Partagez | 
 

 Loin de la guerre [Naoko Fujiyama]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akira Bushido
LE SABRE est le prolongement de L'ESPRIT
LE SABRE est le prolongement de L'ESPRIT
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/08/2010

Dossier Psychatrique
Age: 38 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Loin de la guerre [Naoko Fujiyama]   Mer 2 Fév - 2:06

Parfois on imagine sa vie. On la voit tel un doux rêve, alors on veut rester endormi encore de longues heures, voir ne jamais se réveiller. Et puis au lever, on imagine autre chose, on voit les choses différemment. Alors on part dans une direction et on se dit pourquoi pas ne prendre celle-ci, c'est celle qui me ressemble le plus. A la fin, on sursaute et comprend seulement, qu'on émerge enfin d'un rêve qu'on confondait avec la réalité. Et cette réalité parlons-en, rien n'est comme on aurait pu l'imaginer. Il se passe des choses, des choses que personne ne voulu mais ce fut ainsi. Aussi il faut savoir que dans la vie on prend des chemins au hasard qui semblent nous ressembler mais ils sont faux.

Alors on veut faire demi-tour et c'est là que tout ce complique. Akira l'a toujours dit et affirmé, on a peut être pas choisi d'être là mais maintenant il faut regarder droit devant ne jamais reculer et surtout, oh oui surtout, ne jamais renier ses origines. Etre constamment fier d'être à cette place, aimer de force ce que l'on fait, et ce pavaner même avec ses origines si nobles. Akira de son expérience est bien placé pour le dire, lui dès sa naissance son chemin était déjà tracé. Qui ne vous dit pas qu'il aurait aimé être pêcheur ou un jeune étudiant sans souci qui courtise la gante féminine. Mais non, on lui à apprit à se battre, à commander ou gérer des hommes et à tuer. Voilà toute sa vie, l'a-t-il vraiment choisit ?

Non pas le moindre du monde et pourtant aujourd'hui il remercie encore son père d'avoir fait de lui l'homme qu'il est à présent. Il est fier d'être yakuza, fier d'être chef de clan et encore plus fier d'être japonais. Mais pourquoi un tel récit ? Ce fut Akira qui à ce moment même ce recensait ces quelques mots intérieurement. Une façon de méditer sur une question qui se devait d'être résolu. Assit tranquillement à l'arrière d'une magnifique berline, il regardait par la fenêtre défiler la ville. Son chauffeur finit par lui indiquer qu'ils étaient enfin arrivés à la destination qu'il avait souhaitée. En d'autres termes, le temple Aphrodite. Croyez-le ou non, mais parfois être chef clan place plusieurs sortes de problèmes.

Bon en effet on s'occupe en grande partie d'une gestion entière d'un clan mais Akira lui voulait toujours être au courant tout. Même s'il ne s'en occupait pas personnellement, il voulait tout savoir sur tout, de loin ou de prêt toute chose pouvant se lier à la famille Bushido. Dans ce cas-là, il s'agissait des geishas, une filiale primordiale, en tout cas du point de vue de monsieur Bushido. Cela lui rappelait grandement le pays et tout ce qu'il y avait avec, il aimait ce replonger dans ses origines pour passer quelques heures en charmante compagnie. Mais là, c'était différent, ce soir n'était pas un soir à la détente. S'il était venu rendre visite à son établissement, ce n'était en aucun cas pour se détendre, il s'agissait plus d'une affaire à régler.

Pas tellement urgente que ça, mais comme il disait toujours, parfois il vaut mieux résoudre un problème tant qu'il est encore temps, que de devoir l'éradiquer une fois qu'il s'est manifesté. Ce problème était l'une des employés de l'enceinte. Donc voilà, on lui avait fait parvenir, enfin l'une de ses petites préférées lui avait fait parvenir qu'une geisha ne semblait plus montrer une très grande motivation dans son travail. Des rumeurs courraient aussi, qu’elle envisageait de quitter ce même boulot mais ça ce n’était que des rumeurs bien-sur.

Mais alors, pourquoi le grand patron s’intéresserait à une employée démotivée. Hé bien au niveau de l’argent énorme que pouvait rapporter l’établissement. Si des clients venaient à être mécontent d’une seule geisha cela aurait pour effet de donner mauvaise réputation à l’établissement. Ce qui suivrait à faire perdre de l’argent et cela était intolérable. Il y avait bien des gens employés pour s’occuper des tires-au-flan mais là, Akira voulait s’en occuper lui-même. Ceci étant surtout dut aux conseils que lui avait proférés sa geisha préférée.

" Amenez-moi la jeune femme du nom de Naoko Fujiyama dans ma suite, je l’attends. "

Annonça Akira à la femme de l’accueil qui bien sur après l’avoir salué et écouté attentivement sa requête, l’accompagna à une pièce qui lui était exclusivement réservé. Et oui, être chef de clan à tout de même quelques bons avantages il faut l’avouer. Akira se plaça tranquillement dans sa suite et attendu avec impatience cette jeune femme. Il fallait l’avouer, qu’il ne la connaissait que trop peu. Bizarrement, elle ne s’était jamais vraiment mêlée aux affaires des Bushidos et restait une vraie geisha à part entière. De toute manière, bientôt des personnes iraient la chercher pour l’emmener discuter avec le grand patron et cela que le veuille ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Loin de la guerre [Naoko Fujiyama]   Jeu 3 Fév - 19:19

Les jours étaient de plus en plus difficiles à supporter, en tant que Geishas. Les minutes paraissaient durer des heures, je ne dormais plus les nuits et n'arrivais plus à composer, et ça, ça devait être pour moi la chose la plus difficile. Ne plus pouvoir chanter, ne plus pouvoir jouer, c'était comme un univers sans soleil, une atmosphère sans oxygène, un corps sans vie... Et oui, je m'étais malheureusement complétement laissé tomber dans la dépression, si bien que même la musique ne m'aidait plus à faire surface. Et plus les jours passaient, plus j'essayais de fuir, et plus les autres membres du clan remarquaient ma différence, mon mal être, mon malaise parmi elles. Je craignais de plus en plus pour ma vie, pour ma santé, autant morale que physique. Et même après plusieurs essais, je n'avais jamais réussit à partir.

Cette journée avait été aussi pénible que les autres, et j'avais peiné à tenir debout, tellement le moral ni était pas, et sans moral, le corps fonctionne très mal, croyez moi. J'avais encore dû me dévêtir, danser, faire semblant, encore une fois... Et même en me persuadant que cette journée ne pouvait pas être pire, le chef de la mafia Japonaise avait trouvé le moyen de me faire tomber au fond du trou: il m'avait demandé. DEMANDE! ça, c'était mauvais signe. Quelqu'un avait dû lui rapporter mon état défaillant. Soit j'allais y passer, soit j'allais avoir le droit à des remontrances comme jamais. Bien sûr, lorsque l'on vint me chercher pour aller au rendez-vous que m'avait donné le chef, j'avais prétexté un travail urgent, n'importe quoi, mais il m'ettait impossible de lui faire faux bond. Prenant une bonne inspiration, je suivi les molosses qui m'accompagnaient jusqu'à la loge réservé à Monsieur Bushido. J'y rentrais timidement, m'inclinais.

-Vous m'avez demandé, monsieur?

Je m'obligeais à respirer calmement, car si je ne voulais pas me faire tuer, c'était le meilleur moment pour me comporter au moins UNE FOIS en tant que Geisha. Je devais reprendre confiance en moi, jouer la sûr d'elle prête à tout pour la mafia Japonaise. Même si ce n'était pas le cas, il en était de ma vie. Je repris donc une posture plus hautaine, plus sûr, et souris au chef, m'avançant vers lui. L'entretient avec lui aurait été tellement plus facile, si je n'avais pas été aussi affaibli par mes jours de jeune, et mes insomnies.
Revenir en haut Aller en bas
Shayne Grant
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
Jabberwock ♣ We can ignore the reality not the memories
avatar

Messages : 6263
Date d'inscription : 10/06/2010

Dossier Psychatrique
Age: 32 ans
Relations:
Equipements:

MessageSujet: Re: Loin de la guerre [Naoko Fujiyama]   Dim 15 Mai - 23:59

Compte supprimé, RP Clos

_________________

Pour que le passé devienne demain,
Que ton souffle caresse mon cou,
Que nos mains se joignent de nouveau,
Que tes lèvres frôlent les miennes,
Afin que notre amour perdu renaisse
Et que les mauvais souvenir disparaisse dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loin de la guerre [Naoko Fujiyama]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loin de la guerre [Naoko Fujiyama]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Sins City :: Archives RP-
Sauter vers: