Partagez | 
 

 Ma fierté avant tout ! [libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ran Otsumi
Mystérieuse Geisha Assassin apathique
Mystérieuse Geisha Assassin apathique
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 22/01/2011

Dossier Psychatrique
Age: 30 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Ma fierté avant tout ! [libre]   Sam 12 Fév - 10:55

Je regardais ma montre, il était bientôt 1h du matin. Mon travail au salon de thé avait durée plus longtemps que prévu et mon client buvait saké sur saké, un vrai siphon. Et comme je m'y attendais, on m'a donné l'ordre de le raccompagné chez lui. De toute façon il n'attendait que ça, je me demande même s'il ne s'est pas enfilé tous ces verres pour cette raison. Finalement je pense que oui, après m'avoir doucement caressé les fesses il m'invita à prendre un verre chez lui. Mon boulot m'obligeait à quitter mon visage froid et apathique pour adopter une expression chaleureuse et un jolie sourire. Mais pour lui ce n'était qu'un sourire mesquin qui apparaissait.

-Je pense que vous avez suffisamment bu, et puis il n'y a qu'une raison qui me poussera à coucher avec vous. Le jour où ça arrivera, vous le regretterez~

Je m'approchais de lui, lui laissant croire que j'allais l'embrasser et je fis lentement glisser mes ongles le long de son coup puis sous son menton avant de m'en aller, le laissant avec une expression mi-choquée, mi-déçue. Il ne fallait pas que je l'effraie, mais c'est vrai que lorsque je finissais au lit avec mes clients, c'est que le grand patron m'avait ordonné de les tuer. Sinon, il me fallait vraiment une bonne raison pour coucher avec ces êtres répugnants que représente l'homme.
Enfin, ma journée était terminée et je pouvais rentrer directement chez moi sans pointer par le salon de thé. Heureusement d'ailleurs parce que ça m'aurait fait faire tout un détour. En regardant le paysage, je me demandais, comment un homme qui habitait au point de chute, les bas-fonds de sins city, pouvait se payer le salon de thé ? J'y réfléchis une minute, puis je haussa les épaules. Deal, ventes d'informations, vole ou autre, ici le crime fait loi. Ça ne me regardait pas, de toute façon je n'étais pas payé par les clients, mais par la maison de thé. Temps qu'on me payait à l'heure, il n'y avait pas de problème.
Je m'arrêtais pour bailler, la fatigue se faisait sentir. Du haut de mes okobos je ne pouvais pas faire de grands pas, ni marcher rapidement. La geisha devait être belle, gracieuse et éblouissante comme un tableau. Il fallait donc que du haut de ces chaussures, ma démarche devienne un art. Un être magnifique, une œuvre d'art au milieu de sa paysage de misère, cette ville en ruine. Cela pourrait faire un magnifique tableau. Si seulement je savais peindre...
Ce n'est pas dans les compétences d'une geisha, enfin je n'ai pas été formé à la peinture. Donc, il ne me restait plus qu'à rentrer chez moi et me reposer pour aller travailler et satisfaire le boss Bushido.
Là-bas il y avait un raccourci, c'était une petite ruelle sombre. Je regardais à nouveau ma montre, 1h10. Allez, de toute façon, il n'y aurait pas de problème, je sais très bien me défendre et tout ça grâce à Bushido-sama. Je m'engouffrais dans la ruelle, et marchais en m'assurant que mon kimono ne traine pas par terre. La soie d'un kimono coutait très cher, trop cher pour être abimé.
Au bout d'une dizaine de minute, je ressentais une présence derrière moi, j'étais suivi. Enfin, soit j'étais suivi, soit on empruntait le même chemin que moi. Un simple regard derrière mon épaule me permis de reconnaître la silhouette d'un homme. Je continuais mon chemin et tomba nez à nez avec 3 hommes qui venaient dans ma direction. La meilleur chose à faire était de les ignorer. Ils s'arrêtèrent. Je continuais mon chemin. Ils bloquèrent le passage. Il ne me restais plus qu'à faire demi-tour. Bien évidemment, celui qui étaient derrière elle, n'était plus seul. Ils étaient 6 au total, 3 qui bloquaient chaque côté de la rue. Ça sentait le viol à pleins nez, mais c'est clair que je préférais mourir, plutôt qu'on me touche de nouveau de cette façon.

-Je voudrai passer si ça ne vous dérangement pas.

Un homme au cheveux mi-long et gras s'approcha de moi et me caressa la joue avec ses doigts sales. Répugnant!

-La ferme et fais nous une danse ma belle ! Tu sais que tu es bandante ?!


-Si vous voulez une danse il faut aller à la maison de thé et me faire demander, pour ce qui est du compliment, merci. Maintenant je voudrai simplement passer, à moins que vous préfèreriez mourir.


J'affichais un sourire diabolique et un regard froid. Malheureusement pour lui, ça n'impressionna pas le jeune homme qui me gifla, me faisant tomber de mes okobos.
J'avais oublié ma tenue, c'est vrai qu'avec le kimono et ces chaussures et j'avais pas vraiment la liberté de mes mouvements. Je me releva lentement et cracha le sang qui avait remplis ma bouche. Ils étaient tous pareille, aucune dignité pour frapper une femme sans remord. Je les hais ! Deux d'entre eux me plaquaient contre le mur et me tenaient fermement. Ça faisait mal, je pense me retrouver avec des marques demain. Gâcher le corps d'une Geisha, ils allaient le payer ! Un troisième défaisait mon kimono, pendant que le quatrième m'embrasser dans le cou.


-Gros porc.

Nouvelle gifle. Cette fois-ci, je tapais ces bijoux de famille. Une fois mais pas deux, ça avait le mérite d'être clair, mon kimono enlevé j'avais la liberté de bouger mes jambes comme il me plaisait , les cheveux gras poussa un crie de douleur, un délice pour mes oreilles. Le sixième m'attrape le coup et rapprocha son visage du mien pour me menacer et ensuite m'embrasser. Mauvais chaud, je lui mis un coup de tête qui le fit tomber par terre, sonné. Toujours collé au mur j'éclatais de rire. Celui qui m'embrassait dans le cou s'éloigna de moi et sorti un couteau à cran d'arrêt. Son couteau descendait le long de ma joue, sur mon cou, puis entre mon soutiens gorge qu'il coupa en deux avant de caresser mon ventre avec.

-Bouge encore une fois, et tu le regretteras.

J'avais deux choix, me laisser faire ou laisser jouer ma fierté jusqu'au bout. Comme je l'ai déjà dit, plus jamais je me laisserai touché par un homme de cette manière, il en allait de mon honneur. Je laissa donc ma fierté prendre le dessus plutôt que mon instinct de survie et lui cracha au visage. Je le regardais s'essuyer lentement le visage du revers de la main et son sourire pervers qui habillait son visage se transforma en colère, ou plutôt en haine. Enfin, je ne sais pas. Tout ce que je sais, enfin ce que je senti, c'était la lame de son couteau à cran d'arrêt me transpercé l'abdomen. Les deux abrutis me lâchèrent et me regardaient tomber. Je retins un cri de douleur qui se transforma en grognement sourd. Crier leur aurait fait trop plaisir. Je ne pourrai pas aller travailler demain, ils allaient le regretter. Mais il fallait voir les choses en face, six hommes contre une femme blessée. J'allais y rester, mais une chose était sur, c'est que je n'allais pas être la seule, j'emporterai minimum 3 personnes avec moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Ma fierté avant tout ! [libre]   Lun 1 Aoû - 0:55

Le Lieutenant Colonel Grant était garde ce soir. Il quitta le quand Arès vers 23h00 pour patrouiller en ville, il était seul chose qui est plutôt risqué quand on est dans un véhicule militaire à Seven Sins City. Mais le jeune homme n'est pas du genre à prendre peur et puis il ne comptait pas allé très loin, juste patrouiller autour du camps. Si jamais on l'attaquait, il pourrait très facilement revenir à son point de départ. De plus, il avait informé un autre soldat qu'il ne serait pas loin en cas de souci à la base. Plus il roulait, plus il s'éloignait, à quoi bon rester dans ce petit périmètre ou il ne se passera rien. Les problèmes ne se passe jamais vers le camps, les malfrats savent que c'est le camps militaire et qu'au moindre faut pas ils se feront tirer dessus comme des lapins. Shayne s'aventura donc dans les profondeurs obscure de la ville. Il se dirigea vers le Point de Chute, autrement dit l'un des coins les plus mal famé de la ville. Et folie de plus, il sortit de son véhicule pour patrouiller à pied. Ce n'est pas étonnant qu'il se retrouve si souvent à l'infirmerie en prenant tant de risque de que ça. Si Alona le voyait elle lui tirerait surement les cheveux, elle doit commencer à en avoir marre qu'il lui fasse des frayeurs. Combien de fois a t'il failli mourir ? Oh, un nombre incalculable maintenant. Que voulez vous risquer sa vie c'est ça qui l'amuse le plus. Et puis que vaut la vie si on ne prend pas de risque. Il faut savoir prendre des risque c'est tout, lui il adore ça, c'est ce qui le tient ici à SSC, le fait de pouvoir mourir à chaque coin de rue.

Son arme en bandoulière, il avançait d'un pas prudent et regardait partout des fois qu'un fou surgisse de nul part en brandissant un couteau. Il passa devant un bar ou quelques types bourrés étaient avachis contre les murs à rigoler pour un rien. D'ailleurs en voyant le militaire, ils pouffèrent de rire pour une raison inconnu. Jabberwock préféra ne rien dire et continua sa route plus loin. Est-ce un cri qui retint son attention ? Il ne savait pas trop, ça venait de loin, mais il lui semblait avoir entendu un cri retentir. Si quelqu'un cri c'est que quelqu'un est en danger. Le jeune homme accéléra donc le pas pour essayer de trouver la source du cri. Le point de chute peut vraiment être un labyrinthe quand on chercher un endroit. La c'était pire car il n'avait aucune idée d’où cela pouvait bien venir. Au bout de deux minutes peut être plus ou moins, il arriva prés d'une ruelle d'ou s'élevait des voies et des bruits de lutte. Quand il arriva, il vit une masse sombre à terre, une masse qui semblait encore bouger mais certainement blessé. Quand il s'approcha, il remarqua qu'elle était également dénudée et que c'était une femme. Oh les salopards, ils osent s'en prendre à une femme sans défense. Ils voulaient sans doute la violer. Pour le moment, il ne pouvait pas s'occuper d'elle et faire son possible pour faire partir les hommes qui avaient l'air de bien s'amuser avec elle. Aucun d'eux ne semblaient avoir remarqué la présence de Shayne. Celui ci profita donc de cet avantage pour arriver derrière le premier et l'assommer violemment en le frappant derrière la tête. L'homme s'écroula au sol, sans doute évanouie pour le moment.


-Vous devriez avoir honte de vous en prendre à une femme ! s'exclama t'il en voyant le sang par terre.

S'ils avaient utilisés une lame, c'est qu'il n'avait pas de bonne intention, alors il sortit son arme de poing pour les menacer. Mais les menaces dans la ville du péché...ce n'est pas très efficace.


-Parce que tu crois nous faire peur peut être ! Rentre donc à ta base si tu veux pas d’ennui !

-Je ne suis pas un lâche, je ne suis pas comme vous a devoir prouver ma virilité en m'en prenant à une personne seul.


Ça c'était juste ce qu'il fallait pour énerver des idiots pareille. Un premier s'avança sur Shayne pour le frapper. Il fit un pas de coter pour esquiver le coup, attrapa son bras, fit une clef en le lui coinçant dans le dos et lui fracassa le crâne contre le mur. Pas de pitié pour ce genre de type. S'il meurt, il ne manquera à personne.

-Vous avez tous envie d'essayer ? demanda Shayne prêt à continuer le combat.

Un nouveau s'approcha, il esquiva le coup mais n'arriva pas à l'attraper. Un deuxième arriva et parvint à lui mettre une droite qui le fit reculer. Il sentit le gout du sang sur sa lèvre inférieur. Ce salaud allé le payer. Il fonça dans le tas et frappa d'un coup de pied retourné celui qui était le plus proche de lui, ça allait le sonner pendant quelques secondes, juste assez pour qu'il puisse s'en prendre à un autre. Le militaire para un coup et donna un violent coup de genoux dans le ventre d'un autre avant de se prendre un coup de pied dans le ventre qui lui coupa un peu la respiration. Le jeune homme recula, se battre seul contre plusieurs hommes c'est pas de la tarte !

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ma fierté avant tout ! [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Les études avant tout!"
» Boissons gratuites pour les sorcières avant minuit [LIBRE]
» (m) Patricien ₪ frère, cousin, neveu, mais avant tout un Claudii
» La musique est un art, mais avant tout une manière de s'exprimer. [ Salomé & Emily]
» Déesses mais amies avant tout !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Sins City :: Archives RP-
Sauter vers: