est un Warrior ! Au tour de la jeune femme de se lever, elle ne tomba pas, en tout cas, le jeune homme fit son possible pour qu'elle reste debout. Sans plus attendre, il se dirigea avec sa partenaire dans la salle de bain ou il ne tarda par à recommencer à l'embrasser. Les lèvres d'Alona avait l'effet d'une drogue. Plus il l'embrassait, plus il en voulait plus. Comment pourrait t'il se passer de ces lèvres si douce et de sa chaleur ? C'est tout simplement impossible. Le voilà accroc. Il la poussa doucement jusqu'à ce qu'elle soit bloquée contre le petit meuble de salle de bain. Là, il continua à la couvrir de baiser, mais en profita également pour lui ôter son jean. Bye bye le pantalon, tu n'est pas invités à la fête ! Le jean de Shayne ne tarda pas à recevoir le même sort, il glissa le long de ses jambes pour se retrouver à joncher le sol comme une vulgaire carpette. Il le poussa d'un petit coup de pied et se reconcentra sur la jeune femme qui les "poussa" à l'eau. Enfin pousser...c'est pas comme si c'était une piscine, car la ce n'est qu'une pauvre douche tout ce qu'il y a de plus normal. L'eau était chaude, cette chaleur était des plus agréable mais avait un effet un peu plus excitant sur le jeune homme.

Ho bah tien ! Regardez moi ça...qu'est-ce que c'est ça ? Tu pousses le bouchon un peu trop loin Maurice...Heu désolé, je me suis trompée d'histoire. A croire que la narratrice est également pété de chez pété ! Les ravages de l'alcool c'est désastreux, faut vraiment arrêter de bouffer tout les choco suisse... Ce sont donc deux petits morceaux de tissus qui était encore sur le corps d'Alona, il en restait également un au Lieutenant Colonel. Les sous vêtements...oui les petits coquin avaient trouvés le moyen de ne pas perdre la face et de trouver place sur le sol. Maintenant qu'ils sont mouillés, il va falloir penser à les enlever, juste histoire d'éviter qu'ils soient encore plus mouillé (c'est illogique, mais c'est l'alcool qui veut ça xD). Le jeune homme avait posé ses mains sur les hanches de la jeune femme et l'embrassait toujours avec autant de passion. Son corps était collé à elle, il pouvait sentir la chaleur du corps d'Alona et l'eau couler délicatement entre leur deux corps. Ce serait encore plus agréable si le soutien gorge que portait la demoiselle partait en exil. D'ailleurs c'est justement ce qu'il allait faire. Il remonta ses mains dans le dos du Sergent et dégrafa sans trop de difficulté le morceau de tissu. Hé hé hé, le voila prêt à tomber le petit vicieux !

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Lun 17 Jan - 2:58

*Youhou ?*
*Ah nan, pas elle, que quelqu’un la fasse taire !*
*Tu m’entends, tu m’entends vraiment ?*
*Non, pas du tout, tais-toi !*
*Haha, tu m’entends ! Alors voici quelque chose pour toi : ne fais pas ça ! Tu as encore le temps de changer d’avis !*


L’eau était-elle en train de l’aider à dessaouler et retrouver sa conscience ? C’était une mauvaise chose, une très mauvaise chose. Elle était bien dans cet état d’engourdissement moral, où il n’y avait ni bien ni mal, aucun jugement de valeur sur ce qu’elle était en train de faire, pas de réflexion, seulement de l’action, bien aidée par son éthylisme avancé. Elle n’avait pas pris une douche froide, pourtant. C’était de l’eau chaude, rien que de l’eau chaude. Et d’ailleurs, il n’y avait pas que l’eau qui était chaude.

Par un phénomène dans d’autres circonstances paradoxal mais ici tout à fait explicable, moins elle avait de vêtements et plus elle avait chaud. A ce stade, il ne leur en restait vraiment plus beaucoup, des vêtements. Voilà que son soutien gorge venait de disparaitre elle ne savait où. Il était à noter qu’il fallait apprécier la dextérité de son partenaire qui n’avait pas galéré pour le lui détacher et l’envoyer valser. Décidément, ce n’était pas juste, il n’y avait qu’elle qui avait dû galérer sur les boutons de sa chemise. Quelle idée de porter une chemise !

La jeune femme avait l’impression d’être traversée par un courant électrique continu, alimenté par la promiscuité de son compagnon et renforcé par l’eau dont la température ne contribuerait pas à diminuer cette sensation de brasier et d’inassouvi. Impossible de poursuivre une réflexion de façon cohérente et logique. Du moins, c’était ce que son cerveau conscient essayait de lui faire comprendre. Parce que son inconscient, pour sa part, avait décidé de voir les choses autrement.


*Au fait, tu te rappelles de cette Savanna ? Tu sais, la fille pour laquelle il t’a pris dans son rêve d’il y a quelques semaines, après la fusillade… tu crois que c’est à toi ou à elle qu’il pense en ce moment ?*

Une longue pause silencieuse intérieure.

*Je te hais*

Ça, c’était franchement un coup bas. Même de la part de sa propre conscience ! Pourquoi vouloir lui rappeler là, tout de suite, maintenant, cette anecdote qu’elle avait relevée mais presque aussitôt oubliée. En effet, elle avait entendu Shayne prononcer ce nom dans un sommeil agité, suite à une blessure grave. Et elle-même était à ce moment là en piteux état, comme en témoignait d’ailleurs la cicatrice qui courait encore le long de son dos, et était allée s’endormir peu après cela. Elle avait même pensé pendant un moment avoir rêvé tout cela. Et puis ça lui était tout simplement sorti de la tête parce que ça ne la concernait pas et qu’elle ne comptait pas interroger son supérieur sur le sujet.

A l’extérieur, la jeune femme aussi s’arrêta net, de façon inexpliquée. L’espace de quelques millisecondes, son regard scruta celui de Shayne, comme pour essayer voir quelque chose au fond de ses yeux. Mais non seulement il était trop saoul pour qu’elle y voie quoi que ce soit, mais elle était elle aussi trop ivre pour encore réussir à y voir net.


*Tant que je ne me réveille pas mariée demain, tout va bien…*

Telle fût sa conclusion intérieure, celle qui parvint au passage à faire taire la voix de sa conscience. Sur ce coup là, elle n’avait plus rien à lui rétorquer. Il ne lui restait plus qu’à retourner se réfugier dans le petit coin de cerveau dans lequel elle s’était fait reléguer.

En extérieur, Alona bascula la tête en arrière sous la douche, pour recevoir de l’eau sur le visage, comme pour chasser une fois pour toutes ces curieuses idées qui lui traversaient l’esprit, et laissa un large sourire s’étirer sur ses lèvres. Elle s’empara une nouvelle fois avec passion des lèvres de son compagnon et parvint habilement à les débarrasser l’un comme l’autre du très peu de vêtements qu’il leur restait. Que ce qui devait arriver arrive. Elle penserait aux conséquences plus tard. Pour l’instant, ils avaient envie l’un de l’autre et c’était tout ce qui comptait.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Mer 19 Jan - 2:03

Tient c'est bizarre, n'était t'il pas dans la chambre un instant avant ? Il y a comme un problème ? What the fuck ? Non mais c'est vrai ! Il n'y a même pas deux minutes, il était sur le lit, et le voilà dans la salle de bain avec Alona. Se serait-t'il téléporté ? Shayne s'interrogea sur la question mais ne trouva aucune réponse. Peut importe, maintenant qu'il était là et toujours bien occupé avec la jeune femme, il ne risquait pas de se torturer le cerveau. Pas longtemps après, il se retrouva même sous l'eau. Ho ben ça alors, sa tête a vraiment du mal à suivre les évènements, pourtant il vit bien le moment présent, mais visiblement il oublie certaine chose qu'il a fait. Pas grave, tant qu'il s'amuse c'est le plus important. En parlant de s'amuser, c'était très distrayant de dégrafer le soutient gorge de la jeune femme tout comme de quitter les derniers sous vêtements qu'ils portaient sur eux. Cette nuit là, il dut se passer des choses, ho des tas de choses, du genre pas très catholique, surement pas voulu non plus, et que les deux regretteraient le lendemain. Mais sur le moment c'était si bon, si bien, et puis il en avait tellement envie...

Retour dans la chambre, localisation plus précise dans le lit, sous la couette. Shayne allongé contre quelqu'un, un corps chaud à la peau douce et agréable. Pour tout dire, il avait ses bras autour de cette personne, sa tête posée contre le dos de la jeune femme. Quelques rayons de soleil faisaient leur apparition, perçant l'épais rideau qui cachait la fenêtre. Au moins ce matin là n'agressait pas les yeux. C'était doux et plaisant. Doucement, il ouvrit les yeux, la pièce restait en partit baignée dans l'obscurité mais avec assez de luminosité pour distinguer tout les objets et légèrement les couleurs. Son cerveau marchait encore au ralenti, il avait même un peu mal, une petite gueule de bois mais il survivrait. Il se serra un peu plus contre la jeune femme...attendez...une jeune femme...QUOI ! UNE JEUNE FEMME ! Bon sang de bonsoir, il ne se serait quand même pas tapé une fille hier soir. Allez savoir pourquoi, il souleva le droit et constata qu'il était aussi nu qu'un ver tout comme la demoiselle. Et si c'était Savanna, il regarda ces cheveux mais il n'était pas blond, c'était une brune. Une brune...il y a des tas de brune en ville. Doucement, il décida de la tourner vers lui. C'est alors quand voyant son visage ce fut un véritable choc. Il s'écarta trop d'elle en criant et dégringola du lit et se releva d'un coup tout en continuant de la regarder et de crier de stupeur. A force de faire l'andouille, il l'avait réveillé, en plus il avait voulu la tourner vers lui délicatement, mais avec sa gueule de bois cela avait été plutôt brusque...vive la délicatesse. Vu la tête qu'elle faisait, surement aussi blasé que lui, il remarqua quand même qu'elle avait arrêté son regard sur le milieu de son anatomie. Bwahhhhhhh !!!! C'est vrai qu'il était complétement nu, alors il eut pour réflexe de se cacher les parties avec ses mains puis de se retourner pour être de dos au lit. A présent elle pouvait avoir une belle vu sur ses fesses, alors dès qu'il y pensa, il posa ses mains sur ses fesses. Le pauvre ne savait absolument pas ou se mettre ou quoi faire. Du coup, il attrapa la couette et la tira pour s'entourer dedans. Petit problème : en piquant la couette, il ne laissait rien à Alona. Et il faut rappeler que elle aussi est nue. Un nouveau cris en voyant ça, et il lâcha la couette sur la jeune femme. Quant à lui, il prit le coussin et se cacha avec. Parler, il faudrait parler mais qu'est-ce qu'il pourrait bien dire ?


[c'est court désolé !]

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Dim 13 Fév - 2:33

[je viens de réaliser que j’avais oublié de poster à ce topic, alors que ma réponse était toute prête depuis perpette... j'suis nulle.]

Alona dormait à plat ventre, les bras glissés sous son oreiller dans lequel elle avait enfoncé son visage, complètement recouvert par ses cheveux. Quelques rayons de soleil lui chatouillaient le bout du nez, l’incitant à se cacher la tête plus profondément encore dans l’oreiller. Comme dans un nid douillet, une bulle toute douce, toute chaude, où il faisait bon être, avec cette tête posée sur son dos et ce corps contre le sien…. La jeune femme replongea dans un profond sommeil, sans se poser la moindre question.

Ce n’était pas la première fois qu’elle passait la nuit chez quelqu’un, alors elle ne s’inquiétait pas trop. Pour l’instant, elle avait encore envie de dormir. Quand elle aurait fini de dormir, elle se lèverait, attraperait ses affaires le plus discrètement possible, et soit elle parvenait à s’éviter une conversation qu’elle ne voulait pas avoir, soit elle dirait quelques banalités, donnerait un faux numéro de téléphone en cas d’insistance, et s’en irait tranquillement. Il fallait qu’elle commence à se rappeler chez qui elle était et surtout comment il pouvait bien s’appeler. Or, pour le moment, elle n’était pas encore en état de réfléchir.

La jeune femme émergea de nouveau quelques heures plus tard, sentant du mouvement à côté d’elle. Elle n’était pourtant toujours pas prête à ouvrir les yeux, essayant désespérément de se raccrocher au sommeil qui déjà commençait à la quitter. Elle sentit qu’on lui écartait les cheveux, comme pour révéler son visage, et aurait pu trouver ça tout à fait mignon si ça n’avait pas été suivi dans les secondes suivantes d’un puissant hurlement et d’un bruit de chute plus tonitruant encore. Mais quelle idée de faire autant de bruit à une telle heure ! Elle avait l’impression d’avoir la tête comme une pastèque trop mûre, sur le point d’éclater.

Elle se redressa d’un bond et ouvrit grand les yeux, puis regretta aussitôt de s’être levée aussi rapidement lorsque le marteau-piqueur se mit en route dans son crâne. Elle fixa Shayne d’un air stupéfait. Sa première remarque fût de se demander ce qu’il pouvait bien fiche dans sa chambre, mais elle fût très vite chassée lorsqu’elle constata en baissant les yeux qu’il était complètement nu. Ce fût à son tour de pousser un hurlement, qu’elle regretta aussi immédiatement.

Alona porta les mains à ses tempes, essayant en vain de calmer la douleur fulgurante. Une nuée de flashs déferla dans son crâne déjà bondé avec toute cette artillerie qui s’était mis en route et faisait un boucan du tonnerre. L’impression d’avoir déjà vu son supérieur en si légère tenue n’en était pas une. Tandis que le malheureux essayait désespérément de trouver un moyen de se couvrir, elle sentit ses joues s’enflammer. Elle était certaine d’être en train de virer au rouge pivoine.

Il tira la couverture à lui, ce qui arracha un nouveau haut cri à la jeune femme qui parvint pourtant de nouveau à la récupérer. Qu’est-ce que c’était ce délire ? Elle était en train de cauchemarder, c’était évident. Parvenant en se pinçant les sinus à calmer suffisamment la douleur dans son crâne pour tenter de réfléchir, Alona réalisa que le silence s’était fait dans la pièce. Un silence lourd et pesant, certes, mais au moins son supérieur avait arrêté de s’agiter en tous sens.

Son premier réflexe fût alors de jeter un œil à ses mains. Pas d’alliance, rien. Bon, c’était déjà ça de gagner. Il fallait dire qu’elle avait déjà donné pour ce genre de connerie. Premier point : si elle n’avait pas de nouveau terminé mariée après une soirée beaucoup trop arrosée, c’était déjà une bonne chose, non ? Son regard croisa de nouveau celui de Jabberwock. Tout compte fait elle n’en était pas vraiment sûre. Elle n’avait aucune idée de ce qu’ils pourraient bien se dire.

Plan B. La jeune femme se redressa, enroulée dans la couverture, et sans un mot, se dirigea vers la salle de bain, ramassant au passage ses affaires éparpillées qui menaient de toute façon dans cette direction…. Il y avait des choses qui lui échappaient encore. Elle verrouilla la porte à double tour et se laissa glisser au sol en se prenant la tête entre les mains.

Il lui fallait de l’aspirine, à tout prix. Mais ce n’était certainement pas ici qu’elle en trouverait. La brune se redressa et laissant la couverture au sol, entra dans la douche et tourna à fond le robinet d’eau froide. Il n’y avait rien de tel pour se remettre les idées en place. Elle passa plusieurs longues minutes à laisser l’eau glacée courir sur son corps, jusqu’à petit à petit sentir s’engourdir ses extrémités. Depuis combien de temps exactement était-elle sous l’eau ?

L’esprit moins embrumé, la bouche moins pâteuse à cause de tout l’alcool qu’elle avait dû ingurgiter la veille, et surtout sa capacité à réfléchir restaurée par le fait que le marteau piqueur dans son crâne avait fait une pause, elle était à même de mieux penser à toute cette situation. N’empêche qu’elle ne trouvait aucune bonne idée. Avec un peu de chance il était parti…. La jeune femme alla coller son oreille contre la porte, mais le bruit qu’elle entendit dans l’autre pièce la fit rapidement déchanter. Elle traina encore, prenant le temps de se rhabiller et de se démêler les cheveux qu’elle ne sécha pourtant pas. Elle s’était contentée de les brosser en arrière, l’humidité les maintenant dans cette position.

Alona prit une profonde inspiration et rouvrit la porte. Elle fit son possible pour ne croiser à aucun moment le regard de Shayne. Elle était particulièrement douée à ce jeu là, et à faire comme si de rien n’était. Elle se dirigea vers le fauteuil, enfila son blouson, alla à la table de nuit du côté opposé du lit, vérifia l’état de son arme de servir qu’elle remit dans son dos et attrapa ses clés. C’était maintenant qu’allait se jouer la partie la plus délicate de son plan. La brune traversa la pièce dans l’autre sens et se dirigea vers la porte de la chambre. Il n’y avait plus qu’à tendre la main pour atteindre la poignée et disparaître au plus vite….

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Dim 20 Fév - 2:48

[dsl du retard, j'étais malade !]

Absolument tout était confus dans la tête de Shayne. Il n'arrivait pas vraiment à se souvenir ce qu'il s'était passé hormis le fait qu'il était sûr d'avoir couché avec la jeune femme. Car en général, quand il se réveille complétement nu au coté d'une jeune femme qui l'est aussi ça veut dire qu'il c'est passé quelque chose. Donc Alona et lui avait bien passé la nuit ensemble et c'était pas pour jouer au Monopoly. Bon sang, mais comment avait t'il put être inconscient au point de coucher avec elle, c'est sa collègue, une amie, et non une aventure. Ho, voila qui allait vraiment compliqué d'avantage leur relation alors qu'il avait eut pour but juste de recoller les morceaux et de tout mettre au clair après le baiser de l'entrepôt. Tout ça, c'est la faute de Savanna, le fait de l'avoir revu lui a complétement retourné le cerveau. C'est bien beau de rejeter la faute sur son ex, c'est quand même lui le coupable dans l'histoire. Si jamais cette histoire s'ébruite il est vraiment dans la merde, c'est un officier, il est plus gradé qu'elle et ce genre de relation est très mal vu. Certes, il n'y a rien entre eux, ils sont juste amis, mais même un coup d'un soir c'est loin d'être une bonne idée. Plus jamais il ne devra boire d'alcool, cela à de trop mauvais effet sur lui. Il ne savait pas quoi dire, il était même gêné de se retrouver complétement déshabillé devant elle et tentait de se cacher comme il pouvait. Au final, il piqua l'oreiller pour laisser la couette à sa collègue. Aucun d'eux ne réussit ou ne voulu dire le moindre mot. Ce devait être trop compliqué pour le moment. Shayne ne la regarda même pas se lever et se diriger dans la salle de bain. Qu'est-ce qu'il devait faire à présent ? Il regarda autour de lui et entreprit de ramasser ses vêtements et de s'habiller histoire de ne plus être à poil car c'était vraiment une situation plus que gênante. Sa douche, il la prendrait soit quand Alona sortirait de la salle de bain ou quand il sera au camp.

Pendant un moment, il hésita, devait t'il faire le lâche et partir en la laissant seule ici. La lâcheté n'est pas une solution, et puis il doit se montrer fort. En attendant que la jeune femme décide de sortir, il sortit une bouteille dos du mini frigo et glissa deux cachets dans un verre qu'il avala d'une traite. Si ça pouvait lui faire passer son mal de crâne ce serait une bonne chose. Bientôt, il entendit la serrure de la porte de la salle de bain s'ouvrir et la jeune femme en sortir. Elle l'ignora, ça semblait vraiment tendu entre eux. Jabb le comprenait, mais il ne veut absolument pas que sa change entre eux. Ainsi il se décida à barrer la route à la brune avant qu'elle ne puisse ouvrir le porte pour partir. Si il devait mettre les choses au clair c'était maintenant et pas après. Par ou commencer ? Une profonde inspiration et il se lança.


-Écoute, quoi qu'il se soit passé cette nuit entre nous, je veux pas que ça vienne changer quoi que ce soit. Tu es mon amie et ma collègue, je veux pas que sa change, expliqua t'il sans être convaincu que s'était vraiment ce qu'il fallait dire. On devrait faire comme si rien ne s'était passé, et je te demande de ne pas en parler !

Ne pas en parler, c'était vraiment important, car si ça remonte aux oreilles des autres, ils seront tous les deux dans une belle merde. Son esprit encore embrumé cherchait quoi dire pour arranger la situation mais il avait plutôt l'impression que ça allait faire tout l'effet contraire. Il finit par s'écarter de la porte pour lui laisser le champ libre si elle voulait partir.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Dim 20 Fév - 13:34

Si proche du but ! Dire qu’elle y était presque arrivée. Mais il avait fallu que Shayne vienne finalement s’interposer entre elle et sa seule issue de secours. Quoique, elle aurait toujours pu tenter de sortir par l’escalier de secours devant la fenêtre, mais c’était quand même beaucoup d’effort pour pouvoir quitter cette pièce. La jeune femme jeta tout de même un très rapide coup d’œil dans cette direction, comme pour jauger ses chances. Elle se ravisa et se contenta de faire face à Shayne, tout en prenant soin de tout de même éviter directement son regard.

Elle jeta un coup d’œil à sa montre. Anders allait la tuer. Elle aurait dû être à la clinique depuis au moins une heure et demie. Elle espérait juste qu’il n’était pas allé la chercher à sa chambre, comme il avait parfois l’habitude de faire pour aller la secouer quand elle s’éternisait trop dans son lit. Elle avait intérêt à se trouver une excellente excuse. Elle aurait le temps d’y réfléchir sur le chemin du retour. En attendant, elle n’avait qu’une envie, sortir de là le plus rapidement possible.

Les paroles de Shayne l’achevèrent. Si elle voulait partir comme elle l’avait fait, c’était justement pour éviter ce genre de conversation. Ce genre de conversation qui disait « restons amis » mais sous-entendait « surtout, le répète à personne, on va être dans la merde ». Elle n’aurait su dire ce qui la vexait le plus, qu’il lui sorte le genre de phrase qu’il devait certainement sortir à presque tous ses coups d’un soir, ou qu’il la croit suffisamment idiote pour qu’elle s’amuse à aller le répéter à tout le monde. D’autant que dans leur cas, si ça se savait, étant donné leurs positions respectives et leur appartenance à un même corps, ils auraient de sérieux problèmes avec leur hiérarchie.

La jeune femme garda le silence, se retenant de dire quoi que ce soit qu’elle pourrait regretter et se contenta d’adresser un sourire qu’elle ne put empêcher d’être cynique à son supérieur. Il s’était écarté de la porte, aussi elle posa la main sur la poignée et rétorqua.


- Parler de quoi, mon lieutenant colonel ?

Elle avait volontairement appuyé sur ces derniers mots ; et sa voix s’était faite plus grinçante qu’elle ne l’aurait voulu, mais elle s’en moquait. Elle avait les doigts sur l’objet de sa libération, et abaissa la poignée pour ouvrir la porte avant de disparaitre dans le couloir. Elle ne claqua pas violemment la porte, la laissa juste béante, et continua tout droit. Elle n’avait pas envie d’attendre que l’ascenseur arrive, ce qui risquait de donner le temps à Shayne de la rattraper et de débiter un nouveau flot de balourdises. La jeune bifurqua au bout du couloir pour prendre l’escalier de service qu’elle dévala à toute vitesse.

Elle traversa le hall et atteignit finalement la sortie de l’hôtel. Elle inspira une grande bouffée de l’air vicié de la ville, et posa les yeux sur le voiturier terrifié de la veille, qui s’empressa d’aller lui chercher son véhicule. Il n’avait même pas osé enfourcher la moto et s’était contenté de la pousser comme un vélo. La jeune femme lui adressa un sourire narquois et lui tendit cinq dollars en échange de ses clés. Elle enfila son casque, s’installa et fit rugir le moteur, avant de démarrer sur les chapeaux de roue.

A quelques rues de là, elle s’arrêta à une bifurcation. A gauche, la direction du camp, à droite, ailleurs. Alona s’empara de son téléphone portable et composa un numéro qu’elle connaissait par cœur.


- Anders ?

Arrête d’hurler, bordel, ou je raccroche.

Je serai pas là aujourd'hui.

Laisse-moi terminer !

Oui. Non. Non.

Je te revaudrai ça. Deux tours de garde. Bye.


La brune raccrocha, remit son casque, et prit à droite.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   Dim 20 Fév - 17:50

Ce qui est fait est fait, c'est bien ce qu'on dit ? Quoi qu'il arrive, ni Alona, ni lui ne pourrait effacer ce qui c'est passé cette nuit. C'était une bêtise, une triste bêtise, mais que pouvait t'il faire de plus ? Ne plus en parler et oublier. Sauf que même s'ils étaient saouls, ils n'oublieront pas tout ça comme ça et leur relation sera une fois de plus compliqué. Dans sa tête, il se disait déjà qu'il allait devoir éviter la jeune femme le plus possible. C'était idiot, complétement immature, mais c'était la seule et unique solution pour le moment. Laisser passer le temps afin d'oublier plus facilement cette nuit pour en rire dans un moment au tour d'un verre.

Il laissa la place à sa collègue pour qu'elle puisse partir, il referma la porte derrière elle et s'appuya contre celle ci. Plus jamais il ne devra boire une goute d'alcool, c'est vraiment mauvais pour lui. Se décollant de la porte, il s'approcha de la fenêtre et regarda son amie s'en aller. La vie est décidément étrange. Entre son histoire avec Savanna qu'il a fichu en l'air, et maintenant son amitié avec son meilleur élément qui risque d'en prendre un sacré coup. On pourra dire ce qu'on veut, mais il pense vraiment être un sale type pour coucher avec les femmes qu'il rencontre. Se détournant enfin de la fenêtre, il prit sa veste, et sortit de la chambre, déposa la clef à l'accueil et sortit de l'hôtel. Il se dirigea vers le parking du bar ou se trouvait sa moto, il grimpa dessus, mit son casque et s'en alla en direction du camp en espérant ne pas avoir à faire au Général.


Topic Finish !!!!

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sans la moindre conséquence...[PV Alona]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sans la moindre conséquence...[PV Alona]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Sins City :: Archives RP-
Sauter vers: