Partagez | 
 

 I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Dim 11 Juil - 2:56

    Elle contempla l’armoire à glace qui lui faisait face. Au moins un 1m80 et 90 kilos, tout en muscles, qui la dominait de toute sa hauteur, et aussi de sa largeur. C’était à peine si elle voyait ce qui se passait derrière lui.

    Elle n’hésita que l’espace d’une microseconde.

    *****

    Alona frotta de sa main gauche son poing droit endolori en essayant de détendre ses doigts ensanglantés. Se faisant, elle eût confirmation qu’il ne s’agissait pas de son sang. Elle aurait quand même assez certainement les articulations douloureuses pendant quelques heures, tout au plus.

    Elle lança un regard profondément dédaigneux à ce qui avait été une imposante armoire à glace, et qui n’était maintenant qu’une forme amorphe étendue au sol émettant de vagues grognements, qui tenait entre ses mains un visage couvert de sang. Ça lui apprendrait à essayer de s’attaquer à une jeune femme sans défense… enfin, qu’il s’imaginait sans défense. Alona était loin de ce que l’on pouvait décrire comme un imposant gabarit. Et pourtant, comme disait l’expression, « l’habit ne fait pas le moine ». Du haut de son tout juste mètre soixante-dix et ses quelques 62 kilos, elle pouvait apparaître comme une cible relativement facile, d’autant qu’elle était habillée en civil.

    La jeune femme poussa un cri de rage et lança un coup de pied dans les côtes de la masse déjà affalée à terre. Elle commençait à saturer de cet endroit et commençait à se laisser aller à un certain défaitisme. En auraient-ils un jour fini de toute cette corruption, toute cette violence, tout ce vice, et tous les malheurs que ça apportait à l’ancienne « Bright Falls » ?! Elle en avait aussi assez d’être toujours considérée comme la cible facile, comme celle qui devait rester derrière car pas aussi capable de combattre que les autres.

    Une fois encore il avait fallu qu’elle prouve ce dont elle était capable. Une fois encore, elle avait réussi.


    - ça t’apprendra à essayer de t’attaquer à plus petit que toi. T’y réfléchiras à deux fois la prochaine fois…

    Elle s’accroupit à côté de l’imposante silhouette avachie, et rajouta d’une voix glaciale.

    - … A moins que je ne t’en laisse pas l’occasion.

    Elle se redressa avec un rire sarcastique, se demandant pour elle-même pourquoi elle ne s’était pas contentée de rejoindre les mercenaires plutôt que d’avoir choisi « le camp des gentils ». Elle ne comptait pas sincèrement achever le sale type, et avait dit cela plus pour l’effrayer qu’autre chose….

    Des bruits de pas résonnèrent derrière Alona. La jeune femme se retourna prestement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Lun 12 Juil - 1:39

Quand les militaires ne sont pas de service, ils ont l'autorisation de sortir, mais la plupart du temps il est préférable pour une simple et bonne raison de sécurité d'être au minimum deux. Cela peut paraitre ringard et inutile, mais bon nombre de méchant qui traine en ville on déjà du enregistrer la tête des militaires qui sont la pour ramener le calme. Et bon nombre d'entre eux se feraient un grand plaisir d'en tuer ou simplement casser la gueule à un ou deux pour leurs rappeler qu'ici ils ne sont ni les bienvenue, ni les maitres. Le Lieutenant Colonel ne craignait pas tellement pour les membres de la Shadow Company, tous des militaires bien entrainé avec une mission plus particulière que les militaires lambdas. En effet, eux reçoivent des ordres "secrets", des missions d'assassinat de membre de la mafia par exemple ou de voyous trop dangereux, bref, leur rôle est celons leur Général "décisif" pour l'avenir de la ville qu'on appelait autrefois Bright Falls. Un soldat avait dit à Shayne que Alona était sortit seul, en soit ça ne posait pas de gros problème, mais un autre était venu lui dire que plusieurs unités ce font attaquer depuis ce matin même par une bande de Bikers. Avec précipitation, le soldat quitta le camp à bord d'une jeep militaire, ainsi que vêtu de son uniforme et équipé de ses armes par dessus son gilet tactique. Pourquoi partait-il au faite ? Pour prêter main forte à ses collègues ? En faite, non ! Il savait qu'il était capable de se débrouiller tout seul et qu'il n'aurait pas de problème pour faire fuir les Bikers. Lui, ce qu'il cherchait c'est Alona, car il se souvient qu'il y a deux ou trois semaines ils ont eu affaire à une bande de motard costaud et pas très sympathique, si jamais il tombe sur la jeune femme, il y a de forte chance qu'ils essaient de lui faire du mal. Certes elle est militaire et devrait savoir ce défendre mais contre une dizaine d'hommes, même lui ferait difficilement le poids. Accélérant, il cherchait, mais ou est-ce qu'elle pourrait bien aller ? Il finit par stopper la Jeep du coté du port si joliment nommé par le maire "Trésor de Neptune", un vrai cinglé ce type, nommé ça ville comme s'il se trouvait en Grèce antique...

Coupant le moteur, il sortit de la jeep son M16A4 en bandoulière qu'il tenait fermement entre ses mains. Des pécheurs le regardaient du coin de l'œil, il avait l'air méfiant. Même les citoyens de la ville n'était pas content de voir les militaires pourtant s'il reste une once de justice c'est bien grâce à leur boulot. Ne leur prêtant pas plus attention, il continua sa route quand il cru entendre des bruit, quelqu'un en train de lutter. Quand on fait un métier ou le combat est omniprésent ce n'est pas difficile de reconnaitre le bruit que fait une personne quand elle tombe lourdement sur le sol suite à un vilain coup bien placé. Tout ce qu'il espérait c'est que ce ne soit pas Alona ! Pressant le pas, il arriva devant un gros bateau, sur le quai, un mec balaise vêtu d'une veste en cuir noir sur le sol et la frêle jeune femme à coté de lui qui avait l'air dans une forme olympique. Le jeune homme n'était pas très étonné, pour l'avoir vu se battre plusieurs fois il savait qu'elle était capable de se défendre, mais face à un monstre comme le type qui gémit sur le sol c'est impressionnant. Un second sortit de derrière un tas de caisse en bois pour saisir la jeune femme par derrière. Elle n'avait pas du sentir le coup venir, elle pensait certainement qu'il ne serait que deux. Shayne accouru et sauta sur le dos du type tout aussi gros que le premier qui lâcha presque immédiatement la brunette. Le Lieutenant Colonel se contenta de passer un bras autour du cou de son adversaire et de serrer le plus fort possible pour l'asphyxié et il tomba dans les pommes. Le jeune homme se redressa et regarda la jeune femme.


-Ne t'ai-je jamais dis de toujours surveiller tes arrières ?


Il enjamba le corps inerte du motard et s'approcha d'Alona pour voir si elle n'avait rien. Apparemment, rien de grave mais il y avait tout de même du sang sur ces mains.


-Tu est blessé ? S'inquiéta t'il en montrant du doigt le sang sur la main de la jeune femme.

Mais avant d'avoir eu une réponse, le bruit de plusieurs moteurs de moto très reconnaissable se fit entendre. Houlà, ils étaient mal, très mal, la ils n'auraient pas à faire à deux pauvres types mais a plus d'une dizaine.


-Viens vite, faut qu'ont dégagent d'ici si ont veut pas se faire descendre !

Ne laissant pas le choix à la jeune femme, il l'attrapa par le bras et entrèrent dans ce qui semblait être un vieux hangar ou des bateaux en réparation se trouvaient. Le chef des motards descendit de son engin et s’avança vers les deux hommes chaos qu’il réveilla d’une violente claque. Celui-ci avait l’air très énervé, il avait également vu la jeep qui se trouvait plus loin, il savait donc qu’un groupe de militaire se trouvait là et que c’était surement eux les coupables …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Lun 12 Juil - 2:23

    Cette fois-ci, ce fût au tour d’Alona d’être moins rapide que ce nouvel adversaire qui se présentait à elle. Elle n’avait effectivement pas prévu que le lourdaud aurait pensé à ramener de la compagnie avec lui… soit ça, soit c’était le raffut qu’il avait provoqué en s’étalant qui avait attiré les renforts. Quelle que fût l’hypothèse valable, le fait était que le nouveau venu avait réussi à la prendre en traître.

    L’air commençait un peu à lui manquer, et elle n’arrivait plus à suffisamment bouger les bras pour essayer d’atteindre le couteau qu’elle avait à sa ceinture. Il fallait qu’elle trouve un autre moyen de se dégager. La jeune femme était sur le point de tenter une prise qu’elle connaissait quand elle entendit d’autres bruits de pas. S’il arrivait encore du sale monde, elle allait avoir pas mal de fil à retordre. Heureusement pour elle, le nouvel arrivant se jeta sur son agresseur qui relâcha son emprise sur Alona. Celle-ci se retourna pour lui administrer à son tour un violent coup, mais constata qu’il était déjà au sol. Et c’était Shayne qui était là, en train de s’occuper du cas du gros lourdaud.


    - Si chef, plein de fois, lança la jeune femme, un peu penaude, tout en se passant une main sur sa nuque endolorie. J'en reviens pas, c'est les abrutis d'il y a trois semaines...

    Shayne enjamba le type assommé pour voir comment elle allait. Elle s’en voulait de s’être une nouvelle fois laissée avoir comme une bleusaille. Elle qui justement faisait tout son possible pour essayer de prouver qu’au même titre que les autres elle valait son pesant au combat.

    - Je vais bien ! S’exclama-t-elle spontanément, sur un ton à la fois dépité et surtout fâché contre elle-même. C'était principalement son égo qui venait de souffrir dans la rixe.

    Il lui posa tout de même la question de savoir si elle était blessée. Elle se frotta une nouvelle fois les mains, comme pour vérifier qu’elle était bien sûre de ce qu’elle avançait, et s’apprêta à lui dire qu’il ne s’agissait pas de son sang, quand elle fût interrompue par un bruit de moteurs.

    Ça, ça ne signifiait rien de bon pour eux. Ça, ce n’était pas le bruit de leur cavalerie, parce que jusqu’à date, le camp Arès n’était pas doté de Harleys de combat. Alona et Shayne se regardèrent droit dans les yeux, arrivant tous les deux exactement à la même conclusion au même instant. La jeune femme, prête à prendre sa revanche, même si à ce stade, ça rimait plutôt au suicide, dégaina les deux couteaux papillon accrochés à sa ceinture au niveau du dos. Si elle n’avait pas le droit de sortir armée comme une militaire lorsqu’elle était en permission, elle s’était quand même permis d’emmener avec elle ses propres moyens de protection personnels.


    - Cette fois-ci, j'ai en faire de la ....

    Alona n’eût pas même le temps d’aller plus avant et de déplier ses couteaux que déjà Shayne la tirait par le bras pour l’entraîner à l’abri d’un vieux hangar à bateau… si on pouvait appeler ça un abri. A tout le moins, on pouvait dire que lui avait encore de la jugeote. La jeune femme se serait même risquée à se plaindre qu’il ne l’ait pas laissée les affronter si elle n’avait pas aussitôt réalisé qu’il y avait quand même plus d’une dizaine de lascars, et armés jusqu’aux dents avec ça.

    Par une ouverture entre deux planches mal fixées du mur, Alona pût elle aussi constater ce qui se passait dehors. Non seulement les nouveaux arrivants étaient nombreux, mais en plus, ils venaient de réveiller Mr Muscle et son acolyte.


    - Un plan, chef ? Lança Alona à voix basse.

    La jeune femme lança un regard circulaire à l’intérieur du hangar. Pas d’autre sortie visible, si ce n’était l’immense double-porte par laquelle rentraient et sortaient les bateaux… mais ils n’allaient certainement pas passer par là. Le problème, c’était qu’ils ne pouvaient plus sortir par cette porte là sans être vu, et entre la jeep du colonel et eux, il y avait 9 motos, 11 gars pas contents, et tout ce joli monde en armes.


    - Permission d’emprunter votre arme de poing, mon colonel, lui demanda-t-elle alors formellement. C’était normalement interdit puisqu’elle était en permission, mais au vu des circonstances, elle pouvait toujours tenter sa chance. Après tout, Shayne était venu équipé, lui.

    - Au fait, comment tu m’as trouvée? Rajouta-t-elle en revenant se placer à ses côtés. J’ai même pas dit à Jack où j’allais en quittant le camp.

    Bien que ça puisse étrange, Alona n'avait aucune difficulté à passer du tutoiement au vouvoiement, et vice versa lorsqu'elle s'adressait à Shayne. Celui-ci était son officier supérieur, mais il s'avérait qu'il était plus que ça, presque un ami à ses yeux, une des rares personnes à la considérer comme une égale. Et elle avait appris à faire la part des choses entre ce qui relevait du purement professionnel et de l'un peu plus intime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Mer 14 Juil - 15:24

Alona avait drôlement de la chance que Shayne l'ait trouvé juste à temps pour la sauver des griffes de ce gros lourdaud de motard. Un peu plus et elle KO ! Ce type n'aurait pas hésité à la tuer ou alors à la battre à mort après l'avoir violé. Les Bikers du coin son loin d'être des enfants de cœur et ça tous le monde le sait, sauf peut être la brunette. Comme a chaque fois, elle était un peu trop sur d'elle et avait négligée de surveiller ces arrières alors que le danger vient principalement de là. Combien de fois lui avait t'il dit lors de divers entraînement qu'il faut toujours rester méfiant même quand son adversaire est a terre. Le Lieutenant Colonel osait espérer que ça lui servirait de leçon pour l'avenir et que grâce a ça elle enregistrerai ce qu'il voulait dire. La jeune femme avait raison, il avait bien affaire aux idiots d'il y a quelques semaines. C'est sûrement par vengeance qu'ils s'en prenaient à tous les groupes de militaire. Ces mecs sont vraiment fous ! Oubliant les types qui jonchaient le sol sans toutefois ne pas rester sur ses gardes, il demanda à la jeune femme comment elle allait. En apparence, elle avait l'air en forme, aucune égratignure ou blessure sérieuse à déclarer, sauf ça main pleine de sang mais il constata avec soulagement que c'était celui du premier motard qu'elle avait mit hors d'état de nuire. Son arcade pissait le sang, c'est donc de la qu'il provenait. La femme avait beau être petite et frêle, elle savait très bien tenir tête à des hommes plus gros et grand qu'elle, ce qui en est encore plus impressionnant. Comme le lui disait son maître de Taekwondo autrefois, la taille ne fait pas la différence si on ne sait pas se mouvoir. Un petit homme pourrait parfaitement mettre au tapis un géant s'il sait comment se défendre et attaquer sans se précipiter. C'est ce que Shayne applique lors d'un combat, il fait attention, il étudie son adversaire pour réparer les failles dans sa garde, sa manière de bouger, bref tout ce qui est important pour survivre.

Le bruit des moteurs de motos n'avait rien de bien rassurant pour les deux militaires. La jeune femme voulait foncer dans le tas, il en était strictement hors de question ! A deux, de cette manière ils se feraient massacrer comme de vieux bout de viande pas frais. Du coup, Shayne réagit immédiatement en la retenant et la tirant avec lui dans le hangar avant qu'on ne puisse les voir. L'avantage c'est qu'aucun Bikers ne les avaient vu se cacher, il ne reste plus à espérer qu'il ne commence pas à essayer de les trouver. Le mur du Hangar fait principalement de vieille taule et de planche en bois pour boucher les trous, leur permettait de voir par les fameux trous ce qui se passait dehors. Le groupe composait d'une quinzaine de gros bras s'occupait de réveiller leur collègue pendant que leur chef, furieux comme pas deux, leur hurlait dessus pour les engueuler et savoir ce qui c'était passé. Ho ils étaient mal, très mal ! Les militaires ne pourraient pas se cacher éternellement ici et leur cachette n'était pas la meilleure pour jouer à cache-cache avec des fous furieux pareille. Un plan ! Ho si seulement il en avait ! En bon stratège qu'il est, il lui faut encore un peu de temps pour trouver une échappatoire. A voix basse, il chuchota :


-C'est tout toi ça ! Te fourrer dans les emmerdes alors que c'est ton jour de repos ! T'as vu combien ils sont ? Un simple plan ne suffira pas à nous sortir de là !

Quoi qu'ils fassent, ils seront toujours cernés par des hommes, il n'arrivait pas à trouver un moyen d'échapper au combat. Alors qu'elle lui demandait son arme, il était déjà en train de la sortir de son holster. C'était évident qu'il n'allait pas la laisser désarmé, il aurait besoin de ces talents de tireuse.

-Attention, par de tir inutile, je n'ai pas la moindre envie qu'on se fasse repérer, lui dicta t'il comme condition pour avoir son Sig Saeur.

Shayne tourna de nouveau son regard vers la jeune femme quand elle lui demanda comment elle l'avait trouvée.


-Tu crois vraiment que c'est le moment de parler de ça, Alona ?
s'insurgea t'il en lui montrant du doigt les hommes qui traînaient dehors.

Réfléchissant, il regarda autour de lui et vit un petit bureau à l'intérieur du hangar. Il se leva et fit signe à sa partenaire de le suivre jusque la bas. En passant devant une caisse, il prit un bidon d'huile qui traînait et une veste ainsi qu'un vieux balais. Arrivé devant le bureau, il ouvrit la porte et entra. Le bureau en question était vitré pour mieux voir le hangar et les pêcheurs qui devaient y travailler. Sur le balai, il déposa la veste qu'il arrangea avec des bouts de scotch pour que de loin on croie qu'il y ait quelqu'un. Il versa le bidon d'huile sur le sol du bureau, l'huile c'est glissant le premier qui passe par la allait glisser. Préalablement, il avait fouillé dans les tiroirs sans faire le moindre bruit pour chercher des allumettes et de la ficelle, c'est une chance que ce soit un hangar de pécheur, il y avait justement ce qu'il cherchait. Il déroula la petite ficelle du bureau jusqu'à plus loin en dehors de celui ci, derrière des caisses en bois ou lui et la demoiselle allait se cacher. Le truc c'est qu'il voulait faire diversion, quand un des gars entrerait, il verrait l'ombre de quelqu'un dans le bureau, qui ne serait que la veste habillement planté dans le décors par le gardé. En entrant pour vérifier l'homme glisserait sur le sol et apercevrait la ficelle et viendrait vers les caisses. Les deux militaires auraient déjà prit la poudre d'escampette plus loin, et Shayne n'aurait plus qu'a lancer la bouteille d'huile dans laquelle il en reste encore un peu, allumé par un bout de ficelle coincé à l'intérieur et il balancerait le tout ce qui fera un jolie cocktail molotov. Les cris alerteront les autres qui viendront dans le hangar, en espérant qu'ils soient assez débiles pour seulement se préoccuper de leurs amis, ils pourraient partir par la grande porte et prendre la Jeep pour rejoindre le camp. Bon c'est la théorie, en pratique ça ne marche pas toujours.


-Quand j'aurai lancé la bouteille, on bouge la bas, et on attend que les autres rapplique et quand ils sont la, on cours dehors en direction de la Jeep !

Le plan risquait d'être plus dur qu'il ne l'imaginait, est-ce que notre Mac Gyver va réussir son coup ? Il ne tarderait pas à le savoir car trois hommes entrés dans le hangar.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Mar 20 Juil - 18:28

    - C'est pas comme si c'était ce que j'avais demandé ! S'empourpra la jeune femme, tout en chuchotant pour ne pas se faire repérer, à la remarque de Shayne. Tu sais depuis combien de temps j'ai pas eu un jour de repos tranquille ?!

    Alona fût vexée qu'on lui fasse un tel reproche, surtout venant de Shayne. Après tout, c'était vrai, elle n'avait rien demandé à qui que ce soit. Comment aurait-elle pu savoir que les bikers qu'ils avaient croisés presque un mois auparavant se seraient lancés dans une chasse au militaire en s'en prenant à nombre de leurs camarades ? Mais elle ne s'en offusqua pas beaucoup plus, réalisant qu'il y avait aussi le stress de la situation dans laquelle ils étaient désormais tous les deux plongés qui les mettait l'un comme l'autre à cran.

    La jeune femme opina du chef en recevant l'arme de Shayne, acceptant de ne rien faire de stupide et surtout de ne pas tirer dans le tas. Mais au moins elle se sentait un petit peu mieux maintenant qu'elle était aussi armée. Elle ôta le cran de sûreté du Sig Saeur en faisant le moins de bruit possible, afin d'être prête à ouvrir le feu, en cas de besoin seulement.

    Elle roula des yeux d'un air exaspéré quand Shayne refusa de répondre à sa dernière question en prétextant les gars dehors, sur un ton de réprimande. Si elle avait posé la question, c'était justement entre autres pour éviter de penser qu'ils allaient peut-être, en dépit de leur entraînement, se faire écharper par une bande d'imbéciles en blousons de cuir. Malgré tout, la jeune femme essaya de positiver. Il semblait que Shayne venait de trouver un plan.

    Alona suivit le lieutenant colonel jusqu'à un bureau, plus loin à l'intérieur du hangar, tout en couvrant leurs arrières et scrutant les alentours. Celui-ci avait ramassé quelques affaires ; et tandis qu'il commençait à les mettre en place dans le bureau, la brune commença à véritablement voir le plan se former. Ce n'était pas la première fois qu'ils utilisaient une telle stratégie. La différence était que d'habitude, ils étaient mieux équipés que cela.

    Tandis que Shayne mettait les choses en place, la jeune femme continua à faire son inspection du périmètre, surveillant si les sales gars étaient entrés ou non. Elle entendit du bruit à l'extérieur, et des bruits de pas dans tous les sens, avec les cliquetis des éléments métalliques de leurs bottes et blousons. Probablement que leur chef leur avait dit de fouiller tous les hangars pour les retrouver.

    Elle se tourna vers Shayne pour l'informer de ce qui était en train de se passer au-dehors, et le vit en train de mettre la touche finale à son plan en préparant une bouteille de cocktail Molotov. La jeune femme, craignant toutefois que la seule ficelle dans la bouteille soit insuffisante en guise de mèche, arracha une des deux manches courtes de son t-shirt et la tailla pour en faire un long lambeau qui brûlerait mieux et risquerait moins de s'éteindre avant d'atteindre l'huile que la seule ficelle. De toute façon, il était déjà maculé de sang et allait directement finir à la poubelle vu qu'elle n'avait certainement plus l'intention de le porter. Autant qu'il finisse sa vie pour une cause utile: sauver les leurs.


    - Tiens, ça devrait mieux marcher qu'avec la ficelle , lui dit-elle en roulant un peu le tissu dans l'huile renversée au sol, afin qu'il s'en imbibe.

    Le temps qu'ils finissent de se préparer, déjà un groupe de trois hommes rentraient par la porte par laquelle eux-mêmes étaient entrés, prêts à tomber dans le piège tendu par Shayne. Alona se prépara à détaler lorsque son compagnon lui donnerait le signal, comme il venait de le lui indiquer. Les trois hommes s'avançaient en direction du bureau comme prévu, mais au dernier moment, se séparèrent, afin que l'un d'eux fasse le tour par derrière pour vérifier qu'il n'y ait pas d'autre voie d'accès ou de sortie du local. La jeune femme sortit de nouveau l'un de ses couteaux, dans l'éventualité où celui-ci atteindrait leur position avant que les deux autres atteignent le bureau, afin de pouvoir l'éliminer discrètement. Elle surveilla la position du loubard, la tension atteignant un point culminant.

    Les deux autres enfoncèrent la porte du bureau et le premier des deux balourds s'étala lourdement au sol, glissant sur la nappe d'huile. Son collègue vint l'aider à se relever et le couvrir en pointant son arme tout autour d'eux. Cela détourna suffisamment l'attention du troisième qui était dangereusement près de leur position pour donner le temps à Alona de le prendre à revers, de passer la lame sous sa gorge et de trancher d'un coup sec avait qu'il n'ait aucunement le temps de sonner l'alerte.

    Elle amortit la chute du corps sans vie qui s'effondra comme une poupée de chiffon, et le traîna aussi silencieusement que possible derrière les caisses où Shayne et elle étaient véritablement cachés. Dans l'agitation qu'il y aurait d'ici quelques secondes, elle était sûre que personne ne se rendrait compte de la disparition d'un de leurs gars.

    Alona indiqua par signe à Shayne que le compte de celui-ci était bon et qu'ils étaient de nouveau tranquilles, puis elle revint de nouveau se positionner à ses côtés. Les deux autres gars venaient de découvrir la ficelle qui menait aux caisses. La jeune femme essuya la lame de son couteau qu'elle replia et remit dans sa poche. Elle ressortit son arme chargée, prête à décoller à la moindre seconde, maintenant.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Jeu 22 Juil - 1:36

A Seven Sins City, il faut s'attendre au pire à chaque moment ! En plus de la guerre entre mafia, il y a tous les autres qui causent un bordel "monstrueux". En parlant des autres, on a la bande de Bikers, des types qui se croivent super fort et intelligent alors qu'ils en sont tous le contraire. Certes ils sont bêtes, mais armée et violent ce qui a un certain désavantage quand on se retrouve dans la même situation que les deux militaires. Shayne n'avait aucune idée de ce qu'ils pouvaient bien vouloir à part montrer leur engins flambant neufs qu'ils chérissent plus que leur propre mère. Tuer des militaires devaient être leur manière à eux de montrer qu'ils sont puissant et signaler aux mafieux qu'ils ne sont pas les seuls maitre de la ville. A vraiment, mais qu'elle galère cette ville. Pourquoi à t'il fallu que les Russes et les Japonais viennent mener leur petite affaire ici ? Leur pays respectif n'est t'il pas assez grand ? Bref, maintenant que la guerre était déclaré en ville, le seul moyen de ramener la paix c'était de continuer à se battre et surtout à contenir le mal ici car si jamais ça se répand dans le reste du pays...ce serait certainement une catastrophe. Une ville sans foi, ni loi c'est bien assez, un pays ça ferait surement tomber le monde entier dans une troisième guerre mondial et l'issue n'en serait pas certaine. Avec les moyens défensif des pays, les assauts nucléaires détruiraient toute trace de vie humaine. C'est pour ça que la Shadow est là, pour les missions tel que des assassina "non officiel", en gros, ils sont la dernier rempart, la dernière carte que le Président a, pour sauver son pays. Alona c'était fourrée dans un sacré pétrin avec ces deux lourdaud de motard et ça serait difficile de sans sortir. C'est une chance de Shayne et pu la retrouver et une supplémentaire qu'il ait un plan, certes surement foireux mais c'est toujours mieux que rien. Foncer dans le tas leur assurait de grande chance de mourir c'est pour ça que battre en retraite était mieux. Il ne restait plus qu'au Lieutenant colonel de croiser les doigts pour que son plan à la Mc Gyver marche du feu de dieu.

Trois hommes pénétrèrent dans le hangar, les choses se jouaient maintenant, l'erreur n'étant pas permisse, le soldat avait du stresse en plus. Il était tout de même un peu plus confiant grâce à sa partenaire qui venait de lui donner quelque chose de plus inflammable pour la mèche du cocktail molotov. Manque de chance, sur les trois hommes, seul deux se dirigèrent vers le petit bureau, l'autre s'en alla de l'autre coté. Dans sa tête, il jura en se traitant de crétin de ne pas avoir pensé qu'il se séparerait ! C'est ça de sous estimer son ennemie, mais ce n'était pas encore perdu, Shayne n'avait pas encore joué ça première carte ce qui lui donnait un net avantage. Le premier motard qui entra dans le bureau fit une merveilleuse glissade digne d'un vidéo gag. En voyant ça, il aurait presque eut envie de rire, en faite il étouffa un petit rire moqueur, mais rien de très fort et d'audible. Le deuxième venait aider le premier, au passage, il failli lui aussi chuter. L'un d'entre eux, est-ce le premier ou le deuxième pesta en voyant le faux homme qui n'était autre que la veste sur le balais, ils venaient de comprendre le piège. Mais l'autre était déjà parti pour suivre le bout de ficèle, nan mais vraiment quel bande de crétin. Quant aux troisième, Alona lui avait magnifiquement réglé son compte en lui tranchant d'une manière experte sa gorge. Le moment venu, il alluma le bout de tissus et jeta la bouteille qui se brisa avec fracas sur le sol répandant dans une onde circulaire le liquide qui s'enflamma instantanément. Les des hommes se trouvant justement dans la mauvaise zone virent leur pied prendre feu, puis leur pantalon. Les hurlements allaient attirer les autres, mais vu qu'ils se dirigeaient en courant vers l'entrée du hangar, soit par là ou ils sont entrées, les autres n'iraient pas plus loin pour l'instant. C'était le moment ou jamais. Shayne se leva et fit signe à Alona qu'il devait quitter le hangar par l'arrière par la petite porte de service.

La sortit arrière n'était composé que d'une petite porte en bois qui contrasté avec les murs de taules. La porte n'était pas en très bon état, la peinture grise écaillé un peu partout et le bois légèrement gonflé et pourris par l'humidité constante du bord de mer. Le militaire se posta contre le mur, tout comme Alona, de plusieurs signes de main, qu'on nommera ici langage militaire, il lui indiqua d'ouvrir la porte et de sortir la deuxième. Pas la peine d'imaginer qu'elle donna un coup de pied, on est pas dans une film Hollywoodien ! Ici il privilégie la discrétion, du coup elle ouvrit la porte en appuyant sur la poignée mais en la poussant d'un coup en laissant le passage a son supérieur qui passa le premier, son arme devant lui. Elle avait ordre d'attendre un peu, le temps que le jeune homme voit si la voie est libre. A peine c'était t'il éloigné la porte d'une dizaine de mètres, qu'une main vint frapper son visage avec violente, avec l'élan, il partit en arrière s'écrasant lourdement sur son dos. Le pauvre eut la circulation coupé, il voulait reprendre son souffle mais c'était impossible, l'air ne voulait pas entrer. En voyant une hache s'élever dans les airs pour se rapprocher dangereusement de lui, il parvint tout de même à rouler sur le coté, c'était juste ! La hacha accrocha légèrement sa manche. Grant voulait se dégager mais il n'y parvenait pas, toujours trop affaibli par le manque d'air, il n'arrivait toujours pas à reprendre son souffle et c'était vraiment gênant. Si ça continuait, il allait s'évanouir. Le gros bonhomme, car celui qui venait de s'en prendre à lui était encore plus énorme qu'un sumo et aussi musclé qu'un catcheur, et vêtu d'une tenu de combat ainsi que d'un gilet par balle et d'un casque, tenait en main une corde. En voyant ça, Shayne écarquilla les yeux et tenta de ramper mais trop tard, la corde était déjà autour de son cou. Ses mains accroché à la corde, il faisait son possible pour la tirer en avant mais son adversaire était trop fort pour lui. Attraper son arme lui était également impossible, il n'y arrivait pas et de toute manière il ne pourrait pas arriver à tirer sur le gros. Sa seul chance c'était Alona !

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Jeu 22 Juil - 12:57

    En dehors de la légère nuisance imposée par celui qui avait voulu faire de l’excès de zèle au lieu de suivre ses potes, mais dont Alona avait su se débarrasser, le plan des deux militaires s’était passé comme sur des roulettes. Les deux types avaient littéralement le feu au derrière, et leurs hauts-cris avaient rameuté des renforts. La jeune femme essaya de les compter rapidement de tête. Elle avait vu onze gars dehors, plus les deux qu’ils avaient mis à terre. Elle venait d’en abattre un, deux flambaient dans le bureau, et cinq arrivaient en courant par les grandes portes. Ce qui signifiait que si tous ses calculs étaient bons, il en restait encore cinq autres quelque part dehors, et cela s’ils n’avaient pas encore appelé des renforts supplémentaires. Et ils avaient pour eux l’avantage de l’effet de surprise. Certes, ce n’était pas une mission d’élimination, mais il s’agissait plutôt d’une mission de sauvetage / débarrassons-le-plancher. Malgré tout, la réduction des effectifs ennemis augmentait leurs chances de survie.

    Shayne fit signe à Alona de le suivre, ce qu’elle fit sans un bruit. Ils arrivèrent devant leur porte de sortie, et le sergent, connaissant la routine habituelle, s’attaqua en faisant le moins de bruit possible à la serrure de la porte. Heureusement, c’était une chose complètement rouillée sur un morceau de bois complètement vermoulu et pourri par l’humidité de l’air marin. La poignée résista un peu, mais un petit coup sec eu raison d’elle. Elle poussa la porte qui grinça dans un bruit d’agonie, et la jeune femme ne pût retenir une petite grimace. Le lieutenant-colonel passa le premier pour vérifier si la voie était libre, et la jeune femme attendit son signal.

    Au bout de quelques secondes, réalisant que le signal ne venait pas, mais réalisant qu’il y avait une étrange agitation dehors, la brune se précipita à son tour à l’extérieur, arme au poing, prête à tirer. Elle s’arrêta net devant l’étrange spectacle qui s’offrit à ses yeux. Les pieds de Shayne ne touchaient presque plus le sol. Il était retenu par une corde passée autour de son cou, entre les mains d’un imposant colosse en carapace. L’arme qu’elle avait entre les mains ne lui serait pas très utile au regard du pare-balles qui protégeait le malfrat.

    Ni une ni deux, la jeune femme redéploya ses couteaux papillons et les lança expertement sur le mastodonte qui s’en prenait à son supérieur et ami. Le premier se planta dans son bras droit, le second l’atteignit à la gorge. Surpris, il lâcha le militaire qui rejoignit le sol. Sans lui laisser le temps de réagir, Alona se précipita dans la direction du biker endimanché, attrapa le couteau dans son bras et le lui planta aussi dans la gorge. Le sale type convulsa encore quelques secondes en gargouillant à cause du sang avant de se taire à tout jamais. La jeune femme ressortit les deux lames qu’elle essuya sur le pantalon de feu-le-gros-mastodonte avant de les ranger. Puis elle se dirigea vers Shayne pour vérifier s’il allait bien. En dehors de sa difficulté à reprendre sa respiration, il n’avait pas l’air trop mal en point.


    - Bah alors, chef, on ne pense pas à surveiller ses arrières ? Se permit d’ironiser la jeune femme en l’aidant à se redresser.

    Elle le laissa s’appuyer sur elle, et passa doigt devant les yeux de Grant, le déplaçant de droite à gauche et de haut en bas. Elle palpa son cou, s’assurant ainsi qu’il n’y avait franchement rien de bien grave. De toute façon, il aurait droit à une visite médicale à son retour à la base… tout comme elle soit dit en passant. Il était presque certain que leur entrée au camp n’allait pas passer inaperçue.

    Après s’être assuré qu’il allait bien, Alona délaissa Shayne pour retourner auprès du macchabée. Elle dépouilla l’ex-armoire à glace de son pare-balles et son casque. Heureusement pour elle, l’imbécile, au lieu de s’équiper d’un kevlar avait voulu utiliser son casque de motard, lequel disposait d’une visière noire. C’était parfait.


    - Tu vas pas aimer mon plan, prévint Alona, en tendant à son supérieur son M16 qu’il avait fait tomber dans l’empoignade.

    La jeune femme vérifia le nombre de balles dans le chargeur, et fit les poches du macchabée pour vérifier s’il n’avait rien d’autre d’intéressant sur lui. Malheureusement, ce gros idiot n’avait fait que dans l’arme peu efficace et non standard, du style hache, corde et autres accessoires sans grand intérêt. De toute façon, si son plan fonctionnait, le seul contenu du magasin de son revolver devrait suffire.


    - Il y a encore cinq gars dans le hangar, qui ne vont certainement pas tarder à trouver la porte qu’on a ouvert, s’ils ont un minimum de bon sens. Espérons que non. Plus les deux qui crament, et les deux qui doivent avoir atteint les portes du paradis des bikers, on arrive à neuf. Il doit certainement en rester quatre, en comptant leur chef. Si j’ai raison, il doit être resté en retrait avec au moins deux mecs pour assurer sa sécurité.

    Tout en parlant, Alona avait commencé à enfiler le pare-balles et le casque. Elle parlait à toute vitesse et à voix basse, commençant à marcher en direction de la Jeep, pour l’instant toujours à l’abri des hangars. Elle regarda derrière elle pour vérifier qu’ils n’étaient pas suivis. Cette fois-ci, elle avait bel et bien retenu la leçon concernant la protection de ses arrières. Elle s’arrêta lorsqu’ils arrivèrent à la limite du hangar et qu’on pût entendre des voix s’élever de l’autre côté. Alona se retourna alors vers Shayne et le regarda droit dans les yeux.

    - Fais-moi confiance, je sais ce que je fais.

    Elle ne savait pas si à ce stade il avait compris où elle voulait en venir, et ce qu’elle avait l’intention de faire. Mais dans un cas comme dans l’autre, il fallait vraiment qu’il lui fasse confiance sur ce coup là.

    - Tu peux encore courir ? S’inquiéta-t-elle auprès de son compagnon. Parce que quand je te le dis, il va falloir que tu sprintes jusqu’à la Jeep et que tu démarres à fond. Je te couvre.

    - Mets ton bras droit dans ton dos et garde bien le M16
    , ajouta-t-elle.

    Alona chargea son arme de poing qu’elle garda dans sa main droite. De sa main gauche, elle attrapa le bras gauche de Shayne et le replia dans le dos de celui-ci, comme elle aurait fait pour quelqu’un qu’elle aurait capturé. Vu de face, cela donnait l’impression que de ses deux bras elle retenait le colonel pour l’empêcher de s’échapper.


    - Prêt ? Souffla-t-elle.

    Sans même lui laisser le temps de répondre, elle rabattit la visière noire et les poussa tous les deux dans le champ de vision des malfrats.


    - J’en ai eu un, lança-t-elle de sa voix la plus grave et la plus rauque. Allez chercher la fille, elle est là-bas, je l’ai assommée, elle ira plus nulle part.

    Il ne restait qu’à espérer que le coup de bluff marche. Le chef fit signe à deux de ses hommes d’aller vérifier, gardant le troisième à ses côtés. Dès que ceux-ci tournèrent le dos pour aller voir, Alona leva le canon de son arme et tira.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief


Dernière édition par Alona Garvey le Lun 26 Juil - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Lun 26 Juil - 0:48

Décidément, cette journée était vraiment mauvaise. Pourquoi avait t'il fallu que cette ville en plus d'être aux mains des mafieux soit aussi sous le joug des Motards et d'autres bandits tout aussi répugnant les uns que les autres. C'est dans ce genre de situation que Shayne voit à quel point leur présence est importante, c'est déjà le Chaos mais sans eux ça serait l'Apocalypse, c'est certain. Trouver son amie n'avait pas été une mince affaire, mais ce sortir de ce merdier serait encore plus difficile. Encore heureux que le militaire c'est un très bon tacticien et que c'est plan soit presque toujours de pure merveille d'ingéniosité à la Mc Gyver, Mc Gyver qui soit dit en passant est son héros. Dans le monde, il n'y a pas deux héros comme lui, même Batman ne lui arrive pas à la cheville avec ces gadgets High Tech. Hé oui, Bruce Wayne tu t'est fais banané par ce bon vieux Mac ! Ce génie de Mac Gyver se sort de situation périlleuse avec trois fois rien, il fait des "trucs" de fou avec un trombone et un crayon, il y a de quoi être très admiratif. Le Lieutenant Colonel est un peu comme lui, il se sort du pétrin avec des plans ingénieux et loufoque. Le cocktail ayant fait son petit effet, il prenait la fuite avec Alona. Une fois dehors, il ne vit pas le coup venir, un homme qui était bien caché qui sortit au moment opportun pour faire une sorte de manchette/coup de poing à l'officier. A pour être violent c'était violent, il s'était littéralement écrasé sur le sol, si lourdement qu'il avait l'impression qu'on venait de lui écraser ses poumons et qu'il n'en avait plus. A cause de ça, il ne pouvait pas reprendre sa respiration et c'était d'autant plus difficile de fuir ou de prévenir sa coéquipière. Sans air comment pourrait t'il parler ? Ne pouvant compter que sur lui même, il bataillait pour sa survit mais c'était trop tard, il avait pu éviter un coup de hache, mais ne pouvait pas échapper à la strangulation que tentait le gros lard. Celui-ci le fit décoller du sol, ses pieds devaient bien se trouver à cinq centimètres de celui ci. Le pauvre lutté avec acharnement mais rien ni faisait ses forces était inefficace contre une masse pareille, et tellement amoindri par le manque d'air qu'il ne faisait que se fatiguer plus rapidement. A ce moment précis, il était à peu prés sur d'avoir le visage bleu, un peu comme on le voit dans les dessins animés. Sa vision se troublait un peu, des étoiles commençait à apparaître, ce n'était pas exactement parlant des étoiles qui tourne autour de la tête comme le pauvre coyote qui se reçoit une pierre sur le crâne en pourchassant Bip Bip. Non, la c'était des points noirs brouillant sa vu.

Un instant plus tard, la corde se desserra et il s'effondra sur le sol comme un vulgaire sac de chiffon. Que ce passait t'il ? Sa y est il était mort ? Quelqu'un se précipita vers lui, il tourna la tête pour voir et il reconnu immédiatement la silhouette fine d'Alona. Enfin ! Elle avait prit le temps de venir. Avec un peu de peine, il réussit à bafouiller
Bon sang, mais t'était en train de faire bronzette ?. Une touche d'humour comme toujours, Shayne ne peut pas s'en empêcher. Remarque, c'est mieux que de pleurer ou de lui crier dessus ! En bon médecin, elle l'examina pour voir comment il allait, puis elle fit une petite remarque acerbe qui lui fit lever les yeux aux ciel l'air de dire "c'est ça, va si, fou toi de ma gueule !".

-D'abord, il ne m'a pas prit par derrière ! s'étrangla t'il en pensant avoir reprit une respiration normal.

Son cou lui faisait mal, il sentait la brûlure de la corde sur sa peau, il aurait certainement une très belle marque dans pas longtemps. Aidé par la jeune femme pour se relever, il jeta un coup d'œil sur la chose qui avant était son agresseur, il était "raide mort". Secouant la tête en avant, les sourcils relevés, la bouche faisant une moue étonnée, il se dit qu'il avait eut vraiment de la chance qu'elle le tue si facilement. D'un œil attentif, il l'observa retirer le casque et le gilet qu'il portait. Toujours étonné, il se dit qu'elle allait drôlement nager dans le gilet tout comme dans le casque qui devait bien faire le double de sa taille. En plus de ça, il avait comme l'étrange impression que le casque sentait affreusement la transpiration, brrrr, c'est pas lui qui mettrait ça sur son crâne. La petite phrase qu'elle prononça sur le fait qu'il n'aimerait pas son plan, lui fit en effet détester son plan car il avait déjà une petite idée de ce qu'elle comptait faire et c'était tout simplement de la folie.


-Ho, mais je le déteste déjà ! Assura t'il en levant les yeux au ciel comme ci celui ci pouvait lui apporter de l'aide.

Récupérant son fusil, il le remit à sa place en bandoulière et écouta la jeune femme. Comme elle l'avait dit, il restait des hommes et un peu partout, ceux à l'intérieur du hangar qui finirait par venir et certainement d'autre qui faisait le guet. Lui faire confiance, il n'avait pas bien le choix, pour une fois que ce n'était pas lui Mac Gyver...ho il y avait bien une pointe de jalousie, mais son plan avait une chance d'aboutir à un résultat, ne reste plus qu'a le vérifier. Attention, ACTION ! Mission Evasion, une production de Alona Garvey, avec Shayne Grant dans le rôle du prisonnier, Alona Garvey dans le rôle de la fausse méchante et les Bikers dans les rôles des méchants pas beau tout moche !
Poussé par la jeune femme déguisait, déguisement qu'il ne trouvait pas crédible tellement le gilet était trop large pour son corps si frêle, il avançait sans rien dire tenant fermement son arme caché dans son dos. La voix rauque qu'utilisa la demoiselle était loin d'être à la hauteur d'un des Bikers, mais comme ils étaient tous bête comme leur pieds, l'un d'entre eux tomba dans le panneau envoyant deux hommes faire ce qu'elle avait dit. Vous pouvez informer le Festival de Cannes qu'on a déniché la Palm d'Or du crétin en herbe à Seven Sins City. Alona tira trop tôt au goût de Shayne, elle aurait du attendre un peu pour qu'ils gagnent du temps. Le signal étant donné, il se mit à courir vers la Jeep, grimpa dedans sortit les clefs et mit les clefs dans le....Le contact...nan mais qu'est-ce que c'était que cette blague à deux balles ! Le jeune homme devint tout pale, ces crétins avaient trafiqués le véhicule. Tant pis, il devrait la démarrer aux fils....les fils hein...bousillé aussi. Abattu, il cogna plusieurs fois ça tête sur le volant avant de sentir le canon d'une arme derrière son crâne. Il déglutit et regarda dans le rétroviseur intérieur, c'est ce qu'on appel se faire avoir comme un bleu. Doucement, il leva les mains et sortit de la voiture, pendant qu'il marchait vers le chef, il chercha la jeune femme des yeux mais celle ci n'était plus là, elle avait sûrement vu que la voiture ne démarrer pas et qu'un Bikers était aux trousses du gradé, elle avait bien fait de se cacher.


-Je vois que vous n’avez toujours pas apprit à faire dans la finesse, mais vous toujours aussi créti....commença à dire le Lieutenant Colonel avant que le chef le cogne au visage.

Malgrès la puissance du coup, il ne vacilla pas, il resta droit et fière, même si le canon de l'arme était toujours derrière ça tête. Dans deux secondes, on lui prendrait son M16 et il en était hors de question. Diversion, diversion, diversion....c'est bon ! Il venait de trouver une idée toute bête qui pourrait bien les distraire une fraction de seconde.


-Alona, non va t'en !!!! Hurla t'il en direction d'un autre hangar.

Bien sur il n'y avait pas d'Alona, mais crétin comme ils sont tous mordirent à l'hameçon et regardèrent derrière eux. En deux temps, trois mouvement, Shayne pivota sur le coté en attrapant la main armé de son "geôlier", et la lui arracha et li mit KO en lui tirant une balle dans le crâne avant de partir à couvert derrière la Jeep. Le jeune homme espérait que son amie n'avait rien et qu'elle était en sécurité, par contre lui il ne l'est pas. Des tirs raisonnèrent dans le port sur la carrosserie, ce n'était rien comparé à ce qu'il venait d'entendre :


Un Bikers : Le Lance Roquette !!!!!!

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Lun 26 Juil - 23:24

    La jeune femme n’en revenait pas que son plan soit allé aussi loin. Malgré le fait que le type dont elle avait piqué l’équipement faisait le double de sa taille et de son poids, personne ne semblait s’être rendu compte de la supercherie. Peut-être était-ce à cause de la distance, bien qu’elle ne soit pas si élevée que cela, ou peut-être parce que Shayne se trouvait devant elle… Alona ne savait pas trop. Mais le fait était que ça avait marché, et c’était tout ce qui comptait. En tout cas, ça avait marché suffisamment longtemps pour que le plus crédule du lot aille à la recherche de « la fille » qui était soit disant quelque part dans les vaps. Cela avait d’ailleurs donné l’occasion à la militaire d’ouvrir le feu pour se débarrasser d’un individu de plus. Se faisant, elle créait la diversion qui permettrait à Shayne d’aller jusqu’à la voiture pour la démarrer.

    Par contre, c’était dingue l’odeur qui régnait sous ce truc. Elle avait hâte de pouvoir l’enlever. Mais maintenant n’était certainement pas le bon moment, surtout avec les deux hommes restant en train de riposter, car évidemment son premier tir avait parfaitement atteint sa cible. Dans l’absolu, quoi qu’il advienne des deux militaires, Alona ne pouvait s’empêcher d’être fière d’elle car ils auraient au moins réussi à éliminer pour de bon une partie de cette vermine là. Elle couvrit comme elle pût la course de Shayne, en fonçant dans la direction opposée de la Jeep et en tirant dans le tas. Si le colonel arrivait à faire démarrer le véhicule, elle n’avait aucun doute quand au fait qu’il viendrait la chercher.


    *Mais qu’est-ce qui lui prend autant de temps* Pensa-t-elle tout en continuant à courir le plus vite qu’elle pouvait. Elle entendait les balles siffler à ses oreilles, et alla se jeter derrière un vieux tas de filets de pêche à raccommoder. Elle jeta un œil rapide au chargeur de son revolver, lequel à son grand désarroi était presque vide. Elle avait su utiliser ses cartouches avec une relative parcimonie, mais malgré tout, il ne lui restait plus qu’une seule et unique balle. Il y avait encore cinq mecs qui erraient d’un hangar à l’autre, et seraient surement attiré par le raffut, soit le sien soit celui du côté de Shayne. Il y avait encore un type à ses trousses la dernière fois qu’elle avait regardé derrière elle. Le chef de gang n’avait pas osé bouger et avait envoyé ses sbires, mais l’un des deux avait disparu du champ de vision d’Alona. Etait-il allé voir du côté de Jabberwock ?

    La jeune femme tenta de ralentir le rythme effréné de sa respiration, et se concentra sur le bruit de pas qui se rapprochait. Heureusement que personne n’avait pensé à dire à ces imbéciles de bikers que les boucles métalliques sur leurs bottes n’étaient pas très discrètes. Elle entendit le malfrat arriver par sa droite. La militaire se baissa jusqu’à se mettre à plat ventre, et sortit l’un de ses couteaux, lorsque la voix de Shayne retentit au loin, arrêtant net tant la jeune femme que son agresseur.


    « Non, Alona, va t’en !!! »

    La concernée releva un sourcil, parce qu’elle était là, derrière son tas de filets, et très loin hors du champ de vision de Shayne. Cela ne pouvait signifier qu’une chose, qu’il essayait de faire diversion. Sachant qu’elle n’entendait par ailleurs toujours pas le bruit de la voiture, cela ne signifiait franchement rien de bon. Son plan n’avait peut-être pas si bien marché que ça finalement. En tout cas, le biker avait cessé d’avancer vers elle, et un autre cri lui fit même faire demi-tour, et la brune comprit très rapidement pourquoi.

    « Le lance-roquettes !! »

    Au pas de charge, son suiveur était retourné à son point de départ, et était en train de se poser sur l’épaule l’arme reconnaissable entre toutes. Mais où avaient-ils réussi à mettre ça sur leurs motos ?! Et comment se faisait-il qu’un groupe de bikers soit aussi bien équipé ?! Il n’y avait vraiment qu’à Seven Sins qu’on pouvait voir des choses pareilles !

    La jeune femme regarda le Sig Saeur qu’elle avait entre les mains, et le type qui avait entre les mains un lance-roquette. Puis de nouveau son arme. Elle décida d’avancer un peu le long du hangar, le plus rapidement et le plus silencieusement qu’elle pouvait, pour se poster derrière d’énormes caisses. Elle s’appuya sur le rebord d’une de celles-ci, et visa. Elle mit le type au lance-roquettes en joue. Elle n’avait qu’une seule chance.

    Ce n’était pas pour rien qu’elle faisait partie des commandos d’élite….

    La balle atteignit le type dans le cou. C’était la tempe qu’elle avait visé, mais ça lui irait très bien comme ça. Le tout était que ça avait suffit pour l’empêcher de tirer. Et créer une nouvelle diversion… bien qu’elle n’ait pas d’autre plan désormais.

    Toutefois, elle n’eût pas longtemps le temps d’y réfléchir. Parce qu’une nouvelle fois, elle n’avait pas protégé ses arrières, trop occupée qu’elle était à viser sa cible ; et elle n’entendit pas venir le coup derrière elle, qui l’atteignit en plein dos. Une première balle, puis une deuxième. Alona s’étala au sol, le souffle coupé par les impacts successifs.


    - Hey, regardez ce que j’ai pêché, brailla l’un des loubards à ses potes.

    Le sergent ferma les yeux, sa respiration saccadée et ses battements de cœur totalement désordonnés. Heureusement qu’elle n’avait pas enlevé le pare-balles. Elle n’était pas sortie du pétrin pour autant.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Mar 27 Juil - 1:28

C'était vraiment la galère de se retrouver dans ce "merdier" car il n'y avait aucun autre mot pour décrire la situation. Les deux militaires étaient prit au piège et qu'ils soient expérimenté ça ne changerait rien à ce qu'il se passe. Face aux nombres supérieurs de leur ennemie leurs chances sont réduites, surtout qu'ils n'ont pas un arsenal à la mesure du moment. C'est une chance que Shayne avait son arme avec lui, ses deux armes pour être précis et qu'il pouvait en prêter une à la jeune femme. Le Lieutenant Colonel c'était prit un vilain coup mais ça allait mieux maintenant et heureusement car il ne pouvait pas compter sur la jeune femme pour s'en sortir. Ce n'est pas qu'elle soit inutile, c'est juste qu'il aura besoin d'être en pleine forme pour quitter les lieux, donc il faut limiter les dégâts physique autant lui que sa coéquipière. L'heure à élaborer un plan et la demoiselle en avait un, elle avait eu le temps de réfléchir pendant qu'il se remettait doucement de sa mésaventure. Le plan ne lui semblait pas fiable à 100% mais il n'avait pas le choix pour le moment, c'était ça ou rien, alors plutôt choisir ce qu'ils ont. Tout ce déroulait comme sur des roulettes, il devait mettre la voiture en route pendant qu'elle faisait diversion et hop il pourrait partir en chantant "We Are The Champions" par la suite. Manque de chance, ils ne pourraient pas pousser la chansonnette pour le moment car le Jeep avait été magnifiquement trafiqué par cette bande de Bikers à moitié débile. L'un des méchants avait son arme sur le crâne de Shayne qui était obligé de descendre de voiture et d'aller là ou il voulait vers son chef. Avec une diversion auquel un enfant de cinq ans n'aurait pas réagit, il arriva à s'extirper de son garde pour l'éliminer et se mettre à couvert derrière la Jeep. Ce n'était pas une cachette, juste un endroit où il ne risquerait pas de se faire tuer d'une balle.

Quand les mots "lance roquette" s'élevèrent, Grant se figea et blêmit considérablement. S'il avait vraiment ce genre d'arme il était mal au point. Il se tenta à baisser la tête sur le coté pour observer le groupe d'homme. En effet, l'un d'entre eux armait sur ces épaules l'engin de mort qui lui était destiné. S'en était finit de lieu, il ne pouvait même pas tirer sur le tireur car d'autre Bikers tirèrent en sa direction quand ils virent sa tête. Il attendait, il attendait, mais rien, il tenta alors de regarder et vit l'homme a terre, mais un autre avait déjà l'arme sur son épaule et un "flop" particulier se fit entendre signalant qu'il tirait la roquette. Ni une, ni deux, il se leva d'un bond et couru le plus vite possible comme si les chiens de l'enfer étaient à ses trousses. Nourrir ne servait pas à grand chose, mais il n'avait pas trop le choix. La tête explosive heurta la Jeep qui valdingua tout en explosant, le souffle si violent de l'explosion propulsant le militaire vers l'avant avec une telle force qu'il décolla du sol et fut projeté contre des caisses en bois de nombreux débris venant l'écraser. Sa tête lui donnait l'impression de sonner comme dans une église, plus aucun son ne semblait atteindre ses tympans, c'était pour ainsi dire flou, comme s'il était sous l'eau. Sa tête avait l'air de tourner, sa vu était un peu trouble et même en secouant à la tête il ne parvenait pas à retrouver une vue "normal". Plusieurs ombres s'approchaient de lui, il devrait s'inquiéter pour ce qui allait advenir de lui, mais non, ses pensées allées vers Alona, il espérait qu'elle soit en sécurité. L'un des hommes ramassa une masse sombre et noire qui gisait sur le sol, qu'est-ce que c'était ? Après réflexion, il conclu que c'était son M16. La masse sombre s'approcha rapidement, trop rapidement de son visage et s'abattit sur sa tempe le faisant plonger dans l'inconscience la plus total.

Combien de temps était t'il resté inconscient ? Tout ce qu'il savait c'est qu'il n'avait pas du passer loin de la mort avec ce lance roquette. Dans le noir, plongé dans son esprit, il était seul et isolé se pensant même mort au beau milieu du néant. D'un coup, il ouvrit les yeux sur ce qui semblait être un hangar aussi délabré que le premier. Un liquide froid, presque glacial lui l'avait saisit des pieds à la tête ses muscles s'étant raidi sous la froideur. C'était un seau d'eau glacé que les motards lui avaient renversé dessus. Pour se débarrasser de l'eau, il secoua la tête comme le ferait un chien mouillé. Un douleur lui traversa les poignets, sa peau le brûlé atrocement, il lui fallu peu de temps pour constater qu'il était ligoté à une chaîne. C'était le bouquet, il s'était fait prendre comme un idiot de débutant, il crut entendre du bruit et leva un peu la tête pour voir la jeune femme suspendu par les liés à une grosse corde à un crochet. Désolé, il baissa la tête en fermant les yeux comme si leur sort était joué d'avance. Quand la voix de l'un de leur ennemie s'éleva, il leva la tête pour le regarder et à se moment la il reçu un coup de poing au beau milieu de la joue. Nom de Dieu que ça faisait mal, encore heureux qu'il n'ait pas un poing américain car il l'aurait sentit passer. Avec un air de défit, il cracha sur son agresseur qui lui en remit pour se venger et lui apprendre les bonnes manières. Shayne se mit à rire, on aurait pu le croire fou à ce moment précis.


-Même mon arrière grand mère me ferait plus mal que toi, Connard ! ria le Lieutenant Colonel.

C'était de la provocation, peu conseillé pour la situation, mais Shayne était comme ça, il ne peut pas s'en empêcher. Encore plus énervé, le type le frappa plus fort à plusieurs reprises et toujours au visage. Zut, sa belle gueule n'allait plus avoir autant la classe auprès des filles après ça. Quelque chose de chaud coulait contre sa tempe à quelques millimètres de son œil, il ne fallait pas être un génie pour imaginer que c'était du sang. Cet enfoiré lui avait ouvert l'arcade, c'est du jolie ! Apparemment, il en avait marre de lui taper dessus car il s'en alla. Il regarda Alona toujours suspendu au crochet, elle avait l'air d'avoir mal pour lui. Pour la rassurer, il lui fit un sourire, en plus elle était médecin alors elle devait avoir envie de venir le soigner, mais ça ne serait pas pour le moment. Deux nouveaux motards vinrent équiper le soldat, la il commençait à avoir peur, très peur. De drôles de pinces reliées à des câbles qui ne lui inspirait rien de bon. Un nouveau seau dos sur la tête et il aperçu le boîtier noir à quelques mètres de lui. Les enflures, il allait lui envoyé des décharge électrique. Avant qu'il ne réalise quoi que ce soit son corps fut agité de spasme violent alors que le courant passer dans son corps pendant plusieurs secondes. Il devait sans doute hurler de douleur mais ne s'en rendait pas compte. Quand il stoppèrent leur machine, il avait chaud, tellement chaud et son corps entier était engourdie. Malgré tout, il sentit que la corde c'était dé serré. Évitant de trop bouger ses bras, il glissa sa main gauche, puis sa main droite et quand le premier motard revint vers lui, il se leva sans prévenir en combattant sa propre douleur et passa la corde autour du cou de celui ci avant de lui briser la nuque d'un coup sec et précis. Puis il s'attaqua à un autre homme qui venait pour secourir son ami mais c'était trop tard. Il était armé du couteau de combat de Shayne, celui ci devait faire attention de ne pas se faire planter. Par un miracle, il réussit à esquiver le coup et attrapant la main de l'adversaire et lui planta le poignard dans le cœur. Il récupéra son arme et couru vers le bouton qui devait faire descendre le crochet. Un autre motard l'intercepta en le plaquant au sol, placage qui soit dit en passant était digne de celui d'un rugbyman. Faisant son possible pour s'extirper, il rampait sur le sol mouillé et sale. Le soldat se résigna à lancer son couteau sur le bouton en espérant qu'il l'atteigne et l'enclenche. Apparemment ça avait marché, mais il était trop occupé à se défendre pour le voir. D'autres hommes arrivèrent et ils se mirent à plusieurs pour le frapper. Des coups de pieds dans le ventre, dans le dos, dans les jambes, il souffrait horriblement, totalement impuissant.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Mar 27 Juil - 2:36

    La jeune femme s’éveilla lentement, sentant son corps complètement engourdi et endolori. Elle n’aurait pas su dire où elle avait le plus mal. En tout cas, son premier constat fut que la position dans laquelle elle se trouvait était assez loin d’être orthodoxe. La dernière chose dont elle se rappelait était d’avoir perdu connaissance suite à deux impacts de balle, presque à bout portant étant donné la force du choc. Elle devait avoir d’énormes hématomes dans le dos. Mais plus que cela, elle avait aussi extrêmement mal au bras et aux épaules.

    Alona ouvrit un œil, puis un autre. Puis les deux. La lumière blafarde au dessus de sa tête agressa ses yeux, qu’elle parvint malgré tout à garder ouvert. C’était étrange, ils lui semblaient plus petits qu’avant, les bikers. Et le sol, il ne lui paraissait pas très palpable. Ce qui était un peu normal étant donné qu’elle était suspendue à quelques mètres du sol, des cordes solidement nouées autour de ses poignets, le tout suspendu à un crochet, comme un vulgaire morceau de viande sur son esse.

    Le regard de la militaire balaya la pièce autour d’elle. Elle était de retour dans un hangar, mais pas le même que précédemment… complètement désarmée, et dépouillée du casque et du pare-balles qu’elle avait elle-même piqué à un biker décédé à l’heure qu’il était. Il y avait encore là sept gars, chef de gang inclus, et une autre personne sur une chaise. Sauf que ça, ce n’était pas un biker. Ça, c’était Shayne, et il n’avait pas franchement l’air en meilleur état qu’elle. Elle croisa son regard l’espace d’une seconde, avant qu’il ne baisse les yeux, comme s’il baissait pas là-même les bras. C’était hors de question ! ça ne se terminerait pas comme ça ! ça ne pouvait pas se terminer d’une telle façon. Il fallait qu’ils fassent quelque chose. La jeune femme essaya bien de se débattre, mais en vain. Tout ce qu’elle parvint à faire fût d’attirer l’attention que l’un des gars qui entouraient le colonel.


    - Tiens, la belle au bois dormant se réveille, ânonna l’un des gros lourdauds qui lui faisaient office de compagnie. Juste à temps pour voir son copain se prendre un coup de jus.

    Un quoi ? Elle eut à peine le temps de se rendre compte les câbles qui reliaient de part et d’autre Shayne au boitier électrique contre le mur. Alona se débattit de plus bel, tel un fauve, ne parvenant pourtant qu’à blesser plus encore ses poignets déjà meurtris. En plus, il avait l’arcade en sang, ce qui signifiait qu’il avait dû se faire taper dessus.


    - Descendez-moi de là ! S’énerva Alona.

    Je vous prends un par un et je vous ferai tous la peau, s’emporta-t-elle encore, ne faisant qu’accroître l’amusement de son public de loubards.

    Si seulement elle arrivait à se décrocher de là. Cette fois-ci, malheureusement pour elle, ils avaient eu la jugeote de la désarmer, lui retirant même ses deux couteaux papillons. Elle pouvait d’ailleurs voir l’un des gars s’amuser à les déplier et les replier.


    *J’te les ferai avaler* Gronda-t-elle intérieurement.

    Tandis qu’elle cherchait une solution pour se sortir de là, Shayne réalisa un tour de force en réussissant à se libérer et même se débarrasser d’un motard de plus. Plus que six, chef inclus. Celui là, elle se ferait bel et bien un plaisir de lui faire la peau. Ou mieux encore, de le confier à Hunk, donc elle était sure qu’il serait capable de littéralement l’éplucher vif. Elle était si énervée que même cette idée ne la choquait plus.

    Le treuil sur le crochet duquel elle était attachée commença à redescendre, la ramenant doucement en direction du sol. Shayne venait vraiment de réussir un super coup, bien qu’il soit encore aux prises avec un autre homme. La plupart d’entre eux s’étaient précipités sur lui, mais l’un d’eux était quand même resté là, à attendre Alona qui descendait inexorablement en direction du sol. Avant même d’atteindre terre, la jeune femme passa ses jambes autour du cou du type le plus proche et, mains toujours liés, se détacha de l’énorme crochet et passa le câble de celui-ci autour de son cou, serrant du plus fort qu’elle pouvait. Le biker se secoua et leva les mains pour essayer de lui faire lâcher prise. Il avait un couteau dans la main et essayait d’en donner des coups au dessus de sa tête, espérant atteindre le sergent. La jeune femme profita d’un de ces mouvements désordonnés pour lui faire trancher ses liens et ainsi libérer ses poignets. D’un geste précis, elle brisa la nuque du type et sauta au sol. Plus que cinq.

    Bon, il y en avait franchement marre de ce bordel. Elle allait en faire des petits suisses, de ce qu’il restait de bikers dans la pièce ! Elle aurait même été capable de s’attaquer à une armée entière à ce stade là. Sa journée de permission qui avait commencé si tranquillement avait viré au véritable cauchemar. Vu l’état dans lequel elle et Shayne se retrouvaient, la bonne nouvelle était qu’ils allaient avoir d’autres journées de repos sous peu, mais de repos forcé pour récupérer… donc très certainement à l’infirmerie de la base. Rien de très réjouissant à cette pensée là.

    La jeune femme avait par ailleurs complètement perdu la notion du temps. La nuit était tombée depuis maintenant quelques heures sur la ville aux milles vices, et seuls quelques rayons lunaires blafards éclairés encore le port en cette heure tardive. Ça, et les lumières allumées dans le hangar dans lequel se trouvaient les deux militaires et leurs agresseurs. Ce fût le moment que choisit Alona pour passer en mode complètement berserk.

    La première cible de la jeune femme fût celui qui avait récupéré ses couteaux papillons. Elle était allée si vite qu’il n’avait même pas eu le temps de la voir venir. Ils étaient encore occupés à passer Shayne à tabac, suivant l’exemple de leur chef qui dirigeait le mouvement. Avec le couteau de son propre camarade biker, elle lui trancha la gorge d’un coup sec, et récupéra ses couteaux. Elle lança de façon experte le premier dans le ventre du plus proche, qu’elle tacla et acheva une fois qu’il fût au sol. Plus que quatre.


    - C’est pas parce que je suis une femme que je ne sais pas me battre, hurla-t-elle à la cantonade, en enchainant coup de pieds, de poings, et coups de couteaux, qu’elle plantait, retirait de nouveau, et utilisait pour trancher quand on l’approchait de trop près.

    Le type le plus proche d’elle s’apprêtait à dégainer, et la militaire lui asséna un violent coup dans le poignet pour arrêter son geste. Un sinistre bruit de craquement se fit entendre tandis qu’elle s’emparait de l’arme pour abattre son propriétaire avec celle-ci. Plus que trois.

    Elle sentit qu’on l’attrapait par derrière, et avant de se faire complètement coincé, fit basculer le type par-dessus elle pour l’étaler par terre puis lui brisa à son tour la nuque. Plus que deux.

    Dans la lancée, en relevant la tête pour le voir arriver face à elle, elle mit une balle droit entre les deux yeux du dernier sbire, le tout pour se retrouver nez à nez avec le chef d’un gang entièrement décimé.

    Que s’était-il passé exactement dans la minute qui suivit ? Alona, submergée par un violent accès de rage qui lui était en tant normal étranger, n’aurait su le dire, trop absorbée qu’elle était par toute cette violence. Le chef des bikers, pour sa part, ne devait certainement pas avoir compris ce qui lui était arrivé. Le fait était qu’on pouvait désormais voir étalé au sol l’imposant personnage, surplombé par une silhouette légère et d’apparence frêle. La scène aurait pu être cocasse dans un autre contexte, mais elle ne l’était pas. Dominant le chef des malfrats à terre de toute sa hauteur, elle fit tourner ses couteaux entre ses mains avec un rictus terrible et planta les deux lames dans ses cuisses respectives.


    - J’ai un pote à te présenter, lui souffla-t-elle à l’oreille de sa voix la plus mauvaise, pensant au mercenaire fou qui lui tenait lieu de bon ami.

    Un bruit derrière elle la fit sursauter. Complètement survoltée et prête à réagir au quart de seconde, Alona s’empara de l’arme à terre la plus proche, sans même se demander qui elle avait pu oublier, fit une volte-face brutale et s’arrêta net réalisant qu’elle venait de mettre en joue, son canon à moins de dix centimètres de son nez… Shayne.

    Toute la tension des dernières minutes sembla retomber d'un coup. La jeune femme, qui était à la base d'un naturel pacifiste, sortit brusquement de l'état dans lequel elle se trouvait. Elle remit le cran de sécurité sur l'arme avant de la lâcher au sol et se jeta dans les bras de Shayne.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Mer 28 Juil - 1:40

Tout ce passait tellement vite que Shayne avait du mal à réaliser. Un peu plus tôt, il se trouvait dehors à lutter pour fuir mais une voiture avait explosé, enfin plutôt sa Jeep, celle qui devait les mener loin d'ici. Le général serait content d'apprendre qu'un véhicule vient d'être détruit, ha oui ça c'est sur. Que c'était t'il passé ensuite ? Ha oui, le souffle de l'explosion l'avait mal mené et il s'était retrouvé à moitié vaseux sur le sol avant qu'on ne lui donne un coup à la tête et qu'il s'évanouisse, car oui un coup à la tête ça ne pardonne pas. Et voila qu'il se trouvait attaché à une chaise avec le reste de la bande de Bikers qui prenait le plus grand plaisir à le frapper, et même à l'électrocuter. La douleur était terrible, sentir ses muscles se contracter si fort que sa vous donne l'impression qu'ils vont exploser, et puis ce courant qui vous passe dans le corps, il n'avait jamais subit ça avant et ce demandait comment s'en sortir. Aussi étonnant que sa puisse paraitre la corde se relâcha un peu en forçant il avait pu dégager ses mains et trouver la force et le courage de se lever malgré son corps parcouru de douleur pour tuer un premier gars. Le Lieutenant Colonel est un dur, c'est pas son genre de se laisser avoir, lui il est du genre à mourir en donnant son dernier souffle au combat. Le manque de force lui empêcha tout de même de pouvoir affronter plus de quatre hommes en même temps surtout quand ils sont presque tous plus gros que des pilier de rugby. Malgré ça, il était parvenu à lancer son couteau en espérant que ça libérer Alona.

La suite des évènements, il ne la vit pas vraiment, Est-ce qu'Alona était libérée ? Aucune idée, les hommes lui cachaient la vue et il était trop occupé à le frapper. C'était un véritable passage à tabac, une sorte de lapidation mais sans les pierres. Un coup de pied l'avait atteint dans le ventre, son estomac s'en était retourné et une envie de vomir lui était venu. Le pauvre n'avait pas le temps de reprendre son souffle que son dos prit aussi un coup, puis en autre, ses jambes aussi, son visage, c'était horrible, les bikers étaient tous des lâches, à quatre sur un seul homme si ce n'est pas de la barbarie... Ses cotes lui faisaient de plus en plus mal, quelques unes avaient du céder, si jamais il s'en sort il va lui falloir beaucoup de repos, trop à son gout. Quand ils ne furent plus que trois, le traitement ne changea pas, c'était pareille, on l'assenait de coup encore et encore. Les coups se faisaient moins nombreux mais toujours aussi intense, un autre gars était partit mais ou ça ? Ce qu'il ne savait pas c'est qu'il se battait contre Alona. Son courage prit à demain, il bloqua un coup avec son genoux, juste à temps pour rouler ensuite sur le sol et se lever avec difficulté, l'autre revint à la charge et une douleur atroce lui traversa le ventre avant qu'il ne s'écroule de nouveau a terre à moitié conscient. Le soldat se sentait faible, pas faible dans le sens ou il était mal au point, faible dans le sens ou il n'avait rien pu faire contre cette bande de gros lourdaud. N'importe qui d'autre dans cette situation aurait subit le même sort que lui et il n'y a pas de honte à ça, mais étant un homme il avait la forte impression que son égo venait d'être entaché par cette histoire. Ne perdant pas espoir, il s'appuya sur ses bras et se poussa du sol afin de se mettre à genoux. Son corps entier était perclus de douleur, chaque geste le faisait souffrir. Un dernier effort, et il était sur ses deux pieds, sa tête tourna un instant avant que tout redevienne stable. La brunette n'était pas loin et seul, enfin si on fait exception des corps ou plutôt des cadavres des motards jonchant le sol comme de vulgaire bout de viande sans importance. Elle se tourna si rapidement qu'il faillit trébuché en arrière en reculant d'un petite pas. Une arme pointé sur son nez, il leva les mains sans rien dire pour lui signifier que c'était lui.

Le sergent baissa son arme et la laissa tomber sur le sol, soulagé, il baissa les main est fut un peu surpris de la voir sauter dans ses bras. Il l'enlaça tendrement, heureux qu'elle n'ait rien, il regarda son visage et l'inspecta comme s'il cherchait une blessure, comparé à lui, elle avait échappée aux plus dur et ça le soulagea. Il était tellement soulagé, qu'il fut prit d'une irrépressible envie de l'embrasser. Il résista une seconde et posa ses lèvres sur les siennes en prenant son visage entre ses mains. Un doux baiser, mélange de soulagement et de folie. Le militaire n'était pas sur de savoir ce qu'il faisait, et quand il mit fin au baiser, il voulu lui sourire mais il tomba à genoux en grimaçant. Sa main se posa sur le coté droit de son ventre. Cette partie de son corps le picotait drôlement, quand il retira sa main, celle-ci était complétement rouge, couverte de sang. Il pensa d'abord que c'était le sang qu'il y avait sur le sol ou le sang de son visage, quand il regarda son ventre il fut forcé de constaté qu'il saignait. Le jeune homme se mordit la lèvre et souleva sa veste et son T-shirt afin de voir une entaille très profonde dont le sang coulait abondamment. Il aurait voulu jurer mais il se retint, Shayne se devait de rester fort dans toute les situations. De plus, il n'était pas mort pour le moment. Sur le sol, il vit le chef des motards qui gémissait de douleur, en voyant ça, la fureur l'envahie et il en oublia sa blessure. Se trainant rapidement à coté de l'homme il lui fallu peu de temps pour se mettre au dessus de lui et se mettre à lui donner de violent coup de poing tout en criant qu'il allait le tuer et lui faire payer tout ça. Le Lieutenant Colonel s'emporte rarement, mais quand ça arrive ce n'est pas beau à voir. Sa blessure lui faisait mal, et plus il s'agitait plus le sang coulait mais sa vengeance primait sur le reste.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Mer 28 Juil - 2:42

    Cette fois-ci, Alona était bel et bien à bout de forces. Elle avait véritablement atteint les limites de ses capacités physiques, et heureusement pour elle, ils étaient tous morts… ou presque. Le seul survivant avait été mis hors d’état de nuire par ses soins, et poussait des gémissements d’agonies. Il n’irait plus nulle part, et c’était bien le but recherché. Complètement éreintée, autant moralement que physiquement, la jeune femme s’était laissé tomber dans les bras de Shayne de soulagement. Elle était toute aussi contente de le voir en vie que d’être en vit elle-même. Rien à voir avec deux militaires et leur hiérarchie, mais il s’agit juste là de deux personnes heureuses de s’en être tirées. Elle fit cependant attention et essaya de ne pas lui faire trop mal, sachant qu’il avait lui aussi dû bien souffrir, et probablement encore plus qu’elle.

    Alors que c’était pourtant elle le médecin, et peut-être elle la moins blessée des deux, ce fût pourtant Shayne le premier à s’inquiéter de l’état de santé de sa partenaire. Il s’était mis à lui examiner le visage, comme pour chercher si elle avait été blessée. C’était probablement la partie de son corps la moins amochée… en tout cas, c’était la moins endolorie. Elle devait être couverte d’entailles plus ou moins profondes et d’ecchymoses, doublé peut-être d’une côté fêlée. Le plus terrible serait de constater les dégâts dans un miroir. Elle devait d’ailleurs aussi être couverte de sang, même si ce n’était pas forcément le sien. Mais tout cela semblait bénin comparé à l’état de Shayne.

    Alona le regarda droit dans les yeux, comme pour essayer de juger de son état d’ensemble. Avait-il l’air d’aller à peu près ? Elle avait toujours ses mains dans son dos. Mains qui initialement avaient pour but de le serrer dans ses bras, mais qui s’étaient éternisées là pour essayer de le soutenir, parce qu’elle avait désormais peur que si elle le lâchait, il allait de nouveau s’effondrer. Il tenait toujours le visage de la brune entre ses mains ; et elle n’eût pas le temps de comprendre ce qui se passait que ses lèvres se posèrent sur les siennes en un doux baiser. Dans n’importe quel autre contexte, Alona aurait jugé la situation étrange. Dans ce contexte précis, n’importe qui d’autre aurait jugé la situation étrange. Après tout, ils étaient en sang, en ruine, entourés de cadavres et d’un malfrat à l’agonie…. Ce n’était pas franchement un cadre idyllique. En même temps, ce n’était pas particulièrement un baiser romantique non plus, mais probablement plus une réaction à l’excès de stress, d’adrénaline, et au bonheur de se savoir vivants.

    Il fallut quelques secondes à la jeune femme pour réagir et l’embrasser en retour, remontant inconsciemment ses mains dans son dos. Carpe diem.

    Bon, ça, ils allaient probablement devoir s’expliquer sur le sujet plus tard. Mais alors vraiment plus tard parce que là, ce n’était vraiment, mais alors vraiment pas le moment. Comme l’avait dit le poète Horace, cueille le jour sans te soucier du lendemain. S’ils restaient en vie jusqu’au lendemain, alors ils auraient tout le loisir d’en parler… ou d’oublier, d’ailleurs, soit dit en passant.

    Rester en vie ne s’avérait pas si simple que cela. En redescendant ses mains dans le dos de Shayne, Alona sentit un contact tiède et humide. Leurs lèvres se détachèrent et ce dernier lui sourit, ou du moins essaya, puisque dans l’instant qui suivit, il fût à terre. La main gauche du médecin était couverte de sang. Elle se précipita sur Shayne, et sans lui demander son avis, vira sa veste et souleva son t-shirt.


    - Merde, merde, merde, maugréa Alona, regardant autour d’elle pour chercher de quoi stopper l’hémorragie.

    L’un des macchabées avait une espèce d’écharpe autour du cou qui ne lui servirait plus. Elle alla rapidement la chercher. Quand elle fit demi-tour pour revenir vers Shayne, celui-ci n’était plus à l’endroit où elle l’avait laissé. Décidément, il ne tenait pas en place celui-là. Il avait réussi à se trainer près de l’homme à terre et s’était mis à le rouer de coups, tandis que lui-même était en train de se vider de son sang.


    - Shayne ! Hurla-t-elle. Laisse-le, ça sert à rien.

    Elle attrapa son supérieur par derrière, passant ses bras sous les épaules de celui-ci et cala le plat de ses deux paumes à l’arrière de la nuque de son supérieur, le forçant ainsi à leva les bras, et le tira en arrière. En temps normal, elle ne se serait jamais permis ce geste. Parce que d’une part Grant était son supérieur direct, et que de l’autre, il était plus fort qu’elle. Toutefois, étant donné son état actuel, elle était un peu plus forte que lui, et elle n’arrivait pas à le raisonner. Elle le maintint ainsi jusqu’à tant qu’il se calme de lui-même puis le libéra de son emprise.

    - Il faut que j’arrête l’hémorragie, dit-elle de nouveau, répétant ce qu’elle avait dit un peu plus tôt.

    Elle ôta entièrement son t-shirt à Shayne, et l’utilisa pour faire compresse sur la plaie. Elle lui demanda d’appuyer lui-même dessus, afin qu’elle puisse préparer un bandage de fortune. Alona avait installé son supérieur en position assise et s’était installée juste derrière lui avec ses jambes de part et d’autre. Puis elle récupéra l’écharpe qu’elle avait prise plus tôt, et la fit passer autour du torse de celui-ci. Elle savait que ça allait lui faire mal, surtout vu l’état de ses côtes, mais c’était pourtant ce qu’il y avait de mieux à faire. Sans le prévenir, parce que c’était encore pire quand on comptait à trois, elle serra du plus fort qu’elle pouvait, fit un deuxième tour et noua l’ensemble.

    La brune resta alors immobile l’espace de quelques instants, pour lui laisser le temps d’encaisser la douleur, et surtout en profitant pour examiner son dos. Elle lui palpa les côtes avec la plus grande délicatesse, mais le sursaut qu’il eût lui indiqua qu’elle avait raison de penser qu’au mieux une de ses côtes était fêlée.


    - Faut qu’on rentre, j’ai besoin de te soigner ça plus proprement. Il faut que je te fasse des points pour ton ventre. On demandera à nos gars de faire du ménage et de venir chercher celui-là, dit-elle en accompagnant ses derniers mots d’un signe de tête dédaigneux et même répugné en direction de la loque assommée par les coups répétés du militaire.

    Le sergent se redressa en grimaçant, et pris un bras de Shayne pour l’aider à s’appuyer sur elle et se relever.


    - La Jeep est encore en état ou est-ce qu’il faut qu’on leur pique une moto ? Demanda-t-elle alors avec un léger sourire en coin qui signifiait qu’elle n’aurait rien contre l’idée de repartir sur une Harley. Ou pourquoi pas sur la Triumph Thunderbird relativement récente qu’elle avait aperçue entre deux séries de coups de feux. Ce n’était pas comme si son propriétaire allait pouvoir s’en plaindre, maintenant….

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Jeu 29 Juil - 1:17

La chance c'était finalement trouvée de leur coté, ils avaient pu terrasser les bandes de motard, enfin en tout cas il n'en restait presque plus aucun vivant hormis le chef qui gémissait de douleur sur le sol. A moins que d'autres lâches se trouvent à l'extérieur ce qui était possible mais ils n'attaqueraient pas, au contraire comme des lâches ils prendraient la fuite pour élaborer un pseudo plan afin de se venger. Enfin, avant qu'ils ne mettent sur pied un plan qui vaille le coup et qu'ils aient retrouvés d'autres membres pour leur bande, les poules on le temps d'avoir des dents. N'ayant plus aucun agresseur possible pour les mettre KO, Shayne s'était relevé, difficilement, mais il y était arrivé. Son corps meurtrie lui faisait atrocement mal mais il combattait la douleur pour le moment, craquer n'était pas une option possible. Sentir la jeune femme dans ses bras avait quelque chose de très réconfortant, ça lui assurait qu'il était vivant et loin d'être mort. La fatigue et la douleur avait du lui embrouiller l'esprit car il venait de poser ses lèvres sur celle de la jeune femme alors que ce n'est que son amie. Pour Alona, il ne ressent rien de plus que de l'amitié, une amitié très forte, ce n'était qu'un coup de folie mais malgré tout il ne s'en voulait pas. Ce baiser qui n'aurait du avoir lieu était rassurant et exquis. Ça lui rappelait aussi le souvenir de son ex-fiancée Savanna. Sauf que ce n'était pas Savanna devant lui, il ne l'avait pas revu depuis 10 ans, depuis qu'il l'avait quitté. Quand le baiser prit fin, il s'écroula au sol, son ventre lui faisait mal. Faisant son possible pour cacher ses grimaces, il regardait le sol mais sa coéquipière était déjà à son niveau à jurer en voyant le sang qu'il perdait en quantité. Est-ce qu'il allait mourir à cause d'un bête coup de couteau ? Pour un Lieutenant Colonel ça ne le ferait pas, surtout à cause d'une bande de Bikers minable. La simple idée de mourir de cette blessure lui donna envie de vomir, s'il devait mourir il préférait le faire en sauvant quelqu'un ou en se prenant une balle dans la tête, mort rapide mais digne d'un soldat.

Le docteur s'éloignait, elle était assez loin pour qu'elle ne le voit pas ramper jusqu'au corps du chef qui pleurnichait. Shayne avait envie de lui faire payer tout ça, de lui rendre au centuple les coups et l'électrocution. Sans prendre aux militaires c'était une mauvaise idée et il voulait le lui faire comprendre et pire encore le tuer de ses propres mains. Pour commencer, il le cognait à en perde haleine, mais ça ne serait jamais aussi horrible que la mise à tabac qu'il vient de subir lui. Ses phalanges percutaient le visage bouffit du chef, son œil était déjà en sang, il lui cassa même le nez, chaque coups se voulaient de plus en plus violent comme s'ils n'avaient aucune limite. Ses mains commençaient à lui faire mal, elles étaient peut être même en sang mais ça lui était égale du moment qu'il pouvait se venger comme bon lui semblait. Du moins c'est ce qu'il pouvait faire jusqu'à ce que le Sergent arrive et l'attrape afin de l'éloigner. Les premières secondes, il se débattit mais il fut vite remit à l'ordre par sa blessure sanguinolente. Le jeune homme fut bien forcé de ce laisser faire, il n'eut pas le choix et retira sa veste et son T-shirt pour qu'elle puisse examiner de plus prés la blessure. Il se demandait si un organe n'était pas touché car il saignait beaucoup trop pour avoir une "simple blessure". Pour sa propre survit, il laissa sa collègue commencer à lui passer autour de la taille ce qu'elle avait trouvée pour panser la plait afin de stopper ou du moins de diminuer le flot de sang. Quand elle sera le tout d'un coup sec et sans prévenir, Jabberwock hurla de douleur, son cœur venait en plus de ça de s'emballer dangereusement. Quand elle toucha un point sensible de ses cotes, il grogna et fit un mouvement brusque vers l'avant pour se dégager mais ça lui fit encore plus mal. Plus de temps à perdre, il mit sa veste et abandonna son T-shirt qui était de toute manière dans un piètre état. Avec l'aide de Phœnix, il se leva, celle ci lui demandant si la Jeep était en état. Tournant son visage vers elle, il la regarda comme s'il croyait que c'était une blague, alors elle n'avait pas vu se qui était arrivé au véhicule.


-T'est sérieuse ? demanda t'il avant d'ajouter la jeep n'existe plus, le lance roquette s'en est chargé, de toute manière on aurait pas pu la prendre, ces ENFOIRÉS l'avaient trafiqués. Tu crois vraiment que j'arriverai à tenir tout un trajet en moto ? Le Camp est à l'autre bout de la ville, si on se fait pas tirer dessus avant d'y arriver.

Sur une caisse à coté de laquelle il passait, il remarqua son M16 qu'il s'empressa de prendre, tout comme le Sig qui était juste à coté. Il était hors de question qu'il s'en aille sans.


-Il faut trouver un véhicule, en moto on sera trop exposé et vu mon état je suis pas sur de pouvoir nous couvrir si tu conduis.

Grant avait raison, devoir être aux aguets alors que la douleur le lance, ainsi que porter son fusil et viser lui semblait difficile. Conduire lui semblait tout aussi dangereux pour les mêmes raisons. Un véhicule serait vraiment mieux, ne reste plus qu'a le trouver.

-Si mes souvenirs son bon, j'ai fais une descente ici il y a trois mois de ça, il y a un hangar ou se trouve des semi remorques, ça devrait être un assez bon moyen de transport et je pourrais le démarrer sans la clef. Par contre, il se trouve à l'autre bout, autant dire qu'on en a pour une trotte et qu'il va falloir rester vigilant, c'est le coin des drogués.

Ce n'était pas la solution la plus idéal, mais ils n'avaient pas vraiment le choix, c'était ça ou bien il risquait de mourir à force de se vider de son sang. Car il sentait très bien ses forces diminuer et le bandage de fortune qui devait stopper son hémorragie était déjà imbibé de sang.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Ven 30 Juil - 1:55

    - Comment ça la Jeep n’existe plus ?!

    La jeune femme n’avait même pas vu ce qu’il était advenu du véhicule, trop absorbée qu’elle avait été dans sa propre survie. C’était donc cela le bruit d’explosion qu’elle avait entendu au loin. Carey allait les tuer, c’était certain. Enfin, le responsable des équipements allait tuer Shayne, vu qu’Alona n’avait pas même approché le véhicule. Et elle comptait bien le faire savoir si on lui posait la question. Son cerveau semblait être revenu à un peu plus de légèreté, probablement lié au fait que tout ce stress et cette pression venait de retomber. Les deux militaires n’étaient pas sorti de l’auberge pour autant, mais au moins la jeune femme pouvait se rassurer : elle n’avait pas encore tout à fait perdu son sens de la dérision.

    Son plan moto passa littéralement à la trappe. C’était dommage, parce que c’était pourtant le meilleur moyen de s’échapper. Plus léger, plus rapide, plus discret, et capable de se faufiler partout, ce qui éviter de se faire prendre au piège. Pourquoi est-ce qu’il fallait que Shayne fasse le rabat-joie, pensa la jeune femme en boudant intérieurement. Elle l’avait bien rafistolé, avec son bandage, de sorte à ce qu’il puisse justement supporter le voyage, même sur un véhicule tel qu’une moto. Certes, c’était un peu plus douloureux pour le dos et les vertèbres qu’un quatre-roues, mais tout de même. Par ailleurs, elle ne se sentait honnêtement plus le courage de traverser l’ensemble du port en sens inverse, surtout dans l’état assez pitoyable dans lequel elle était.

    Elle pouvait lui proposer de le laisser là avec son M16 le temps qu’elle aille chercher le camion. En plus, si c’était loin, elle pouvait bien y aller avec la moto, non ? Elle chassa rapidement cette idée de son esprit et se reprit. Bon tant pis, ce serait pour une autre fois alors. Alona regarda la moto d’un air dépité. Puis un sourire apparût au coin de ses lèvres. Elle demanderait à Mike, de l’équipe de nettoyage, de la lui mettre de côté lorsqu’ils viendraient nettoyer les lieux après tout ce qui s’était passé ici.

    Elle soutint Shayne en le soutenant à l’épaule, une main passée dans son dos.


    - Tu es sûr que tu peux le faire ? Tu ne veux pas que j’y aille toute seule et je repasse te prendre au retour. Je te laisse le M16 et je peux récupérer une de leurs Mossberg pour me couvrir. Parce que dans l’idéal, il vaudrait mieux que tu ne marches pas trop non plus. Tu as déjà perdu pas mal de sang et le colmatage que j’ai fait n’est que très temporaire.

    Elle s’inquiétait vraiment pour l’état de santé de Jabberwock, qui devenait nettement de plus en plus pâle. Et tout en parlant, elle se dirigea vers l'un des corps étendus sans vie au sol, et attrapa son arme. Elle examina le fusil à pompe, vérifia qu'il était chargé. Tout l'intérêt de cette arme par rapport à un fusil à pompe plus classique était qu'il s'agissait d'un six coups, pouvant prendre jusqu'à 12 cartouches d'un coup. Ensuite, Alona entreprit de lui faire les poches pour récupérer des munitions supplémentaires, ce qu'elle trouva sans trop de difficulté. Si Shayne lui donnait le feu vert, elle pouvait y aller.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Lun 2 Aoû - 1:56

-La pauvre à rejoint le paradis trop tôt ! Paix à son âme moteur ! ironisa Shayne à la suite de l'exclamation de la demoiselle.

Il leur faudrait faire sans Jeep et trouver un autre moyen de transport. En soit ce n'était pas si difficile, ils leur suffisaient de prendre une moto mais Le Lieutenant Colonel ne s'en sentait pas la force, c'est pour ça qu'il eut l'idée de lui parler des semi-remorques qui trainent en général à l'autre bout du port dans un hangar. Ils auraient aussi pu rester là et contacter des renforts une fois qu'ils auraient trouvés de quoi appeler le quartier général mais comme ce n'est pas le cas, ils devraient s'en passer. De plus, vu l'état dans lequel Jabberwock se trouve attendre n'était pas la meilleure idée. Le soldat ne pouvait pas laisser sa coéquipière y aller seul, c'est bien trop dangereux. Le port n'est pas un endroit très fréquentable de nombreux voyous y font leur affaire et s'ils voient une femme seul se promener, ceux-ci l'attaqueraient surement qu'elle soit armée ou pas. Alona n'étant pas non plus au top de sa forme, il préférait l'accompagner. A deux, ils y auraient moins de chance qu'ils se fassent attaquer.


-Non, je viens avec toi, affirma t'il sur le ton qui indiquait que c'était un ordre. Hors de question que tu y ailles seul, je crois qu'on a bien assez souffert pour le moment, vu mon état et le tien, il vaut mieux éviter de se séparer. Si jamais il m'arrive quelque chose, ou qu'il t'arrive quelque chose, aucun de nous deux ne pourra secourir l'autre. On a déjà faillit y passer avec les motards et je ne crois pas en la chance ! Échapper à la mort deux fois dans la même journée, je n'y crois pas.

Shayne avait raison, se séparer n'apporterait rien de bon. C'est souvent comme ça dans les films d'horreur, au lieu de rester groupé et ensemble les gens finissent toujours par se séparer et il devienne des proies plus facile pour le sérial killer. Certes, ce n'était pas un film mais la réalité, mais c'était pareille, car les drogués et autres fous qui court les rues de Seven Sins City n'ont aucune limite, et aucun problème à venir tuer le premier venu, militaire ou pas. Phœnix le soutenant, ils commencèrent à marcher en direction de leur destination. Marcher était un peu douloureux pour Shayne mais il faisait avec, camouflant les grimaces afin que la jeune femme ne voit pas qu'il souffre. Pas besoin qu'elle s'inquiète d'avantage pour lui, elle doit avoir assez à penser pour le moment. Pour le moment, le quai était désert, même pas un pauvre ivrogne assit sur une caisse avec une bouteille de schnaps à moitié vide. Pourtant la nuit était tombé, ça rendait la situation encore plus suspecte et le jeune homme encore plus méfiant. Ça devait faire plus de cinq minutes qu'ils marchaient, leur allure était très lente à cause du blessé qui n'arrivait pas à marcher bien vite. Environ cinq autres minutes plus tard, il demanda à Alona de s'arrêter devant un grand hangar marqué du numéro 19, mais le neuf à moitié effacé donné l'impression que c'était un 3.

-Les camions devraient être ici. Faisons nous discret, je doute qu'un chauffeur nous le prête aimablement.

Se dirigeant vers une petite porte à coté de la grande qui était bien sur fermé, Shayne la poussa légèrement et passa le canon de son fusil mais à l'intérieur tout était éteint, par conséquent il présuma que personne n'était présent.

-R.A.S ! Mais restons prudent. Je vais démarrer le camion, toi ouvre la grande porte et décroche la remorque, on en aura pas besoin.

Ne lui laissant pas le temps de lui répondre, il s'éloigna lentement vers le camion, son arme lui paraissait très lourde mais il la gardait quand même braqué devant lui. Quand il arriva devant la cabine, il leva les yeux vers celle ci, c'est fou mais ça risquait d'être dur de monter à l'intérieur. Son pied positionné sur la marche, il se hissa et posa l'autre sur le pneu, son arme pendait en bandoulière derrière son dos. Quand il leva le bras pour ouvrir la portière, il échappa un léger grognement de douleur, ces salopards de Bikers avaient du lui casser plusieurs cotes. Le gradé était heureux de voir que la porte n'était pas fermée, il chercha s'il les clefs ne se trouvaient dessous le par soleil, mais de nouveau il n'est pas dans un film, qui laisserait ces clefs à un endroit ou tout le monde penserait à regarder. La boite à gant était fermé à clef se qui lui indiqua qu'elles ne pouvaient pas être la. Du coup, il entreprit de se baisser pour regarder sous le volant, encore une fois c'est un coup de chance que les cabines de semi-remorque soit spacieuse et qu'il puisse pousser le siège un peu plus loin pour mieux s'allonger et faire son bricolage. A l'aide de son couteau, il coupa et dénuda plusieurs fils et commença à les frotter en eux pour faire démarrer l'engin.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Lun 2 Aoû - 2:21

    Quand le chef se mettait à donner des ordres, il n’y avait plus rien que la jeune femme ne puisse faire. Le seul endroit où c’était elle qui donnait les ordres, et même à des plus gradés, c’était dans sa clinique, car un patient devait toujours écouter son médecin. Elle se permettait aussi de le faire sur le terrain, avec un blessé. Mais dans ce cas précis, alors que leurs deux vies étaient en danger, et qu’ils étaient tous les deux déjà amochés, la jeune femme ne se permit pas d’insister plus que cela. De toute façon, le ton du colonel Grant ne tolérait aucune discussion.

    Sans un mot, Alona se mit en marche, en soutenant Shayne pour qu’il limite ses efforts. Elle voyait à quel point il pouvait souffrir, en dépit des grimaces de douleur qu’il essayait de dissimuler. Et puis elle avait pu jugé de l’état de ses côtes et de la plaie béante sur son ventre, et pouvait rien qu’à cela imaginer la douleur dans laquelle se trouvait son supérieur. Malgré tout, ils continuèrent d’avancer. Elle avait ralenti le pas pour se caler sur le rythme de Shayne, afin de le faire souffrir le moins possible. Le sergent était aux aguets, et son arme était chargée pour pouvoir réagir au moindre problème.

    Tant bien que mal, Shayne les mena jusqu’à un hangar plus loin dans le port… le numéro 13 d’après ce qu’elle pouvait lire. Enfin non, le 19. Jabberwock avait l’air sûr de lui, aussi suivit-elle ses instructions sans piper. Quand ils pénétrèrent dans le hangar, il y avait effectivement un certain nombre de camions. Elle le laissa se diriger vers l’un d’eux et le faire démarrer. C’était sa spécialité de toute façon. Puis elle se dirigea à l’opposé, vers la porte, afin d’ouvrir. Elle tendit son bras armé autour d’elle, en profitant pour vérifier le périmètre. Il n’y avait personne nulle part.

    Alona écarta légèrement la porte, passa la tête ainsi que le canon de son arme à l’extérieur. Rien à signaler de ce côté-là non plus. Avec un peu d’espoir, ils allaient au moins pouvoir rentrer chez eux à peu près tranquillement. Dans tous les cas, ils avaient intérêt à rentrer vite étant donné l’état des blessures de Shayne. La jeune femme poussa en grand les deux portes coulissantes, puis elle repartit au pas de course en direction du camion qu’avait choisi Shayne.

    Un grondement bien distinctif se fit entendre, suivit par un bruit de moteur plus constant. Il avait réussi à faire démarrer le bestiau. Elle accéléra pour atteindre le camion rapidement, avant que le bruit puisse attirer encore du trouble éventuel. La brune se dirigea sans hésiter côté conducteur, ouvrit la portière, et grimpa sur le marchepied. Elle tomba nez à nez avec Shayne, mais cette fois-ci, sur le ton autoritaire du médecin qu’elle était, elle lui ordonna à son tour.


    - Hors de question que tu conduises dans ton état ! Pousses-toi de là. C’est moi qui conduis.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Jeu 5 Aoû - 1:54

Avec presque aucune difficulté, Shayne venait de démarrer ce gros engin qui ronronnait de manière satisfaisante à son oreille. La jauge d'essence indiquait que le réservoir était à moitié plein, bien que ça consomme pas mal, ils auraient largement assez de carburant pour aller au Camp Arès. La jeune femme n'était toujours pas revenue, il regarda dans le rétroviseur pour remarquer que la porte était maintenant ouverte, elle ne devrait donc pas tarder à arriver. Assit au volant, il attendait tout en regardant bien autour de lui des fois qu'un ennemie arrive. La porte s'ouvrit et il faillit sursauter et tomber à la renverse à coté du siège. C'était Alona, elle arrivait enfin et en un seul morceau. A peine arrivée, elle commença à râler comme quoi il ne pouvait pas conduire dans son état, comme si ça lui avait effleuré l'esprit de conduire. Et puis de sur quel ton osait t'elle lui parler. Elle a beau être son amie, il n'en reste pas moins son supérieur et si il y a bien une chose qu'il ne supporte pas c'est qu'on essaie de lui donner des ordres.

-Hey ! Je te pris de faire attention à qui tu t’adresses soldat. C'est pas parce que je suis blessé qu'il faut croire que je ne suis plus apte à exercer mon autorité, aboya t'il envers la brunette.

En faite, au départ il voulait juste lui dire qu'il ne voulait pas conduire mais qui l'attendait au volant au cas ou il y ait du grabuge et qu'il faille partir vite, mais vu le ton qu'elle avait prit, il avait préféré en faire autant qu'elle. Ami ou pas, tous les soldats doivent être logés à la même enseigne, pas de favoritisme quand on est sur le terrain et aucun d'eux ne lui mangera de la laine sur le dos. Le Lieutenant Colonel se leva pour s'asseoir sur le siège passager sans dire un mot de plus. Boudant un peu, il regardait l'intérieur du hangar pendant qu'elle faisait une marche arrière pour en sortir et enfin rouler en direction de la sortit du port. Il faisait nuit et le coin n'était pas très bien éclairé et Shayne avait préféré laisser les phares éteints pour ne pas trop attirer l'attention. Le bruit que faisait le camion était déjà de trop. Les lieux étaient calme, ce n'était pas rassurant mais la mort des Bikers avaient du leur faire peur. Ils quittèrent donc le port sans la moindre encombre pour rejoindre la ville, ne plus être dans le port ne leur garantissait pas plus de sécurité car la ville était sûrement bien pire. L'obscurité couvrirait le fait qu'ils sont militaires et les quelques truands qui auraient envie de leur tirer dessus ne le feront pas car ils croiront à un simple semi-remorque, enfin en théorie bien sur.

Sa tête reposa contre l'appuie tête et il ferma les yeux un instant et posa sa main sur sa blessure qui saignait toujours. Il essaya de faire pression mais sa simple main ne parvenait pas à stopper le flux de sang. Intérieurement, il jura et fit mine de rien pour ne pas éveiller l'attention de sa coéquipière qui était concentré sur la route. Du coup, il garda les yeux fermer, dieu que c'était reposant, mais quelque chose lui disait qu'il ne devait pas fermer les yeux. Il eut bien envie d'ouvrir les paupières, mais elles étaient trop lourde pour ça, le bruit de motard commença à devenir lointain et plus rien, Shayne venait de sombrer dans le néant. Était t'il en train de dormir ou était t'il mort ? Sa conscience ne semblait pas vouloir fonctionner.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Jeu 5 Aoû - 20:09

    - Sauf que c’est moi le médecin, lui rétorqua Alona sur le même ton.

    Elle n’avait pas tant fait ça pour l’énerver que par réaction automatique. De toute façon, l’heure n’était vraiment pas venue pour que les deux jeunes gens se disputent, car ils n’étaient pas sortis d’affaire. Elle avait aussi préciser cela pour indiquer subtilement à Shayne qu’elle ne se permettrait pas de tels accès d’autorités envers son supérieur hiérarchique en situation normale. Là, il s’agissait d’une situation exceptionnelle, Shayne était assez gravement blessé… Et puis, rappelons-le car la situation a dégénéré de telle manière qu’on peut l’avoir oublié, Alona était officiellement encore en permission, et elle avait déjà brisé un certain nombre d’interdictions théoriques. Ne pas faire usage d’une arme à feu de l’armée lorsqu’on était en civil, ne pas tuer qui que ce soit lorsque l’on n’était pas en service, et donc, ne pas lever le ton contre son supérieur et se contentait d’obéir aux autres. Carton plein pour la brune qui avait outrepassé toutes ces interdictions en une soirée. Toutefois, les circonstances l’avaient exigé, et elle pouvait toujours plaider la légitime défense. Il n’y aurait plus personne pour la contredire, et elle avait un témoin à charge.

    La jeune femme adressa un franc sourire face à la mine boudeuse de Shayne
    .

    - N’oublie pas de mettre ta ceinture, rajouta-t-elle d’une voix plus douce, un peu comme si elle s’adressait à un enfant.

    Elle passa la marche arrière et recula rapidement, braquant brutalement pour faire prendre la courbe au véhicule. Elle passa aussi sèchement la première et accéléra. Il n’y avait plus personne dans le port, sinon une bande de motards morts et un pauvre sans-logis qui trainait là sans se soucier de ce qui se passait autour de lui. La jeune femme longea les hangars tous phares étant, évitant ainsi de risquer d’attirer une attention non-désirée. Heureusement, la lune lui était plutôt favorable. Malgré tout, à cause de l’obscurité environnante, toute son attention était focalisée sur la route devant elle, au point qu’elle en oublia presque son camarade d’infortune à ses côtés.

    Ils quittèrent finalement le port et atteignirent la route principale. La jeune femme ralluma alors ses phares et prit une vitesse de croisière qui la fit passer pour un camionneur comme les autres, traversant la ville pour une quelconque livraison. Alona jeta alors un œil du côté de Shayne, et constata qu’il avait l’air de commencer à s’assoupir. Elle posa une main sur la poitrine du colonel.


    - Shayne, t’endors pas, lui dit-elle en le secouant légèrement.

    Celui-ci n’eût pas de réaction.


    - Shayne ! Hurla-t-elle alors. Reste avec moi ! Bordel !

    Ni une ni deux, la jeune femme enfonça la pédale d’accélérateur. On pouvait déjà en train normal qualifier la conduite de la jeune femme de « sportive » ou « nerveuse », selon. Et c’était déjà peu dire. Alors à ce stade là, on pouvait très aisément la considérer comme une folle du volant. Elle roulait à tombeau ouvert en direction du camp Arès, sans cesser d’appeler Shayne et de le secouer pour désespérément essayer de le réveiller. Elle tournait sans cesse la tête dans sa direction. Elle plaça deux doigts sur sa carotide, et constata que son pouls devenait de plus en plus faible. Puis elle posa sa main sur son ventre qu’elle découvrit complètement ensanglanté. Le bandage de fortune n’avait pas suffi à contenir l’hémorragie.

    Le camp Arès n’était plus très loin. Où était son téléphone portable quand elle en avait besoin ?! Elle atteint la guérite de sécurité qui constituait l’entrée du camp et freina très brusquement devant la barrière baissée.


    - Hikes, c’est moi ! Ouvre ! Hurla-t-elle à l’adresse de l’un des gardes qu’elle reconnût sans difficulté.

    Ouvre ou je défonce la barrière ! Invectiva-t-elle quand elle constata qu’il s’apprêtait à rétorquer quelque chose.

    Elle irait s’excuser plus tard. Pour l’instant, elle avait d’autres chats à fouetter. Elle ne s’arrêta pas jusqu’à l’aide médicale du camp, et une fois encore, fit piler net le camion juste devant le bâtiment. Alona sauta littéralement du camion et s’époumona encore
    .

    - Anders ! Andeeeeers ! Le kit d’urgence, dépêche ! Et un brancard.

    - Mais t’étais pas supposée être en perm…. Commença-t-il en sortant du bâtiment.

    Il s’arrêta net face au spectacle qui s’offrait à ses yeux. Alona était couverte de sang des pieds à la tête, pas le sien pour la plupart, et elle était en train d’essayer d’extraire un Shayne inconscient de l’imposant véhicule. Le médecin qui la secondait s’empressa de l’aider, puis un infirmier vint les rejoindre à son tour.

    - Il me faut une perf’ de….

    Elle réfléchit une minute, le temps de se rappeler.

    - … B négatif. Dépêche !

    Heureusement qu'elle connaissait bien son groupe sanguin. Ils avaient réussi à allonger Shayne sur le brancard qu’ils firent rouler à l’intérieur, directement en direction de l’un des blocs.

    - T’avise pas de me claquer entre les doigts, lança-t-elle alors à l’adresse de Shayne, en prenant la direction des lavabos les plus proches pour aller se laver les mains et se préparer pour la désormais nécessaire opération.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Ven 6 Aoû - 1:23

L'instant d'avant, il entendait tout les son et il voyait encore la route défiler sous ses yeux, mais l'instant d'après c'était différent. Le bruit devenait sourd, de plus en plus faible jusqu'à n'être qu'un simple bourdonnement qui finit par disparaître. Ses yeux c’était fermé, ses paupières étaient tellement lourdes qu'il n'avait pas pu résister à l'appel de la somnolence. Son corps entier avait semblé se dérober sur se siège et devenir complètement mou et in articuler. D'un coup, il avait fait très froid, tellement qu'il aurait pu grelotter s'il en avait eu encore la force. L'arrivé soudain du néant fut une source de réconfort, le froid disparu et il se sentait mieux.

Shayne se trouvait maintenant assit à sur une banquette au cuir rouge dans un fast food. Ou était t'il ? Il n'en avait aucune idée, aucun élément du mobilier où mêle le nom du restaurant ne lui mit la puce à l'oreille. Il était là, un point c'est tout. L'endroit était un peu bruyant, un couple déjeuner deux tables plus loin, une famille se trouvait juste derrière lui, et deux camionneurs se trouvaient au bar. Une jeune serveuse s'approcha et lui demanda ce qu'il voulait manger, voila une bonne question. Il se saisit de la carte des menus que lui tendait amicalement la serveuse et il l'ouvrit pour la lire et choisir sa commande. Les plats n'avaient rien d'originaux, des hamburgers à différentes sauces et composition ainsi qu'un plat des plus classique comme un steak-frite. L'air pensif, le jeune homme ne savait pas quoi choisir, tout lui donnait envie et pas envie à la fois, une sorte de sensation étrange, tout comme le fait de se trouver ici alors qu'il ne se souvenait pas y être entré. Un bruit venant de l'extérieur attira son attention, levant le nez de la carte, il ne vit personne pourtant il semblait que quelqu'un avait crié son nom. Personne. Il se concentra de nouveau sur le menu mais les cris étaient plus proches.

Quelque chose tomba sur la carte...les enfants vraiment, il faut croire que les parents ne le ont jamais apprit à ne pas faire de bataille de ketchup. D'autre goûte tombèrent, il allait se fâcher mais quand il leva les yeux de la carte, le restaurant était complètement vide. Pas l'ombre d'un chat. Et les goûtes n’étaient pas du ketchup mais du sang. Il déglutit un peu inquiet et se leva pour mieux évaluer les lieux. Le soldat osa un timide "Il y a quelqu'un ?", et la seul réponse qu'il eut c'est le silence, un silence de plus en plus malsain tout comme l'atmosphère du restaurant. Les murs lui donnaient l'impression de se dégrader comme si le temps filait à tout allure mais que lui restait le même. Bientôt, les murs au papier peint beige devinrent noirs, des bouts de papiers déchirés par endroit et pendant tristement d'une manière macabre. Un réalisateur aurait pu tourner un film d'horreur ici, le frisson serait garanti.

Le militaire continua son exploration en direction de la cuisine qui était encore plus terrifiante que le reste du bâtiment. Des bouts de viande pourrit étaient toujours accroché à des crochets et l'odeur qui s'en dégagé lui soulevait le cœur. Un bruit attira son attention vers le frigo dont il tira la poignet. Sa découverte le terrifia, son sang se glaça au point qu'il ne pouvait plus bouger d'un centimètre. Non ce n'était pas possible ! L'homme allongé sur le sol dans sa flaque de sang c'était lui. Quand il parvint enfin à bouger, il recula et ferma brusquement la porte du frigo. C'était un rêve, un cauchemar, oui ça ne pouvait être que ça. Une ombre furtive passa devant lui et une horrible douleur irradia son ventre tout en lui coupant le souffle. Automatiquement ses mains se posèrent sur son ventre d'où il retira la lame qui si trouvait et il releva la tête juste à temps pour voir l'ombre s'éloigner. Le jeune homme vit rapidement son sang commencer à se répandre sur ses mains et glisser sur ses vêtements. Sa seule chance de survit doit être de quitter ce fast food. D'un pas claudicant, en s'appuyant aux meubles ou au mur, il traversa de nouveau la cuisine qui semblait elle ne jamais vouloir se terminer. Plus il approchait de la porte, plus celle ci lui semblait lointaine, très lointaine.

Malgré tout, il arriva à en sortir sauf que ces jambes devinrent si folles qu'il s'écroula comme un pauvre sac de patate. Les cris retentissaient de nouveau, ceux ci en dehors du restaurant. Un dernier effort et il trouverait peut être de l'aide. Une main en avant et il se hissa sur le sol, puis l'autre main et ainsi de suite tout en s'aidant des pieds. Mieux vaut ne pas regarder en arrière car la traînée de sang est plus que terrifiante. La porte n'est bientôt plus très loin, mais l'ombre passe devant lui de manière furtive et disparaît. Son cœur s'accélère à cause de la panique et il fait de même avec ses mouvements. Il y est presque, il va y arriver...mais pourquoi recule t'il ? Son corps retourne en arrière vers son point de départ et...ho non de dieu, l'ombre est là, elle lui tient le pied et le traîne de force. Shayne voudrait se débattre mais il ne peut pas, il a trop mal. Ses doigts glissent à cause de son sang qui tapisse le carrelage blanc devenu gris/noir avec le temps. Le frigo se rapproche, il va y être enfermé comme l'autre lui. Jeté violemment à l'intérieur, l'ombre se rapproche et appuie sur la blessure faisant en sorte qu'il souffre d'avantage et que l'hémorragie s'intensifie. La mort semble proche...son corps fut secoué d'un terrible choque, une lumière blanche lui fait mal à yeux et lui empêche de voir quoi que ce soit. Des silhouettes se dessinent et les sons sonnent comme s'il était dans une église ou sous l'eau.


? : ...ne...u...en...en ? Lieu...Co...nel...ser...ma...ain...vous...m'en..dez

Aurait t'il un peu forcé sur le boisson se soir ? Il se sent aussi vaseux que s'il avait prit une vilaine cuite, quoi que non, la c'est bien pire, en plus il a mal partout. Mal ? La douleur commençait à envahir son corps, il lui semblait que quelqu'un était en train de trifouiller à l'intérieur de son ventre. Nan, c'était un véritable cauchemars, il en quitté un pour arriver dans un plus terrible. Il se mit à bouger pour essayer de se libérer mais la personne qui était en train de l'opéré ne semblait pas de cet avis et les autres non plus. De force, il l'obligeait à rester en place tandis qu'il se débattait toujours et d'un coup plus rien, tout redevint flou et noir.

Cette fois ci, son esprit est un peu plus clair, il ouvre prudemment les yeux, d'abord un œil pour voir si personne n'est là, puis le deuxième. La pièce est vide, il est sur un lit d'hôpital ou du moins ça y ressemble, un drap jusqu'au niveau du ventre et une de ces horribles chemises de malade sur les épaules. En bougeant une main, il constate qu'il est solidement attaché, et la il panique de nouveau, les ombres vont sûrement revenir pour s'en prendre à lui. Alors il commence à se débattre en ignorant la douleur de son abdomen pour essayer de se détacher et fuir chercher de l'aide.


[bon j'avoue que j'avais pas d'inspi au début, puis en faite j'en ai eu. Et puis j'ai puissée l'inspi dans de nombreux film d'horreurs xD]

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Ven 6 Aoû - 20:29

    La jeune femme s’éloigna quelques instants, le temps d’aller se préparer de son côté, l’infirmier venant à son aide. Elle se lava les bras, se débarbouilla le visage couvert de crasse, de sueur et de sang. Se faisant, elle indiqua tout de même à l’autre médecin avec lequel elle travaillait, Anders de continuer à appeler Shayne et à lui parler. Il fallait quoiqu’il advienne continuer à essayer de rétablir un contact. Il fallait qu’il se raccroche à leurs voix et reviennent, qu’il ne se laisse pas emporter…. Anders s’exécuta sans faire d’histoires.

    - Colonel ! Colonel Grant ! Vous m’entendez ? Colonel Grant. Est-ce que vous m’entendez ?! Réveillez-vous.

    Même si cela avait l’air vain pour l’instant, Alona lui avait intimé de ne pas arrêté, et il n’osait contredire les ordres de la jeune femme. Pendant ce temps, celle-ci passa une blouse de chirurgie directement par-dessus ses vêtements en lambeau et en sang. Elle s’était soigneusement lavé les mains et les avant-bras, avant que l’aide vienne lui enfiler des gants propres et aseptisés.

    Elle revint auprès du corps toujours inerte de Shayne. Anders en avait profité pour couper sa veste et le bandage de fortune qu’elle lui avait fait un peu plus tôt. Il était en train de nettoyer le pourtour de la plaie et de positionner les champs. Il allait falloir qu’elle aille chercher la balle puis qu’elle recouse. On entendait maintenant son cœur battre lentement et faiblement sur le moniteur auquel on l’avait connecté.


    - On ne peut pas l’anesthésier dans son état. De toute façon, je ne pense pas qu’il se réveille de suite. Pour le cas où, vous, dit-elle à l’infirmier, tenez-le par les épaules et ne cessez pas de lui parler.

    Anders, je vais avoir besoin de toi pour la suite.


    Alona ferma les yeux quelques secondes, poussa un long soupir, puis les rouvrit et se mit à l’œuvre.

    *****

    Elle ne savait même pas combien de temps elle avait passé là à rafistoler Shayne. Celui-ci avait eu un soubresaut quand elle avait réussi à extirper la balle, puis plus rien. Il était dans le coltard le plus complet. Par contre, il était désormais hors de danger, et ça, c’était plus qu’un soulagement pour la jeune femme. Elle avait l’impression de flotter comme dans un rêve, envahie par un étrange sentiment de léthargie. Le médecin regarda l’infirmier repartir avec Shayne, pour aller l’installer en salle de réveil.

    Alona jeta les gants et ôta la blouse. Elle vacilla. Ce fût Anders qui était encore avec elle dans la pièce qui la rattrapa. Cette fois-ci, elle était complètement à sec. Même plus la moindre once d’adrénaline. Elle était épuisée, tout aussi physiquement que moralement. Son camarade amortit sa chute et la fit s’asseoir par tête.

    La jeune femme plongea dans un état quasi catatonique. Elle sentit qu’on la soulevait du sol, sans pour autant véritablement comprendre ce qui se passait, jusqu’au moment où elle sentit un grand jet d’eau froide sur le visage et un courant glacé l’envahir. Anders avait porté Alona jusqu’aux douches et l’avait mise toute habillée sous l’eau, tant pour essayer de la requinquer que pour la nettoyer de toutes les saletés dont elle était encore couverte. Cela l’aida à se ressaisir, et quand son collègue constata qu’elle avait le regard moins vitreux, il ferma la porte de la cabine de douche.


    - Je reste juste derrière, préviens-moi si tu as besoin. Tiens, voilà une serviette et des vêtements propres.

    Alona referma sans pour autant verrouiller la cabine. Elle faisait confiance à son collègue. Elle tourna pour obtenir de l’eau bien chaude, et resta plusieurs longues minutes à réchauffer ses membres endoloris, se débarrassant de toutes les impuretés. La jeune femme se sécha rapidement, et enfila la chemise blanche et le pantalon de jogging que lui avait passé son camarade.

    Lorsqu’elle sortit, il la prit comme une enfant par la main, et l’entraîna dans son propre cabinet, l’installa sur une chaise et commença à s’affairer autour d’elle. Il avait soulevé le dos de sa chemise, pour lui appliquer elle ne savait pas. La jeune femme errait dans un univers éthéré, à peine rappelée à l’ordre par les élancements de son corps meurtri. Elle sentit une aiguille glisser sous la peau de son bras, mais ne s’en soucia pas non plus.

    Une nouvelle fois, elle était complètement hors du temps. Elle avait perdu la notion même de ce qui l’entourait. On lui prit une nouvelle fois la main, et elle suivit sans rechigner, sans poser la moindre question. Anders l’avait menée jusqu’à la chambre où l’infirmier avait installé Shayne. Il l’accompagna jusqu’à l’autre lit de la pièce et l’allongea dessus, lui remontant les pieds sur le lit comme il l’aurait fait pour un enfant et l’installa le plus confortablement, ou plutôt le moins douloureusement, possible.


    - Tiens, avale-ça, lui dit-il en lui tendant un verre d’eau.

    L’eau avait un goût un peu bizarre, mais elle ne fit pas d’histoires
    .

    - Fais de beaux rêves, rajouta Anders en souriant.

    Il avait assaisonné le verre du médecin d’un bon somnifère pour qu’elle puisse dormir tranquillement, sans être réveillée par la douleur. Il s’apprêta à quitter la pièce, mais Alona l’arrêta en le retenant par le bras et lui chuchota dans le creux de l’oreille.


    - Il va falloir envoyer une équipe de nettoyage au port.

    Une pause.

    - Dis leur de me garder la Triumph noire près du hangar numéro 4, rajouta-t-elle d’une voix de plus en plus endormie.

    Elle ne savait pas s’il allait la prendre au sérieux, mais à ce stade, elle n’en avait plus rien à faire. Elle était déjà ailleurs. Son regard se posa sur Shayne, allongé dans le lit d’à côté, et elle sombra. Alona s’endormit le sourire aux lèvres, avec la satisfaction d’avoir débarrassé la ville d’au moins une partie de toute sa vermine….

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Lun 9 Aoû - 1:38

Que c'était t'il passé pendant tous ce temps, il n'en savait rien, mais ça avait l'air effrayant. Pour l'heure, il ignorait si ce qu'il avait vécu était vrai ou pas, le fait que le restaurant se retrouve dans un sale état si rapidement était irréaliste mais en même temps ça avait été tellement réel. La douleur l'avait peut être fait halluciné, ça ne serait pas étonnant. Attaché sur le lit, il voulait partir car il avait peur que l'ombre revienne pour terminer le travail. Les liens autour de ses poignets n'avaient pas l'air décidés à céder, il du se pencher en subissant la douleur de son abdomen pour essayer de desserré le nœud avec ces dents. A force de volonté, il y arriva à défaire le nœud si durement serré et libéra sa main pour détacher l'autre. La pièce blanche ressemblait à une chambre d'hôpital, mais il n'avait pas l'intention d'y rester. Sur l'autre lit, il remarqua quelqu'un. Shayne aurait du l'ignorer, mais il regarda et cru distinguer une silhouette féminine, serait-ce une ruse de l'ombre ? Prudemment, il descendit du lit sans faire de bruit. Son ventre se faisait mal et il resta un peu courbé pour ne pas tirer sur les points de suture. A pas de loup, il observa de plus prés l'autre lit et y reconnu Alona, elle était endormie. Il se mit à la secouer tout en lui demander de se réveiller mais ça n'eut aucun effet. La laisser là n'était pas une bonne idée, bien qu'il aurait préféré la prendre avec lui, il décida de la laisser et de revenir plus tard avec du renfort.

S'approchant de la porte, il l'ouvrit en douceur et regarda à l'extérieur par l'entrebâillement, le couloir était désert. Ni une, ni deux, il sort et le traverse pour se plaquer contre un mur et se cacher dans ce qui semblait être un placard. A l'intérieur de celui ci se trouvait des vêtements, il se vêtit d'un pantalon bleu et d'un t-shirt de la même couleur, le genre de vêtement que les chirurgiens portent lors de leur opération, c'était voyant, mais plus passe partout que la chemise de patient avec le derrière à l'air. Enfin, il sortit du placard et parcouru le couloir rapidement mais ralentit par sa blessure qui avait été soignée par quelqu'un qu'il n'avait pas pu remercier. Deux personnes approchaient, c'était trop tard pour fuir, alors il décida de continuer sa route, le plus droit possible et faire comme s'il travaillait là. Les deux soldats ni virent que du feu. Au bout de cinq minutes, il trouva la sortit et se précipita mais un homme derrière lui hurla qu'il fallait pas qu'il sorte. Face aux trois militaires devant lui il voulu se battre mais la douleur le rappela à l'ordre. Comme un forcené, il bougeait dans tous les sens pour se dégager sans oublier les cris. De force, il fut ramené dans à son point de départ et allongé sur le lit. Pour ne pas se faire attacher, il se débattait dans tous les sens.


-Lâcher moi bande d'enfoiré ! Vous ne m'aurez pas, j'ai pas dis mon dernier mot
cria t'il en donna grâce à un coup de chance un coup de poing a l'un des soldats qui recula laissant le champ libre à Shayne pour descendre dit lit et courir vers la fenêtre mais l'autre homme le rattrapa juste à temps. Naaaan !!! Mais foutez moi la paix ! Je veux partir ! Vous allez voir quand les secours vont arriver, vous allez tous vous faire exploser.

Le revoilà sur le lit, les deux mains attachées avec des lanières de cuir, tout comme les pieds. Son délire toujours bien présent. Ce "délire" provient en faite d'une réaction un peu étrange à la morphine qu'on lui a donné et vu le "rêve' qu'il a fait ça n'arrange rien. Il ne décerne pas encore le vrai du faux mais si on lui explique calmement, il devrait peut être réaliser ce qu'il se passe et reconnaître les gens autour de lui.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Lun 9 Aoû - 2:04

    Alona se redressa en sursaut, brutalement réveillé par du mouvement et surtout des hurlements à ses côtés. Il lui fait un petit moment pour comprendre où elle se trouvait et ce qui se passait autour d’elle. Elle se leva d’un bond de son lit, sans se soucier de la douleur, lorsqu’elle entendit Shayne s’adressait à ce qui semblait être ses agresseurs. Alona mit les mains à ses poches et à sa ceinture, mais elle n’avait plus aucune de ses armes à portée de main. Elle regarda autour d’elle, dans la pièce pourtant plongée dans la pénombre et s’empara de la première chose qui lui tomba sous la main : un téléphone.

    La jeune femme avança à pas feutrés, ses pieds à même le carrelage glacé, jusqu’au lit de Shayne. Elle s’arrêta net lorsqu’elle constata qu’il n’y avait personne autour du lit. Il y avait juste le colonel, semblant en proie à une crise de spasmes, sur son lit. Elle jeta tout de même un œil en direction de la porte, mais il n’y avait là personne non plus.

    Alona se rappela qu’ils étaient tous deux à la clinique du camp Arès. Elle se souvint que c’était Anders qui l’avait emmenée là, qui avait pris le temps de la soigner et de l’aider à se changer avant de l’installer dans la même chambre que Shayne. Ils étaient dans le camp. Il n’y avait rien à craindre. La militaire, réalisant le ridicule de sa situation, reposa le téléphone, et alluma une des veilleuses sur la table de chevet la plus proche. Elle n’avait pas voulu allumer la grande lumière craignant que cela ne lui agresse trop les yeux.

    La jeune femme, en cet instant plus médecin que patient, alla jusqu’au lit de son camarade d’infortune et vint s’asseoir sur le rebord de celui-ci. Shayne avait l’air toujours aussi agité, se tournant d’un côté et de l’autre. Alona lui prit une main et posa l’autre sur son front. Il n’avait pas l’air d’avoir de la fièvre, ça devrait être un mauvais cauchemar.


    - Shayne, appela-t-elle doucement, Shayne, réveille-toi, regarde-moi.

    Elle serra ses doigts et le secoua légèrement, pour essayer de le ramener à lui.

    - Shayne, c’est Alona, regarde-moi. Là, tout va bien.

    Elle lui caressa les cheveux tout en répétant doucement « shhhhht », pour essayer de le calmer. Avec tout ce qui s’était passé, il était normal qu’il se trouve dans un drôle d’état, surtout qu’il avait fallu lui donner de la morphine pour éviter qu’il ne souffre trop à son réveil.

    - Shayne, on est à la clinique, au camp, tout va bien. Personne ne va venir nous chercher ici…. Il n'y a que toi et moi.

    * De toute façon, on les a tous butés* ne pût-elle s’empêcher de penser sarcastiquement.

    - Tu es en sécurité, rajouta-t-elle d’une voix qui indiquait qu'elle commençait petit à petit à se rendormir, tout en restant pourtant à ses côtés pour essayer de le rassurer.

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Mar 10 Aoû - 0:32

Le jeune homme était toujours aussi agité et effrayé, il se croyait vraiment entouré d'ennemie prêt à le tuer a la moindre occasion ou à lui faire du mal. Il aurait voulu partir, s'enfuir le plus vite et le plus loin de cette chambre blanche qui avait un coté peu rassurant. En tant que Lieutenant Colonel, il avait assez d'expérience pour arriver à gérer son stress dans ce genre de situation, mais étant seul et désarmé il cédait un peu à la panique. Ce débattre était le seul moyen qu'il avait trouvé pour montrer qu'il ne se laisserait pas abattre. Allongé et attaché au lit, il ne pouvait plus rien faire mais cette rage animal subsistait et continuait à bouillir en lui des fois qu'il arrive à s'échapper. Une voix lointaine l'appelait, une voix douce au timbre léger ce qui lui faisait dire que c'était certainement une femme. Cet appel semblait l'éloigner de son état de panique et son cœur commençait à cesser de battre à tout rompre. Oui, il se calmait aussi étrange que ça puisse paraitre. Une drôle de chaleur lui passait dans la joue, une chaleur très étrange mais tellement réconfortante et rassurante qu'il s'abandonnait presque à elle. Les agresseurs qui étaient tout autour de lui l'instant d'avant semblaient s'évanouir dans le néant. Quand il ouvrit les yeux, la lueur de la pièce bien que soit faible l'aveugla. Cet afflux de lumière lui fit plisser les yeux pour essayer de mieux distinguer les formes, mais il ne voyait pas encore très bien qui était assit sur le lit à coté de lui. Son esprit pensa alors à une personne lui étant très chère, une personne qu'il aime profondément mais qu'il a perdu il y a bien longtemps. C'était peut être elle, elle l'avait retrouvée et elle ne lui en voulait pas. Oui ça ne pouvait être que ça.

-Savanna...? murmura t'il incertain. Je suis désolé, j'aurai jamais du te faire ça...tu me manques tellement chuchota t'il tout en se rendormant.

Son hallucination lui avait fait confondre Alona avec Savanna, mais il ne pouvait pas le savoir. Au petit matin, il n'aurait de toute manière aucun souvenir de ce qu'il a bien pu dire au propos de Savanna son ex fiancée qu'il n'a pas revu depuis plus de dix ans.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alona Garvey
    PHŒNIX Take me to the riot

 PHŒNIX ♠ Take me to the riot
avatar

Messages : 3700
Date d'inscription : 09/07/2010

Dossier Psychatrique
Age: 26 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   Mar 10 Aoû - 0:56

    Son ton et ses gestes apaisants avaient l’air de finalement faire leur effet. Shayne avait l’air d’être petit à petit en train de se calmer, même s’il ne semblait pas qu’il ait repris connaissance pour autant. Elle avait certainement eu raison de penser qu’il avait fait un mauvais rêve. La jeune femme continua ce qu’elle faisait encore quelques instants, attendant que sa respiration reprenne le rythme lent du dormeur. Elle le sentit s’agiter légèrement et cela la réveilla un peu plus, elle qui recommençait à s’endormir à son tour.

    La voix de Shayne s’éleva alors, ce qui eût pour effet de faire sursauter Alona qui ne s’était certainement pas attendue à cela. Elle l’écouta lui murmurer des mots qu’elle ne comprit pas immédiatement. Il devait se croire en train de parler à un être cher. La chose étrange, c’était qu’il faisait mention d’une certaine Savannah. Or, Alona en connaissait une au camp Arès. Une espèce de blonde, une mercenaire qu’elle avait du mal à supporter suite à quelques « querelles de voisinage » qu’elles avaient eues. Il n’était pas possible qu’il s’agisse d’elle…. En tout cas, si c’était le cas, il s’agissait vraiment d’une drôle de coïncidence.

    La jeune femme sentit la respiration de son camarade ralentir de nouveau. Avec le peu d’énergie qui lui restait encore, elle se redressa et retourna à son lit sur la pointe des pieds, essayant de limiter le contact de ses pieds nus sur le sol glacé. Elle éteignit la lumière et s’allongea sur son propre lit.

    Elle tourna et se retourna un petit moment dans son lit, essayant de trouver une position pas trop inconfortable au regard de son corps meurtri. Elle finit par réussir à se caler entre les coussins ; et le sommeil la trouva assez rapidement. Cette fois-ci, elle sombra pour de bon.


* SUJET TERMINE *

_________________
There must be a way out of here
Said the joker to the thief
There's too much confusion
I can get no relief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I am Joe's Inflamed Flaring Nostrils [Shayne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae
» Mission S : What ? Shae and Shayne are evolving !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Sins City :: Archives RP-
Sauter vers: