Partagez | 
 

 Sang et sentiments [Jian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Sang et sentiments [Jian]   Lun 12 Juil - 16:45

Ce soir je ne travaillais pas. Ce n’était pas un soir comme les autres soirs. J’avais été convoquée plus tôt dans la journée par mon père. Je n’étais plus aussi proche de mon père depuis que j’avais fini mon enseignement au ninjutsu auprès de lui. Depuis, lorsqu’il m’appelait c’était pour une autre sorte de travail…celui qui appartient à la deuxième facette de ma vie, de moi-même en réalité.
Vêtu du kimono traditionnel, je m’étais présenté à lui, genoux à terre, m’inclinant respectueusement devant mon géniteur et maître.


« Vous m’avez-fait appelé père ? »

Je me redressais alors, le visage souriant, mais je savais au fond de moi qu’il allait me confier un contrat.


« Ma fille, le chef des Bushido m’a confié une nouvelle mission à notre famille…je me fais vieux et je sais que toi tu seras capable de la réaliser pour moi…tu es notre fierté à moi et ta mère, l’honneur de la famille Ichiro est entre tes mains depuis des années et jamais tu ne nous a déçut. Ma fille, je veux qu’il en soit également pareil pour cette mission. Maintenant va, tu trouveras une enveloppe dans ta chambre ou tu trouveras les différents renseignements concernant les closes du contrat. »

Poliment je m’étais alors inclinée puis avait pris la direction de ma chambre. Là je vis une enveloppe de couleur marron trônant sur ma table basse. J’allais devoir tuer…j’ouvris le paquet et trouva une série de photos, un document retraçant toutes les informations sur un dénommé Masato Itachi. Il s’agissait d’un petit chef de gang locale qui c’était rallié aux Bushido il y a quelques années. Et maintenant il semblerait qu’il ait eu les yeux plus gros que le ventre. Ce dernier essayait aussi de faire affaire avec les russes. Je détestais les traitres…Bien ! Ce type allait mourir par ma main dans les heures qui venaient.

Les heures passèrent, j’avais réussit à coincer cette petite frappe dans son propre repère. Il n’avait que quelques gardes du corps…des gamins à la gâchette sensibles mais guère fort pour autant. Tel un félin ‘avais réussit à tromper leur garde. J’étais un assassin de l’ombre, j’étais l’ombre…et malheur à ceux qui n’y faisait jamais attention. Lorsque mon wakisashi transperça le cœur du traitre, je pu voir un profond étonnement dans les prunelles de ce dernier. Il ne s’y attendait pas…il n’avait même pas crié !
En guise de trophée pour le chef des Bushido, j’emportais la tête du traitre. Ceci fait, la tête trouva place dans un petit sac noir. Je me changeais alors une fois de plus afin de pouvoir nettoyer tout le sang qui maculait mes vêtements. Ensuite je me présentais alors à la tour Bushido afin de présenter mes respects au maître des lieux. Cependant on n’entre pas dans cette tour d’ivoire comme dans un moulin, je du faire face à deux gorilles qui me laissèrent passer après m’avoir passé au détecteur de métaux.


« Qui y’a-t-il dans votre sac ? »

« Vous tenez vraiment à le savoir ? »


Le gorille m’ordonna tout de même de lui montrer…sale type…je ne supportais pas d’être considéré de la sorte. J’aurais aimé lui tordre le cou mais je ne pense pas que mon patron aurait été d’accord ! Alors tout sourire, je lui montrais la tête qui gisait tous yeux ouverts dans le fond. Horrifié, il me laissa passer, devinant que j’étais un « homme de main » du chef des chefs du Bushido.

« Baka… »

Je montrais alors les différents étages, en fredonnant une chanson…je me sentais bien mieux maintenant que cette pourriture était morte ! J’avais parfois l’air d’une gamine…ma mère me disait sans cesse que mon insouciance allait me perdre. Cependant pas une fois elle ne m’avait mit dans les ennuis. Avant de passer dans le bureau du « Tout Puissant », je du faire face à un jeune homme…je crois qu’il s’appelait Jian…je n’étais pas très au fait de ces activités au sein de notre mafia mais j’avais remarqué à quel point il était très discret…charismatique. Lorsqu’il lui arrive de mettre les pieds au Temple d’Aphrodite, les filles se pressent toutes pour aller le voir. Elle le trouve très ténébreux. Moi cela m’avait toujours bien fait rire…il est vrai qu’il dégageait quelque chose cependant je n’avais jamais fait très attention.


« Konbawa ! Je dois m’entretenir avec Akira Bushido sama… »


Dis-je en souriant…j’étais de très bonne humeur, la nuit était belle, dommage que dans cette ville il n’y avait pas de cerisier en fleur…comme la poésie du Japon me manquait parfois…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sang et sentiments [Jian]   Mar 13 Juil - 1:40

Pour Jian, la journée avait été un peu plus ordinaire. Il s'était levé de bonne heure, comme il avait eu l'habitude de le faire depuis qu'il était enfant, et avait fait son Tai-Chi dans la cour privée des Bushido. Jian avait beau être métisse, il avait passé plus de la moitié de sa vie en Chine, et avait toujours été bien plus imprégné de la culture Chinoise que de la culture Japonaise. Il en était de même pour les arts martiaux qu'il pratiquait. Ici, au sein des Bushido, il était considéré comme un Japonais et la plupart des blancs le considéraient aussi comme tel, ne sachant trop faire la différence. Jian avait donc apprit à s'adapter, même s'il gardait toujours son héritage et ses valeurs qui le différenciaient un peu des autres, bien qu'elles soient assez proches. Il avait donc fait son Tai-chi, qui l'aidait à rendre son âme plus paisible dès le matin. Non qu'il soit énervé, au contraire, mais c'était juste quelque chose qui le relaxait, une étape essentielle dans sa journée. Ca lui rappelait la Chine, et en même temps, ça le relaxait. Ensuite, comme à son habitude, à l'heure où tout le monde commençait à ouvrir les yeux, il faisait chauffer de l'eau, s'asseyait en tailleur devant la table basse qui était à un bout de sa chambre, et buvait un thé chaud.

Il allait ensuite rejoindre ceux qu'il considérait comme ses cousins et qui l'avaient accueilli, c'est à dire la famille de l'oncle des chefs Bushido. Il restait en général patiemment dans un coin à les regarder se goinfrer en parlant de leur problèmes ou de leur dernières conquêtes. Lui était beaucoup plus calme, et n'avait jamais été très friand de la vie à l'Américaine. Il trouvait que tout était trop superficiel, dégradant, et que le respect n'existait plus dans ce pays. Bien sûr, ça pouvait paraître bizarre de parler de respect lorsque l'on tue des personnes, mais Jian estimait que les personnes qu'il tuait avaient eu leur chance d'échapper à leur sort. Et que s'ils avaient choisi de faire du tort au clan, ou aux personnes qui ne le méritaient pas, c'était mérité. Ainsi, il ne se sentait pas coupable de ce qu'on lui demandait de faire. Essentiellement parce qu'il négociait la plupart du temps et qu'il n'était pas celui qu'on envoyait lorsqu'on voulait juste casser un ou deux bras. Ce n'était pas un de ces gorilles qu'on pouvait trouver devant les portes de l'immeuble. Il avait un cerveau, et ne frappait jamais inutilement, tout comme il ne parlait jamais inutilement. Ou du moins, c'était ce qu'il essayait de faire, et en général, il y arrivait.

Sa journée s'était donc déroulée plutôt normalement lorsqu'il fut appelé dans le bureau des Bushido. Pour une fois, on lui confia une mission plutôt simple: il devait "préparer" le terrain et discuter des conditions de contrat qu'ils proposaient. Ses patrons n'aimaient pas beaucoup dialoguer et préféraient arriver pour signer plutôt que d'avoir à entrer dans des explications trop longues, alors qu'ils pouvaient envoyer quelqu'un d'autre pour le faire à leur place. Jian avait donc passé deux heures, seul contre une bande de personnalités que beaucoup de monde aurait qualifié de rustres, ou d'abrutis. Le ton (du moins le leur), avait finalement monté d'un cran, puis de deux, et ils n'étaient clairement pas prêts à accepter les conditions qu'on leur proposait. Il ne pouvait rien faire de plus, et avait donc fini par appelé ses supérieurs pour qu'ils viennent faire une nouvelle proposition, histoire de faire avancer le débat. C'était le genre de réunion qui pouvait durer des heures: les deux partis était bien trop bornés pour céder quoique ce soit à l'autre. Finalement, Jian proposa que la réunion se fasse en équipe réduite, et que seul les principaux concernés restent à discuter, afin que le calme reprenne sa place. Sa proposition fut acceptée à l'unanimité, et tous les "gros bras" des deux côtés furent envoyés dehors. Jian, lui, fut demandé de garder la porte et de s'assurer que personne ne viendrait écouter ou déranger ce qui était en train de se passer. Il avait donc quitté la salle en saluant poliment son patron. Il s'était ensuite planté devant la porte, bien droit, en attendant que ce soit terminé.

Il devait y être depuis une dizaine de minutes lorsqu'il entendit des pas arriver dans sa direction. Curieux, il tourna la tête vers le couloir et aperçu tout d'abord la silhouette d'une femme, pour réaliser rapidement qu'il s'agissait d'une femme qu'il connaissait. Enfin, il ne la connaissait pas vraiment, mais il savait très bien qui elle était. C'était une des Geisha, et une de ses beautés dont on ne parle que dans les livres, ou les contes. Il se rappelait la première fois qu'il l'avait vue: elle avait dansé à une soirée, et Jian avait été... ensorcelé. Littéralement. Il n'avait pas l'habitude d'avoir des relations, quelles qu'elles soient, avec des femmes, et d'en voir une aussi belle, et aussi gracieuse... il avait eu l'impression de tomber dans un rêve. Comme si toute la pièce avait disparue et qu'il ne restait qu'elle. Depuis, chaque fois qu'il la voit, de près ou de loin, il a beaucoup de mal à regarder autre chose. Il essaye toujours d'être discret, et sait qu'il est très impoli de dévisager quelqu'un. Il s'efforce donc toujours de faire comme si de rien n'était, restant l'homme zen et discret qu'on connaît. Mais lorsqu'il la croise, il ne pense plus qu'à elle: pendant le jour, la nuit, et même dans ses rêves. Il y a pourtant bien des beautés chez les Geisha, mais il n'y en a qu'une qui lui fait l'effet de n'avoir jamais connu de plus beau bonheur que celui qu'il éprouve lorsqu'il la voit sourire.

Aussi, il fut un peu décontenancé de la voir se trouver là. Il n'y avait que lui dans le couloir. Enfin lui, et elle. Il n'avait jamais été seul face à la jeune femme, et malgré le fait qu'on entendait hurler dans la pièce derrière lui, il se sentit seul, bien seul... Son coeur s'était serré, et battait bien plus fort que d'habitude. Bon, lui qui était tout le temps calme, disons que son coeur battait à une allure normale, mais dont il n'avait pas du tout l'habitude...

Elle demandait à voir Akira, mais il avait été formel: personne ne devait rentrer dans ce bureau tant que la réunion n'était pas terminée, il lui faudrait donc attendre. Ce qui voulait dire qu'il allait "devoir" rester là avec elle. Chose qu'il trouvait assez déplacée: un homme attendre seul avec une femme, qu'est ce qu'on allait penser de lui? Oui, Jian était un peu "trop" vieux jeu, il avait été élevé parmi des jeunes hommes jusqu'à ses 14 ans et n'avait que très rarement été "intime" avec. Bon, rester dans un couloir n'avait rien d'indiscret, mais il n'était tout de même pas habitué... Il s'inclina pour la saluer puis lui répondit avec un air le plus aimable et respectueux du monde:


- Je crains qu'il ne vous faille attendre, il est en réunion importante et a demandé expressément à ce que personne ne le dérange...

Il réalisait alors qu'il n'avait jamais du adresser la parole directement à la jeune fille. Lui qui avait tant rêvé de lui parler un jour, il n'aurait jamais vraiment osé dans d'autres circonstances...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sang et sentiments [Jian]   Mar 13 Juil - 22:44

De toutes les Geishas, j'étais celle qui avait probablement le plus d'expérience...après tout, j'étais née d'une mère geisha. Ma grande expérience et ma dextérité, du fait que j'avais été baigné dans le monde fabuleux des geishas depuis toute petite, faisait de moi une personne que l'on demandait souvent par les pontes de la société américaine. Il m'arrivait souvent de recevoir également les chefs Bushido afin de les divertir.

Contrairement à de nombreuses filles travaillant au Temple d'Aphrodite, je n'avais jamais subit d'avance de la part de qui que se soit. Entendons par là des avances déplacées et dégoutantes que peuvent avoir certains hommes lorsqu'ils ont un coup dans le nez. Car nombreux connaissait ma deuxième vie...ninja dont la renommée n'était plus à prouver au sein des Bushido.

Lorsque je recevais mes employeurs, il m'arrivait aussi de remarquer la présence de ce jeune homme nommé Jian. Dans mes souvenirs, il était toujours en retrait de tous. Je ne l'avais jamais entendu parler malgré le nombre de mes collègues qui papillonnaient autour de lui pour espérer lui arracher un sourire.
Dans ses moments là, je me demandais s'il possédait un coeur ou si ce dernier n'était pas gelé? Car les filles avec qui je travaillais sont toutes aussi belles les unes que les autres...curieux.

Enfin, je ne pensais pas vraiment à mal et l'envie d'essayer de le mettre à l'aise m’avait traversé plusieurs fois l'esprit mais malheureusement, j'étais toujours occupée à divertir mes clients.

J'étais maintenant devant lui, entendant pour la première fois le son de sa voix. Il s'était légèrement incliné en me demandant d'attendre un peu car Akira Sama ne souhaitait pas être dérangé. Qu'il en soit ainsi alors...j'attendrais avec ce jeune homme devant moi.
Je pris le temps de bien l'observer sans pour autant le dévisager grossièrement car s'était impoli!

Ce dernier était plutôt grand...plus que moi...très imposant en comparaison à ma frêle carrure. Et surtout il avait cet éclaire de lucidité au fond de ses prunelles...Je décelais alors une personnalité intelligente. Mais guère plus car je ne connaissais pas Jian.


"Bon très bien, alors je crois que nous allons devoir attendre ensemble! "


Dis-je d'un air enjoué en lui offrant mon plus beau sourire. J'étais toujours en train de sourire...le jour ou ce dernier ne sera pas affiché sur mon visage, c'est qu'il y aura quelque chose qui n'ira pas. Je souriais tout le temps...même lorsque j'effectuais des contrats...On me disait souvent qu'un monstre sommeillait en moi, se délectant du sang et de la souffrance et que c'était pour cela que je ne ressentais aucune pitié, aucune tristesse lorsque j'éliminais les gens. Curieux...effrayant...bonne a enfermé!

Dans ma main droite, je possédais toujours ce petit sac contenant la tête du traitre qui avait osé penser qu'il bernerait le clan. Quelques gouttes de sang tombaient sur le sol, marquant le carrelage d'un joli rouge carmin.
J'avais senti le sang monter jusqu'à mes narines...et je me rappelais alors de mon exécution d'aujourd'hui...une véritable merveille, je l'avais tué si facilement...enfin là n'était plus le sujet, mon attention se rapporta sur Jian.


"Je suis Suki Ichiro, enchantée...vous êtes Jian c'est bien cela?"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sang et sentiments [Jian]   Mar 13 Juil - 23:55

Lorsque la jeune femme lui dit qu'ils allaient devoir ensemble, il acquiesça poliment d'un petit signe de tête, esquissant un petit sourire poli, qui se transforma l'espace d'une seconde en sourire gêné. Dire qu'il était timide aurait été un bien mot, car il s'agissait d'autre chose, mais c'était impossible à définir par un mot. C'était peut-être le fait qu'on ne lui avait jamais apprit comment se comporter avec les femmes, ou peut-être simplement le fait qu'il était amoureux de Suki depuis la première seconde où il l'avait vue. Ou peut-être le fait qu'il se disait que c'était son métier de plaire, et qu'elle devait avoir des tonnes de prétendants, qu'il n'aurait jamais rien à espérer de plus que les autres, c'est à dire rien. Il ne savait pas vraiment: il n'y avait pas vraiment pensé. Analyser les sentiments amoureux était à des années lumières de son éducation, mais il savait toutefois que ce qu'il ressentait était bien de l'amour. Ca n'avait rien de sexuel, c'était bien plus profond que ça. Depuis le premier jour ou il avait posé ses yeux sur elle, il avait l'impression de la connaître par coeur: de voir tous les détails que personne d'autre ne voyait. De voir le petit cheveux qui était sur le bas de son kimono, ou de voir la petite fossette qui se dessinait lorsqu'elle se souriait à elle-même. Il voyait le courant d'air qui passait discrètement derrière ses cheveux, il voyait tous ses gestes au ralenti... C'était peut-être cela qui créa son sourire gêné l'espace d'un instant: c'était comme si une oeuvre d'art qu'il avait admiré des heures durant le regardait droit dans les yeux et prenait soudain vie. Comme si ses fantasmes et ses rêves s'alliaient à du matériel pour lui rappelait qu'il s'agissait d'une personne à qui il pouvait s'adresser, et que ce n'était pas qu'une idée, qu'une notion abstraite qu'il comprenait comme de l'amour. Et lorsqu'elle souriait... il aurait pu passer des heures à la regarder sourire.

Pourtant, il ne put s'empêche de remarquer le gros sac qu'elle portait. Il n'avait pas besoin de chercher bien loin pour savoir de quoi il s'agissait: il savait le travail qu'elle faisait, il faisait le même, bien qu'il le fasse un peu plus... discrètement. Ce n'était pas son genre de ramener des parties de cadavres, et il savait bien que c'était de cela qu'il s'agissait: il connaissait le goût de ses patrons pour ce genre de choses. Et vu la taille du sac, ce n'était pas une main, ni un doigt que Suki transportait. Cela aurait pu en dégoûter beaucoup, mais Jian se reconnaissait un peu en elle: il ressentait cette capacité de tuer sans se sentir coupable, sans broncher, juste ôter doucement le souffle de quelqu'un. Voir la détresse dans leur yeux, leur surprise lorsqu'on enfonçait une lame dans leur corps, qui ne ressortirait qu'une fois qu'ils seraient morts. Il y avait des gens qui tuaient par rage, par besoin, mais lui n'en faisait pas partie, et il avait l'impression qu'elle aussi. Peut-être qu'il se trompait, mais il avait la sensation qu'elle était calme au fond d'elle, que les meurtres n'étaient pas commis par rage.

Quelques gouttes tombaient du sac, et il se dit que ça devait commencer à peser lourd, surtout s'il s'agissait d'une tête. Lorsqu'on lui demandait de ramener la tête de quelqu'un, Jian se contentait en général de le tuer et de laisser les "gorilles" faire cette partie du travail. En général, ils avaient avec eux une glacière, ou quelque chose pour empêcher l'odeur de transparaître. Il trouvait ça exotique de venir avec un sac poubelle, et était étrangement empli d'admiration pour Suki. Elle se présenta, bien qu'il sache très bien qui elle était, et fut surpris de voir qu'elle connaissait le sien. Lui qui avait toujours pensé passer inaperçu, surtout auprès d'elle... Il cacha toutefois sa surprise, et lui répondit avec un sourire et une nouvelle inclination de tête, les mains toujours derrière le dos:


- Oui, Jian, enchanté...

Puis il se sentit obligé de dire quelque chose pour le sac, la réunion risquait de durer quelques temps et il ne voulait pas qu'elle se fatigue inutilement à porter un poids...

- Vous devriez poser cette...personne au sol, ils risquent d'en avoir pour longtemps...

Il avait dit "personne" un peu sur le ton de l'humour, vu qu'il ne s'agissait plus vraiment d'une personne. Heureusement, il s'agissait d'un sol en bois, ou la femme de ménage aurait eu du mal à faire partir les tâches... Mais il savait qu'Akira trouvait ça drôle de voir des marques de sang au sol, cela donnait le ton lors des réunions, et les personnes extérieures y réfléchissaient à deux fois avant de le contredire...
Revenir en haut Aller en bas
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Sang et sentiments [Jian]   Mer 29 Déc - 20:42

Sujet clos.
Cause : membre supprimé.

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sang et sentiments [Jian]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sang et sentiments [Jian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Sins City :: Archives RP-
Sauter vers: