Partagez | 
 

 Entretien avant action [Ryû Nakazawa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akira Bushido
LE SABRE est le prolongement de L'ESPRIT
LE SABRE est le prolongement de L'ESPRIT
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/08/2010

Dossier Psychatrique
Age: 38 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Entretien avant action [Ryû Nakazawa]   Lun 10 Jan - 23:20

Akira jusqu'à maintenant avait toujours tenu à garder une certaine position de l'ombre. C'était la politique de son père et il comptait bien marcher sur ces traces. Mais voilà, tout avait changé depuis sa mort. On n'était plus au Japon mais en Amérique là où rien ne fonctionne comme ailleurs. Les affaires, franchement il n'y avait pas de quoi se plaindre mais une chose déplaisait au chef de la famille Bushido, la présence trop importante des russes dans la ville. Enfin sa ville, celle à qui elle devrait revenir de droit, en l'honneur de tout ce que son père avait fait pour elle et ce qu'il faisait encore aujourd'hui.

Oui, les Bushidos ont fait tellement de choses pour cette ville qu'il serait tout à fait normal que la propriété entière leur revienne. C'est vrai après tout cela dépend du point de vue, même si pour certaine personne la présence de la famille ne fait penser qu'au crime, elle se trompe. Toute cet argent qu'ils gagnent, ils le dépensent et l'investissent dans diverse chose, une ville qui fut surnommée la ville du péché, elle aurait du être appeler celle de la rédemption. Mais enfin là n'était le réel sujet pour qu'Akira siège à son bureau, le regard dans le vide et les mains croisées sur la table.

Il ne voulait plus attendre dans l'ombre, il voulait dès à présent se montrer fièrement à la lumière. Il s'apprêtait dès lors à faire quelque chose qui pour certaine personne serait tout à fait banale, classique, dans le genre de choses que font les mafieux, mais non c'est plus que ça. Plus qu'une routine, c'était une part de la ville qui peu à peu allait leur appartenir. Une façon claire de montrer aux russes que rien ne leur faisait peur et surtout pas les légendes barbares de ces derniers.

Alors bien sur continuant à adopter une technique vive et calme, il fallait aussi parfois passé la vitesse supérieure pour marquer son territoire et montrer que cette petite part d'Amérique leur appartenait entièrement. Une décision non pas simple à prendre. N'oublier jamais qu'Akira ne prend jamais de décision facile, car quoi qu'il arrive, quoi qu'il puisse dire, cela sera toujours de sa faute et donc à lui d'en payer les conséquences. Et d'ailleurs les conséquences parlons-en, car il allait en avoir, il y en a toujours. Parfois elles sont minimes et parfois si énorme qu'elles vous dépassent.

A chaque fois que le japonais prenait une décision de ce genre, il espérait toujours que ce soit la première possibilité qui surgisse mais il savait. Il savait et ne faisait rien au hasard. Alors là, la réaction des russes ou un silence radio total, mais aussi celle de la police et quelques retombées totalement négligeables. Enfin voilà dans une seule décision pouvait résider tout l'avenir de son clan, à lui de faire le bon choix. Donc après plusieurs minutes, il avait fait le bon choix selon lui. Et quand c'est Akira qui vous dit que c'est un bon choix, alors acquiescer et taisez-vous.

D'ailleurs au sujet de cette décision si spéciale il avait demandé à voir la nouvelle recrue fraichement arrivé dans le clan. Ryû, ce jeune garçon avait fait ces preuves et Akira semblait satisfait de son dernier test en date. Le chef des Bushidos patientait à son bureau, tranquillement sans le moindre tresse. Il était calme et serein tout allait pour le mieux. Il attendait la visite de ce jeune homme et avait envoyé l'un de ses hommes pour le trouver. Oui il aurait pu utiliser un téléphone mais pour ça mieux valait utiliser les bonnes anciennes méthodes, celle où personne ne peut être au courant mis à part bien sur les concernés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryû Nakazawa
L'Opinel
L'Opinel
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 11/10/2010
Localisation : Dans son monde

Dossier Psychatrique
Age: 24 ans et toutes ses dents
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Entretien avant action [Ryû Nakazawa]   Jeu 3 Fév - 20:35

- Oh when the Saints... go marching in... OH WHEN THE SAINTS GOOOO MAAAARCHIIIIING IIIIIN!

Casque sur les oreilles, chantant à tue-tête, le gamin était en train de jouer à lancer ses couteaux à l'autre bout de la pièce, tout en sautillant dans une drôle de danse. Dans sa tenue habituelle, cette fois, il portait un t-shirt des pierres qui roulent... ouai, des Rolling Stones avec la bouche et la langue qui fait beuuaaaaah. Par dessus ça, toujours son éternelle veste pour cacher les couteaux, fallait dire qu'avec sa carrure de crevette de compétition, le moindre bidule sous les vêtements, ça se voyait. Bref.

On était venu le cherché, tôt ce matin pour une mini-mission. Suzume l'avait salué avec un large sourire, en le prévenant de ne pas oublier de manger son bentô s'il voulait avoir des forces pour plus tard dans la journée. Il lui avait sauté au cou comme un gamin remercie sa maman adorée avant de trottiner vers la voiture qui était venue le chercher. Et il s'était retrouvé là, dans une drôle de salle, surement pour les gardes du corps de son Oyabun, quand ils devaient attendre que ce dernier ne les appellent. Mais pour Ryû, il était impossible de rester plus de cinq minutes sans bouger. Et donc, après un jeu de cartes où il réussit à mémoriser les mains de ses adversaires et donc où il gagna haut la main, il s'était mis à jouer du katana contre un mannequin, mais rapidement, cela le démangeait toujours autant de faire quelque chose d'autres, il s'était donc mis une photo de pin-up sur un mur et il avait utilisé ça pour cible. Il envoyait ses immenses couteaux avec précisions, plantant quasiment toujours au même endroit son arme. Les gardes s'étaient mis à faire des paris, du genre, viser la tête, un bras...

- L'opinel? Le boss veut te voir.

Le susnommé Opinel s'arrêta de chanter la célèbre chanson de gospel pour courir chercher ses couteaux, les remettres dans son dos, à l'abri de tout regard curieux et il suivit le porteur du message, agitant la main énergiquement pour dire au revoir aux gardes qui glandaient toujours autant dans cette petite pièce. Il grimpa quelques étages sans peine trottinant comme un gamin derrière son père, le regard pétillant du curiosité avant de s'arrêter brutalement pour ne pas rentrer dans l'homme juste devant lui. Lentement, il pencha la tête sur le côté pour dégager e son champs de vision le gorille désormais immobile. Son boss était de l'autre côté, à son bureau. Un large sourire angélique traversa le visage enfantin de l'homme de main avant qu'il ne fasse un pas de danse de côté, retire le casque de ses oreilles et qu'il ne salue le plus poliment et respectueusement du monde Bushido, les mains le long du corps, le buste penché, la tête baissée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Bushido
LE SABRE est le prolongement de L'ESPRIT
LE SABRE est le prolongement de L'ESPRIT
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/08/2010

Dossier Psychatrique
Age: 38 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Entretien avant action [Ryû Nakazawa]   Dim 6 Fév - 20:51

" Tu peux nous laisser maintenant. "

Le porteur de message quitta donc la pièce comme l'avait demandé son supérieur. Voilà maintenant qu'Akira entreprenait un face à face avec l'opinel. Question d'être plus à l'aise quand le grand moment de la question serait abordé. Et en parlant de ça, Akira ne comptait pas faire durer ce petit entretient bien longtemps. Il fallait plus agir que réfléchir pendant des heures ou même parler de la façon du comment et du pourquoi. Là c'était de l'action à l'état pur donc juste avant d'entreprendre les choses sérieuses, le chef Bushido voulait être fixé quand aux ambitions prochaines de cette nouvelle recrue.

Disons les choses clairement, Akira ne comptait pas lui parler pendant des heures, déjà car comme dit il fallait passer rapidement à l'action, et aussi pour une autre raison. Il avait remarqué ou même ces hommes lui en avaient fait part, que ce gamin était une vraie pile électrique. Enfin gamin c'était vite dit, peut être seulement dans cette façon de s'exprimer de bouger ou de se comporter.

Alors voilà pour ne pas le faire patienter pendant des heures, car tout de même il savait se tenir devant son supérieur, chose des plus agréables, Akira entama directement la conversation dans le vif du sujet qu'il l'intéressait tout particulièrement.

" Alors voilà, dans les jours qui suivent, toi, moi et quelques hommes allons prendre du terrain sur la ville. Nous allons peu à peu prendre possession de plusieurs établissements dans le but de gagner du territoire et à la fin gagner la ville entière. Notre première action se devra d'être rapide, efficace et sans faute, car il se pourrait que certaines personnes n'apprécient guère cela. "

Question de poser tout de suite le décor, Akira expliqua clairement ce qu'il lui trottait dans la tête. Seulement pour l'instant Ryû devait se demander en quoi sa présence en solitaire était dut. Pourquoi l'avoir convoqué pour une chose qu'il aurait faite de toute manière. Et justement, même si le garçon ne se posait pas cette question en ce moment, Akira allait y venir, lui faire comprendre lui proposer quelque chose.

" Le premier établissement que nous allons nous accaparer, est un club à strip qui à la réputation de faire le plus gros chiffre d'affaire comparé aux autres établissements du même genre. Le coup simple, nous allons rencontrer le propriétaire et lui faisons comprendre que l'établissement appartient au Bushido désormais. Seulement, d'après des sources surs, le proprio n'a pas créé son établissement tout seul. En quelque sorte, l'argent qui à servi à ouvrir le club provient d'une sale petite frappe. Est-ce vraiment un problème ? Non. "

Il allait y venir, mais se tournant plutôt à présent vers l'autre coté de son bureau, c'est-à-dire en faisait dos à Ryû, le japonais sembla réfléchir un instant ou préparer ce qu'il allait dire. Puis de nouveau il se remit face à celui qui à présent se faisait surnommer l'opinel. Il reprit la parole tout en douceur, calme et sur de lui.

" On va trouver ce gars qui traine quasiment tous les soirs dans cet établissement et on s'en débarrasse. Question d'avoir la paix, de ce coté là il n'y aura aucune représailles, ce mec fait juste partie d'un petit gang miteux dont il n'y a rien craindre. Enfin, les autres s'occuperont du reste pendant que l'on discutera ensuite avec le patron du club.

Et si je t'ai fait venir c'est pour une bonne raison. Une fois que ce club sera à nous, il faudra changer quelques éléments, comme les filles. Cet endroit manque cruellement de la beauté asiatique, aussi il faudra virer le patron et je voudrais mettre quelqu'un de confiance à la gérance. En d'autres termes, toi. "


Akira finit sur ce dernier mot, lentement en cherchant à déceler ce qu'il pourrait penser à cet instant. Mais ceci n'est jamais simple quand on a un personnage haut en couleur devant soi.

" Je te demande d'y réfléchir, car cela pourrait t'apporter un plus. Déjà l'argent gagner par l'établissement va se partager en plusieurs parts. Il y aura celle qu'on distribue pour payer les employés, une autre pour les Bushidos dans l'affaire, une pour moi et une pour toi. En clair, tu toucheras la plus grosse part après moi sur l'affaire étant le gérant. Tu pourras aussi ajouter des filles de ton choix, enfin t'occuper de la gestion.

Cela ne t'obligera pas non plus d'y être constamment, seulement ça te fait un endroit où tout Bushido pourra passer la soirée. Le petit inconvénient sera que tu seras responsable des filles qui piqueraient dans la caisse comme des clients qui ne voudraient pas payer. A toi de gérer ça. Voilà je suis toujours très clair quand il s'agit d'affaire, il y a beaucoup d'avantage comme il y a toujours un petit peu d'inconvénients. Maintenant est-ce que l'affaire t'intéresse. "


Voilà vraiment où il voulait en venir, tout avait dit avec précaution. Akira avait bien réfléchi à tout lui dire pour qu'à son tour il puisse lui donner une réponse claire et précise. Par contre, ce que le chef Bushido avait omit de souligner, c'était le fait qu'il est fier de ce garçon. Fier que cette dette ait été honoré comme il se dut par un cadeau d'un vrai yakuza. Il lui montrait sa gratitude avec cette affaire qu'il lui proposait à présent. Alors voilà c'était peut être nouveau tout ça, mais il fallait parfois changer les habitudes.

Oui, Akira aurait pu racketter l'établissement comme il le faisait avec beaucoup d'autre. Mais là c'était différent, derrière il avait un message directement adressé aux russes. Alors qu'il le comprenne ou pas, le fait d'en prendre la possession était tout de même une bonne chose pour l'argent qu'il allait ramener. Cette club marchait le mieux dans ce coin de la ville, comment les Bushidos pourraient passer à coté de ça. Une nouvelle façon de faire, voilà comment on fait en Amérique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryû Nakazawa
L'Opinel
L'Opinel
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 11/10/2010
Localisation : Dans son monde

Dossier Psychatrique
Age: 24 ans et toutes ses dents
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Entretien avant action [Ryû Nakazawa]   Mer 9 Fév - 12:41

Tout seul avec le boss? Il avait fait quelque chose qui ne fallait pas? Il avait pas bien fait son travail? Pourtant, il avait fait comme on lui avait dit de faire. Il n'avait jamais abusé de ses ordres, non, non, ça il était sûr. Mais peut-être ce n'était pas comme ça que cela se passait sur les terres de l'Oncle Sam. Bah, il allait être au courant rapidement. Il resta donc droit comme un i et silencieux comme une tombe. Il se rappelait encore comment Matsumoto-sama lui avait enseigné comment se tenir face à un boss. Parce que oui, le problème avec lui, c'était qu'il était une pile nucléaire qui pouvait exploser n'importe quand. Loyal comme pas deux, il avait écouté son Oyabun et avait mis en pratique ses précepts, même si pour lui c'était affreusement difficile. Depuis que Matsumoto-sama lui avait dit qu'il irait en Amérique, le jeune yakuza avait dû s'entrainer à être encore plus respectueux. Et ça, c'était encore moins facile. Il était respectueux, oui, ça pas de problème, mais c'était la patience qui lui faisait incroyablement défaut. Cinq minutes sans bouger était une véritable galère, un calvaire nerveux. Mais bon, Matsumoto-sama avait été très clair et exigeant pour quand Ryû rencontrerait Bushido. Il ne voulait pas de yakuza tout bête qui suit les ordres, il voulait honorer sa dette avec le meilleur yakuza qui soit. Quand l'Oyabun commença à parler, le gamin vrilla son attention sur lui et n'en démordit pas.

Ainsi, la prochaine mission serait pour dans pas longtemps, tant mieux, il n'avait pas envie de ne rien faire, il voulait, il avait besoin de faire quelque chose. Bushido voulait s'étendre dans la ville, d'après ce qu'il disait. Tant mieux, cela ferait plus de territoire pour les yakuza et moins pour les russes. Le jeune japonais avait compris que les européens du nord étaient les méchants, comme l'Oyabun lui avait dit, mais en plus, il fallait les supplanter économiquement parlant. Mais dans tout cela, il ne voyait pas ce qu'il allait pouvoir faire. Après tout, il n'était qu'un homme de main, il était fait pour exécuter un ordre. Chose qu'il ferait, quelqu'il soit, juste pour honorer son chef. Rapide? Ca pas de problème, il savait faire. Efficace, ouai, ça aussi, suffisait de couper le bon nombre de tête pour que tout marche comme sur des roulettes. Sans faute? Un peu plus difficile, lui, il ne faisait pas de faute, mais c'était souvent les méchants qui faisaient des fautes, donc c'était pas de sa faute à lui. Néanmoins, il ne voyait toujours pas où Bushido voulait en venir.

Finalement, ce dernier parla d'un club en particulier. Un strip? Rien de plus facile. Les filles, c'était du tout cuit. Ca piaillait, ça gigotait, mais une fois menées à la baguette, ça ne disait plus rien du tout et s'exécutait comme un bon chienchien. Il ne restait plus que le boss, là, visiblement, c'était des boss, un officiel et l'autre qui récoltait les sous sous la table. Là aussi, ça avait l'air facile. Les petites frappes, ça parle beaucoup, ça brasse du vent, mais question couilles, ils n'avaient rien dans le calcif. Voilà qu'il réfléchissait en utilisant des mots plus ou moins grossiers. Pas bien, ça, Ryû. Le chef évolua dans la pièce sans pour autant péter un plomb comme l'aurait fait rapidement l'Opinel. Il n'aimait pas rester sans rien faire. Déjà son regard suivait méticuleusement les mouvements de son oyabun, mais il començait à gigoter sur place, passant son équilibre d'un pied à l'autre. Il lui fallait bouger, ça commençait à faire le temps long.

Puis Bushido expliqua le déroulement de la chose. Trouver le gars, facile, le découper en rondelle, facile, parler à l'autre, facile, changer les filles, facile, bien les dresser, facile, faire un peu de marketing pour la déco et tout ça, facile, installer un nouveau boss, facile, lui? Hein, hein, hein? Qui? Que? Où? Quand? Comment? Pourquoi? Quoi? lui? LUI? L-UI? Mais, mais, mais... Pourquoi? Alors qu'il était complètement sonné de l'intérieur, à l'extérieur, seul sa tête tomba sur le côté, les yeux gros comme des soucoupes. Pour un peu, il ressemblait à un tex avery, version réelle. Mais, mais, mais... Mais pourquoi lui? Il n'était pas fait pour ça, cela changeait tout ce que Matsumoto-sama lui avait dit de faire. Rah, il chassa l'idée de sa tête. Il n'était plus sous le joug de Matsumoto-sama, son -sama à lui maintenant, c'était Bushido-sama et il ferait ce que Bushido-sama voulait qu'il fasse, rien d'autre. Point final. Il reprit contenance, se redressa et afficha un sourire radieux alors que son oyabun continuait d'expliquer. Maintenant, est-ce que l'affaire l'intéressait.


- Oyabun. Si vous voulez que je m'occupe de ce club, je le ferais. L'argent n'est pas important pour moi, ce qui est important, c'est que je vous serve comme j'ai promis à vous de le faire. Je ferais ce que vous me direz de faire. Ca m'intéresse si ça vous intéresse.

Voilà, il pensait avoir donné une réponse claire. Pour l'Opinel, il n'avait aucun droit de décider par lui-même, seul son boss comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Bushido
LE SABRE est le prolongement de L'ESPRIT
LE SABRE est le prolongement de L'ESPRIT
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/08/2010

Dossier Psychatrique
Age: 38 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Entretien avant action [Ryû Nakazawa]   Dim 17 Avr - 16:36

La réponse qu'il eut, ne fut pas réellement celle qu'il aurait voulu entendre. Akira avait l'habitude de fonctionner comme cela avec la plupart de ses hommes, surtout ceux qui se trouvaient dans le cercle très fermé de la confiance. Les Bushidos étaient nombreux et pourtant pas tant que ça. C'était une grande famille et pourtant les hommes de grandes confiances se comptaient plus sur les doigts de la main qu'autre chose. Bon même si le chef savait qu'il pouvait reposer un peu de son poids sur tous ses hommes, il y avait toujours plusieurs niveaux de confiance.

Entrer dans le cercle réel de la famille était quelque chose d'assez compliqué et Ryû peu à peu y mettait les pieds sans vraiment s'en rendre compte. Alors voilà, quand on mettait qu'un doigt pour avoir un siège auprès du père de la grande famille Bushido, on pouvait accéder à plusieurs avantages que d'autres n'auraient jamais. Toujours réduit à rester en bas de l'échelle, ne jamais évoluer. Akira donnait et ses hommes prenaient ou refusaient mais il fut très rare le jour où l'un de ses hommes lui répondus comme l'aurait fait Ryû.

Voilà ce qu'il disait, il le ferait si c'était un ordre et ne le ferait pas si le chef lui interdisait. Et avec ça il avait ajouté que l'argent ne représentait rien à ses yeux. Ce qui avait de l'importance à ses petites pupilles énergétiques, c'était d'honorer convenablement la dette qu'on lui avait ordonné de faire. Ca il ne l'avait que trop peu entendu ou même jamais aller savoir, Akira n'arrivait plus à se rappeler. Finalement, ce jeune homme lui rappela ce qu'était un vrai yakuza. Oui, il était comme le disait son père à l'époque. Akira avait appris à devenir l'un des leurs grâce à un code et Ryû lui rappelait ce vrai code.

Car il fallait le dire, et ce voiler la face serait totalement idiot, les yakuzas avaient bien changé. Le chef Bushido était le mieux placé pour le voir. Années après années, il avait vu s'éteindre peu à peu les yakuzas dans le passé pour laisser place à une nouvelle race. Différente, totalement différente et qui peu à peu envoyait les codes aux oubliettes. Intérieurement ça lui faisait mal, de voir que tout ce que son père lui avait appris et pourquoi il était mort, tout ça disparaissait pour laisser place à un nouveau code. Le code qui a l'odeur de l'argent et qui a la forme d'un billet.

Maintenant on vous est reconnaissant et loyal quand on offre de l'argent. On pense à vous. Alors entendre ces quelques mots, juste cette simple réponse, ne put lui empêcher de tirer un petit sourire en coin. Mais voilà, il ne fallait pas s'emballer trop vite à son sujet. Il avait fait beaucoup de chemin et d'effort mais jamais oh grand lui montrer qu'il était vraiment beaucoup pour vous. Les sentiments d'Akira ils sont bons pour sa femme mais lui, il sera et restera toujours un homme. Quelqu'un qui peut être un jour le trahira aller savoir ou cherchera à prendre sa place.

Vous direz peut être qu'il est idiot de penser ainsi quant on a la chance d'avoir un homme comme Ryû à ses cotés, peut être oui. Mais si Akira était encore à sa place c'était justement car il pensait ainsi. Il accordait beaucoup de confiance gardant toujours cette toute petite limite qui les séparait. C'était rien mais assez pour Akira. Enfin d'après son comportement Ryû ne le trahirait surement jamais, il connaissait le code et ça c'était quelque chose en or. Bon voilà, une réponse intéressante mais très gênante, c'était la première fois qu'Akira devait prendre une décision qui au départ ne devait pas être prit par sa personne.

Mais bon Akira évitera toujours de paraitre perturbé ou étonné devant l'un de ses hommes, question de lui montrer que les rennes sont toujours bien tenus. C'était son rôle et il savait que parfois peu de choses peuvent faire basculer la balance. Un chef de famille n'a pas le droit de flancher, il doit rester sur ses appuis pour ses hommes qui sont là pour lui. Il ne voulait donc pas prendre part au choix que le chef Bushido lui avait soumit, pas de problème, Akira allait le faire à sa place.

" Bien. Je comprends tout à fait ton opinion et donc je voudrais que tu prennes les rennes de ce club. Je sais que tout cela peut paraitre nouveau pour toi mais tu verras, tu finiras par t'y habituer. Je ne peux pour l'instant voir personne d'autre à la gestion de l'établissement. Prend donc ceci comme tu le voudras. "

Finalement c'était cela qu'il avait décidé. Akira avait décidé donc de le mettre sur la gestion et pas quelqu'un d'autre. Les raisons furent très vite trouvées et c'est pour cela qu'il put donner une réponse rapidement à Ryû. Le chef Bushido n'avait pas pour l'instant un homme assez en confiance pour gérer tout ça. Beaucoup pourrait prendre la place mais juste pour une question d'argent et d'autonomie. Akira n'avait pas envie de toujours rester derrière à tout vérifier, à voir si son homme ne lui piquait pas un ou deux billets sur sa part.

Car après s'être accaparé du club il pourrait avoir de nombreuses retombées. Des choses à gérer et donc pas le temps de jouer les policiers derrière le gérant du club. Et puis aussi, il y avait une autre raison derrière tout ça. Akira aimerait bien voir comment sa recrue allait se débrouiller avec une affaire pareille.

" Par contre tu dois savoir deux trois choses au sujet de cette affaire. Je vais compter sur toi pour bien faire comprendre à tous nos employés, le propriétaire change mais pas l'établissement. Cela reste de la danse avec de la consommation couteuse mais pas plus. L'établissement ne doit pas devenir un bordel, que cela soit clair dans l'esprit des clients. Et puis tu risques peut être d'avoir la visite de la police, on ne sait jamais. Reçoit-la avec classe mais fait lui bien comprendre qu'elle n'est pas la bienvenue ici.

Enfin même si cela m'étonnerait que la police aime trainer dans ce genre d'endroit pour le plaisir mais bon ne soyons jamais trop prudent. Je crois que c'est tout, à présent il est temps de passer à l'action. Cela se fera ce soir, on partira ensemble et mon chauffeur nous y conduira. Tu peux donc maintenant émettre une suggestion, une réclamation ou même des questions. Je t'écoute. "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryû Nakazawa
L'Opinel
L'Opinel
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 11/10/2010
Localisation : Dans son monde

Dossier Psychatrique
Age: 24 ans et toutes ses dents
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Entretien avant action [Ryû Nakazawa]   Mar 10 Mai - 15:31

Ryû n'aimait pas ce genre de conversation. Il n'était pas un abruti, loin de là, mais il préférait largement quand c'était son chef qui décidait, pas quand ce dernier lui laissait le choix. Il se rappela la première conversation qu'il avait eu avec Matsumoto-sama. Au départ, il n'avait pas su comment le prendre, le bonhomme était légèrement ventripotent, mais il était rapide au katana, sa maison avait toujours été sombre et pourtant, on pouvait voir dans chaque coin de la pièce un homme de main, prêt à dégainer si jamais il faisait un mauvais geste envers l'oyabun. Matsumoto parlait à voix basse, assis en tailleur, légèrement plus haut que le tout jeune homme qu'il avait été, sur une sorte de petite estrade. Ryû s'était tenu en tailleur lui aussi, mais rapidement il s'était mis à gigoter, incapable de tenir en place. Il était persuadé que cela avait énervé Matsumoto, mais ce dernier s'était contenté de sourire. Il avait compris rapidement comment dompter le gamin et ce dernier savait parfaitement ce que le vieil homme avait fait, mais il ne voyait pas le mal, donc se laissait faire. Cela avait été ainsi dès le début, à croire que Matsumoto avait suivi le gamin depuis bien longtemps avant de le contacter vraiment. Puis il avait eu l'idée d'aller chercher Suzume et cela l'avait aidé à garder pied sur terre, c'était elle qui s'occupait de tout quand il revenait de ses missions, du coup, il était encore plus fort, encore plus vif et ne réfléchissait qu'à ce qu'il devait faire. Mais depuis qu'il était arrivé ici, Bushido lui avait laissé les mains libres, ce qui le dérangeait énormément. Certes, Suzume était toujours là, mais quand on lui donnait une mission à faire, il avait carte blanche et du coup, il ne savait pas sur quel pied danser. Aussi quand son nouvel oyabun lui demandait s'il voulait prendre la suite d'un propriétaire de bar trop indulgent, Ryû se trouvait comme un marin tombé de son bateau et avait préféré laissé son chef décider par lui-même. Bushido expliqua donc et décida qu'il prendrait bien la relève. Ryû s'inclina, acceptant l'offre alors qu'un large sourire passait sur ses lèvres. Enfin on lui donnait quelque chose, un ordre surtout et en plus, cet ordre-là venait de son oyabun. Une myriade d'étoiles s'illumina dans son regard alors qu'il se redressa. Le chef de famille donna les dernières instructions futures avant de partir. Puis encore la chose qu'il détestait le plus. Est-ce que lui, avait des questions? Matsumoto avait été bien plus sec, bien plus direct. C'était comme il avait dit et rien d'autre, du coup avec Bushido, il avait l'impression d'oublier quelque chose et il avait encore plus l'impression qu'il devait absolument répondre, mais il ne savait pas quoi... Il ouvrit la bouche pour parler, mais la referma immédiatement avant de secouer la tête vivement. Nan, il ne savait pas quoi dire et il ne voulait pas dire d'ânerie. Non, il ferait comme Bushido-sama voulait. Il était prêt, il avait ses armes et l'accord de son patron, ils pouvaient donc y aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entretien avant action [Ryû Nakazawa]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entretien avant action [Ryû Nakazawa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Contre la vie chère, Marc Bazin a un plan pour l'action!
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» Signal FM le 7 février 2011 Entretien de Jean-Claude Duvalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Sins City :: Archives RP-
Sauter vers: